Ecoutez Radio Sputnik
    Billet de 100 yuans chinois

    La Chine va créer un organe central anticorruption

    © REUTERS/ Thomas White
    Lu dans la presse
    URL courte
    Izvestia
    Traduction de la presse russe (janvier 2018) (30)
    571

    Un organe central anticorruption fera prochainement son apparition en Chine.

    Sa création pour le mois de mars 2018 a été approuvée pendant la session annuelle du parlement mais les contours définitifs et les pouvoirs du nouvel organe seront déterminés cette semaine, du 11 au 13 janvier, pendant la session de la Commission centrale pour l'inspection disciplinaire du PC chinois qui assume pour l'instant le rôle de principal instrument de la campagne anticorruption dans le pays, écrit vendredi le quotidien Izvestia.

    Dans l'ensemble, les experts soulignent la réussite du travail mené depuis plusieurs années pour éradiquer la corruption — considérée par les Chinois comme l'un des principaux problèmes du pays avec l'écologie, même s'ils reconnaissent que parfois cette lutte est sélective.

    Il existe aujourd'hui en Chine 47 organisations pour l'inspection au niveau public et des partis, qui sont des structures chargées d'enquêter sur les cas de corruption.

    Cette multitude de structures devrait prochainement céder la place à une Commission centrale de surveillance qui réunira sous son enseigne la commission pour l'inspection disciplinaire avec ses services de surveillance de parti, et les départements anticorruption du parquet chargés de telles affaires au niveau public.

    La vaste campagne contre la corruption est devenue la carte de visite de la présidence de Xi Jinping, qui dirige la Chine depuis 2012. Tout a commencé par la lutte contre le luxe traditionnel des bonzes chinois. Sous le signe de l'abandon de la solennité et du formalisme, les hauts fonctionnaires devaient remplir une liste de huit critères et notamment réduire au minimum leurs voyages à l'étranger, réduire leur bureau de conseillers souvent en nombre exagéré et renoncer au blocage des routes pour laisser passer les cortèges.

    Depuis le début de la vaste campagne de lutte contre la corruption, plus d'un million de fonctionnaires ont été démis de leurs fonctions, sanctionnés ou emprisonnés pour corruption. Rien qu'en 2017, plus de 159.000 personnes ont été condamnées pour violation de la discipline du parti et corruption, a rapporté récemment l'agence de presse Xinhua.

    Le combat contre la corruption n'a pas seulement touché les fonctionnaires de bas niveau mais également les «tigres»: les hauts fonctionnaires du PC. En outre, les rangs de l'armée n'ont pas été épargnés: en cinq ans une centaine de généraux chinois ont été traduits en justice.

    La détermination avec laquelle Xi Jinping s'est attaqué à l'éradication de ce problème est soutenue par la population: plus de 93% des Chinois sont satisfaits par le travail anticorruption du parti en 2017, a annoncé l'agence Xinhua début janvier.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (janvier 2018) (30)

    Lire aussi:

    Les sanctions contre les fonctionnaires saoudiens corrompus se durcissent
    Lutte contre la corruption en Russie: Poutine met les points sur les «i»
    L’Onu dévoile le montant des pots-de-vin dans le monde
    Tags:
    lutte contre la corruption, corruption, Chine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik