Lu dans la presse
URL courte
Par
Traduction de la presse russe (janvier 2018) (51)
3150
S'abonner

Il y a 75 ans, les forces soviétiques brisaient le siège de Leningrad. Le siège de Leningrad (Saint-Pétersbourg) a commencé le 8 septembre 1941: la ville était alors assiégée par les troupes allemandes, finlandaises et espagnoles, soutenues par des volontaires d'Europe, d'Italie et d'Afrique du Nord.

Leningrad n'était pas préparée à un siège long et la ville ne disposait donc pas de suffisamment de nourriture et de carburant. Selon le site d'information Gazeta.ru.

Le seul moyen de communiquer avec Leningrad était le lac Ladoga, mais la capacité de cette voie de transport était insuffisante pour subvenir aux besoins de la ville.

Leningrad a vécu une époque effroyable: les habitants mouraient de faim et de dystrophie, il n'y avait pas d'eau chaude, les rats anéantissaient les réserves de nourriture et propageaient les infections, les transports publics ne circulaient pas et les malades manquaient de médicaments. Ces 872 jours de siège ont tué plus d'un million de personnes, essentiellement de faim.

Fin 1942, le conseil militaire du front de Leningrad a préparé les plans de deux opérations offensives: Chlisselbourg et Ouritsk. Au final, il a été décidé de renoncer à la première et de rebaptiser la seconde «opération Iskra» sur décision de Joseph Staline. Elle a été fixée pour début janvier 1943.

La préparation de l'opération et la formation des troupes a duré presque un mois.

Au total, plus de 300.000 combattants et presque 5.000 canons et obusiers, ainsi que plus de 600 chars et 809 avions ont participé à l'opération. Du côté de l'occupant on comptait seulement 60.000 combattants, 700 canons et obusiers, près de 50 chars et canons automoteurs, ainsi que 200 avions.

Le début de l'opération a été reporté au 12 janvier car les fleuves n'étaient pas encore suffisamment gelés.

Les troupes des fronts de Leningrad et de Volkhov ont porté des frappes croisées en direction du village de Siniavino. Dans la soirée, elles ont avancé de 3 km en direction les unes des autres depuis l'est et l'ouest. Le lendemain soir, en dépit de la résistance de l'ennemi, la distance entre les armées s'est réduite jusqu'à 5 km, et jusqu'à 2 km deux jours plus tard.

Dans la soirée du 15 janvier les forces soviétiques avaient atteint les abords de la ville.

Dans la matinée du 18 janvier, les forces du front de Leningrad ont pris d'assaut la cité ouvrière 5. La division d'infanterie du front de Volkhov est arrivée depuis l'est.

Les combattants se sont rejoints et le siège a été percé.

L'opération s'est terminée le 30 janvier: un couloir de 8-11 km de large a été créé le long de la Neva, qui a permis de rétablir la communication terrestre de Leningrad avec le pays.

Le siège de Leningrad s'est terminé le 27 janvier 1944 quand l'Armée rouge a repoussé les nazis avec l'aide de l'artillerie de Kronstadt. 

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

Dossier:
Traduction de la presse russe (janvier 2018) (51)

Lire aussi:

Carla Bruni réagit à la condamnation de Nicolas Sarkozy
Reconnu coupable de corruption, Sarkozy écope de trois ans de prison, dont un ferme
Le Kremlin répond à Biden sur l’«annexion de la Crimée»
Sanctions contre la Russie, le Venezuela et la Birmanie: «une erreur stratégique majeure commise par l’UE»
Tags:
Seconde Guerre mondiale, Léningrad
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook