Ecoutez Radio Sputnik
    Arabie saoudite

    Arabie saoudite: les réformes seront-elles suffisantes pour une croissance soutenue?

    © REUTERS/ Faisal Al Nasser
    Lu dans la presse
    URL courte
    Vestifinance.ru
    Traduction de la presse russe (janvier 2018) (51)
    110

    Le gouvernement saoudien s'attend à ce que le montant record des dépenses qu'il a engagées entraîne une forte croissance économique en 2018.

    Les économistes jugent ce pronostic trop optimiste, soulignant que les responsables sous-estiment l'influence des nouveaux impôts, la réduction des subventions et du prix du baril. Selon le site d'information Vestifinance.ru.

    Même après l'ordre du roi Salmane de verser des allocations supplémentaires pour amortir les pertes des ménages, les cinq économistes interrogés par l'agence de presse Bloomberg tablent en moyenne sur une croissance de 1,6%, ce qui est largement inférieur aux 2,7% prévus par le budget saoudien — le pronostic des experts varie entre 0,7 et 2%.

    Les économistes ont de quoi être sceptiques: le gouvernement prévoit des dépenses record cette année pour augmenter la croissance et aider les compagnies à s'adapter à la stratégie du prince héritier Mohammed ben Salmane visant à réduire la dépendance du royaume envers le pétrole.

    Mais en dépit des efforts de diversification, l'or noir reste un élément central et le budget se base encore sur une hausse de 12% des revenus des ventes pétrolières. Selon Bloomberg Economics, il faudrait donc un prix du baril avoisinant les 63 dollars.

    Le baril de Brent s'échange aujourd'hui à 70 dollars mais en 2014, son prix était de 115 dollars. «Seule une reprise partielle influencera des secteurs économiques plus larges — et pas seulement le secteur pétrolier», estime Raphael Oberti analyste de BMI Research, qui prédit cette année une croissance de 1,6% en Arabie saoudite.

    Certains économistes ont revu leurs prévisions à la hausse quand l'Arabie saoudite a annoncé qu'elle dépensera 50 milliards de rials supplémentaires pour augmenter les salaires des fonctionnaires et alléger le fardeau de la nouvelle TVA et de la réduction des allocations pour les citoyens.

    «Néanmoins, cela ne suffira pas pour assurer une hausse de 3,7% des revenus non pétroliers, selon les pronostics du gouvernement», pense Ziad Daoud, économiste en chef pour le Moyen-Orient chez Bloomberg Economics.

    A partir du 1er janvier a été instaurée une TVA de 5%, les factures d'électricité ont triplé pour certains clients et les prix de l'essence ont augmenté, entraînant une hausse du coût de la vie pour de nombreux Saoudiens.

    Les réformes de Mohammed ben Salmane visent à faire davantage correspondre l'économie saoudienne avec les réalités du monde contemporain. Le programme de réformes inclut la vente d'une part du géant pétrolier public Saudi Aramco, l'ouverture d'un marché boursier pour attirer les investissements étrangers et la création du plus grand fonds souverain de prospérité.

    La vente de 5% des parts de Saudi Aramco est un élément central de Vision 2030, un plan de réformes ambitieux pour réduire la dépendance de l'économie saoudienne envers le pétrole.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (janvier 2018) (51)

    Lire aussi:

    Le FMI prévoit une reprise économique en Russie dès cette année
    Le prince héritier d’Arabie saoudite opte pour un islam modéré «ouvert sur le monde»
    60 dollars le baril de Brent: les efforts de l'Opep+ portent leurs fruits
    Tags:
    réformes, Arabie Saoudite
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik