Ecoutez Radio Sputnik
    K-129

    Nouveaux éléments sur le naufrage du sous-marin soviétique K-129

    CC0
    Lu dans la presse
    URL courte
    Nezavissimaïa gazeta
    1319

    Dans la nuit du 24 au 25 février 1968, le sous-marin K-129 a quitté la baie d'Avatcha pour mettre le cap au sud en position immergée. La navigation le long du 40e parallèle avait pour objectif de minimiser la probabilité de découverte du sous-marin par la base américaine d'aviation de patrouille.

    A minuit, le 26 février, le K-129 a transmis un message radio d'urgence. Les unités du renseignement américain installées à l'ouest du Pacifique ont intercepté ce message et déterminé sa provenance du sous-marin soviétique n°722. Mais le message n'a pas été décrypté et les spécialistes ont supposé qu'il avait été transmis par le K-129 qui revenait d'une nouvelle sortie en mer. Cette erreur était due au fait que le K-129 numéro de bord 722 avait été aperçu plus tôt pendant sa sortie de contrôle, sachant que le sous-marin américain USS Barb SS-220 chargé de sa surveillance n'avait pas remarqué le départ en mission du K-129. Selon le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

    Bien que le gouvernement soviétique ait caché à l'époque le naufrage du K-129 et malgré les mesures de confidentialité prises par les USA, de nombreuses informations ouvertes font aujourd'hui la lumière sur la catastrophe. Récemment ont également été déclassifiés et publiés plusieurs documents, notamment des photos et des vidéos d'archives de l'opération spéciale Azorian.

    Les informations déclassifiées de l'opération Azorian, ainsi que les témoignages et les souvenirs des témoins des événements, prêtent à penser que les suppositions selon lesquelles ce naufrage aurait été soudain et rapide sont fausses.

    En 2009, les spécialistes techniques ont analysé en détail les enregistrements de sonar réalisés le 11 mars 1968. Ils ont conclu que les deux principaux événements acoustiques de 155 secondes à un intervalle de 6 minutes, qui peuvent être identifiés comme des explosions des silos à missile 2 et 3 en position immergée, avaient été précédés de trois autres événements survenus à 11:58:58Z, 11:59:43Z et11:59:47Z. Chacun d'eux a duré 0,7, 1,5 et 0,7 seconde respectivement. Tout cela pourrait indiquer que le sous-marin K-129 sombrait, étant déjà partiellement inondé.

    En comparant les informations soviétiques et américaines, il est possible d'avancer une version qui n'a encore jamais été étudiée par les analystes: au moins trois jours avant le naufrage du 11 mars, le K-129 était dans un état accidenté et dans l'impossibilité de transmettre un message d'urgence.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Lire aussi:

    Comment la CIA a tenté de voler un sous-marin soviétique avec l'aide d'Howard Hughes
    Comment les sous-marins soviétiques ont réalisé le rêve de Jules Verne
    Les opérations Aport et Atrina ayant prouvé le potentiel des forces sous-marines de l’URSS
    Tags:
    sous-marins, URSS
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik