Ecoutez Radio Sputnik
    Extraction du pétrole

    60 dollars le baril de Brent: les efforts de l'Opep+ portent leurs fruits

    © AP Photo / Hasan Jamali, File
    Lu dans la presse
    URL courte
    Nezavissimaïa gazeta
    132

    A la fin du mois d'octobre dernier, le prix du baril de Brent a atteint 60 dollars: il s'agit non seulement d'un niveau psychologique, mais aussi du résultat d'une grande unification de pratiquement toutes les puissances pétrolières du monde au sein de l'OPEP+ ou, plus précisément, de l'OPEP+Russie.

    L'accord de réduction de la production de pétrole de 1,8 million de barils par jour par rapport au niveau d'octobre 2016 — la Russie assure 300 000 barils de cette baisse — a été signé à l'époque où les prix du baril se chiffraient à 40 dollars. Cet engagement est entré en vigueur en janvier 2017 et aurait dû expirer en juin, écrit vendredi le quotidien Nezavissimaïa gazeta. Ses initiateurs espéraient que cette période serait suffisante pour que les stocks excessifs s'épuisent et que les prix atteignent le niveau désiré de 60 dollars le baril.

    La diminution des réserves excessives s'est pourtant avérée lente, alors que les prix ont atteint 50 dollars, mais n'avaient visiblement aucune envie de progresser davantage. En mai 2017 les participants à l'accord ont prolongé ce dernier jusqu'au 31 mars 2018, mais certains ont indiqué en automne que l'entente était inefficace, que l'objectif n'avait pas encore été atteint et qu'il fallait probablement renoncer à l'engagement.

    La première visite du roi saoudien Salmane ben Abdelaziz Al Saoud en Russie et sa rencontre avec le président Vladimir Poutine au Kremlin ont renforcé les espoirs sur la persistance de l'accord.

    La hausse des prix enregistrée en octobre dernier est, selon les experts, liée aux réformes politiques et à la campagne anticorruption en Arabie saoudite, où on a arrêté 11 princes et 38 fonctionnaires.

    Fin novembre, les producteurs de pétrole se sont entendus à prolonger l'accord jusqu'à la fin de l'année 2018. Le ministre russe de l'Energie Alexandre Novak a expliqué que le marché n'avait absorbé que 50% des réserves excessives. Il a également souligné avec satisfaction en octobre, que la hausse des prix résultant de l'accord avait permis au budget russe d'obtenir environ 1 000 milliards de roubles supplémentaires (14,54 milliards d'euros).

    A la fin du mois de décembre, le prix du pétrole a atteint 64 dollars le baril, alors les médias spéculaient sur son hausse éventuelle à 70 dollars.

    Les participants à l'accord se sont entendus à se réunir en juin prochain pour analyser l'état du marché et statuer sur l'avenir du groupe "OPEP+Russie". Selon Alexandre Novak, ils pourraient corriger l'entente afin d'augmenter la production ou de la réduire davantage.

    "Comme nous sommes incapables de prédire à 100% le délai de la stabilisation du marché, notre position est souple, explique le ministre. Si le marché n'arrivait à s'équilibrer, il serait nécessaire de penser ce qu'il faudra faire dès janvier 2019. Si la situation s'améliorait, nous adopterions une décision visant à éviter sa surchauffe".

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Lire aussi:

    Au plus haut depuis deux ans, le pétrole dépasse les 60 USD
    Production de pétrole: la Russie agit en conformité avec ses obligations
    Moscou et Riyad prêts à prolonger l’accord sur les taux de production de pétrole
    Tags:
    prix du pétrole, pétrole, OPEP
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik