Ecoutez Radio Sputnik
    Bourse de Pékin. Photo d'archive

    Face à la Chine, Trump lance une guerre commerciale perdue d'avance?

    © AFP 2018 FRED DUFOUR
    Lu dans la presse
    URL courte
    Vestifinance.ru
    Traduction de la presse russe (janvier 2018) (51)
    10210

    L'administration du président américain Donald Trump, disposée de manière protectionniste depuis son entrée en fonctions, est passée des paroles aux actes dans sa campagne médiatisée pour la protection des travailleurs américains contre les «terribles transactions commerciales» que Donald Trump considère comme une «atrocité».

    Stephen Roach, chercheur à l'université de Yale et longtemps directeur de Morgan Stanley Asia, pense que cette approche est pour le moins «tardive». Dans son article pour Project Syndicate, il note qu'au pire des cas cela pourrait tout à fait provoquer des contre-mesures qui ne feraient qu'aggraver la situation déjà difficile pour les consommateurs américains de la classe moyenne. C'est ainsi que commencent les guerres commerciales, selon Vestifinance.ru.

    Il est évident que la cible de la Maison blanche est la Chine. L'adoption, le 23 janvier, de taxes dites protectionnistes sur les importations de panneaux solaires et de machines à laver conformément à l'article 201 de la loi sur le commerce des USA de 1974 est dirigée avant tout contre la Chine et la Corée du Sud. Surtout, cette démarche pourrait constituer la première salve d'une série de contre-mesures.

    En août dernier, un représentant américain au commerce a ouvert une enquête en vertu de l'article 301 visant la Chine dans trois grands domaines: le droit de propriété intellectuelle, les innovations et la conception de technologies. Ce qui sera probablement suivi par des sanctions. De plus, l'enquête dans le cadre de l'article 232 sur la menace à la sécurité nationale provoquée par les importations déloyales d'acier vise également la Chine dans la mesure où elle est le premier producteur mondial d'acier.

    Ces actions ne sont probablement pas étonnantes pour le président, qui avait promis dans son discours d'investiture il y a un an de «protéger les frontières [américaines] contre les invasions d'autres pays qui produisent les mêmes marchandises que nous, volent nos compagnies et détruisent nos emplois». Mais c'est précisément le problème. En dépit du cri du cœur de l'administration Trump — «l'Amérique avant tout» — les USA pourraient parfaitement sortir perdants de la guerre commerciale.

    Premièrement, les taxes sur les panneaux solaires et les machines à laver sont une mesure désespérément en retard sur les transformations à l'œuvre au niveau des chaînes mondiales de distribution dans ces deux secteurs. La production de panneaux solaires est transférée depuis longtemps de Chine vers des pays comme la Malaisie, la Corée du Sud et le Vietnam qui représentent actuellement près de deux tiers du total des importations américaines de panneaux solaires. Et la compagnie Samsung, principal fournisseur étranger de machines à laver, a récemment ouvert une nouvelle usine en Caroline du Nord.

    De plus, la fixation de l'administration de Trump sur le déséquilibre excessif dans le commerce bilatéral avec la Chine ne prend toujours pas en compte les forces macroéconomiques plus larges qui ont engendré le déficit multilatéral du commerce extérieur des USA avec 101 pays. Éprouvant une pénurie d'épargnes intérieures tout en voulant consommer et croître, l'Amérique est contrainte d'importer les excès d'épargne de l'étranger et de se résigner à un immense déficit du compte courant et du commerce pour attirer le capital étranger.

    Par conséquent, organiser des attaques contre la Chine ou un autre pays sans pour autant s'occuper de l'origine du niveau bas de l'épargne à l'intérieur du pays revient à presser un ballon rempli d'eau d'un côté: l'eau transite simplement de l'autre côté. Étant donné que le déficit du budget américain devrait augmenter d'au moins 1.000 milliards de dollars d'ici dix ans à cause de la récente baisse des impôts, la pression sur les épargnes intérieures ne fera qu'augmenter. Dans ce contexte, une politique protectionniste est une sérieuse menace pour les besoins de financement extérieur déjà importants de l'Amérique, avec un impact sur les taux d'intérêt aux USA, le cours du dollar ou les deux.

    Par ailleurs, on peut également s'attendre à ce que les partenaires commerciaux de l'Amérique réagissent de la même manière, ce qui créera une sérieuse menace pour la croissance économique des USA orientée sur les exportations. Par exemple, l'éventuelle adoption de taxes par la Chine — troisième marché d'exportation pour les USA, de surcroît affichant la plus forte croissance — pourrait effectivement dresser une barrière aux principaux produits américains exportés: les fèves de soja, les avions, les différents équipements et les pièces de rechange pour les voitures. Et, bien sûr, la Chine pourra toujours réduire l'achat d'obligations du Trésor américain, ce qui aurait de sérieuses conséquences pour le prix des actifs financiers.

    Enfin, il faut tenir compte du changement de prix éventuel à cause de l'inertie des flux commerciaux existants. La pression concurrentielle des produits étrangers bon marché a entraîné aux USA une baisse du coût moyen des panneaux solaires de 70% depuis 2010. Les nouvelles taxes provoqueront une augmentation des prix sur les panneaux solaires importés, ce qui conduira à une hausse des impôts pour les consommateurs d'énergie et enterrera les efforts pour le passage aux carburants non hydrocarbures. On peut également s'attendre à une telle réaction de la part des producteurs de machines à laver importées: la compagnie LG Electronics, principal fournisseur étranger, vient d'annoncer une augmentation du prix de chaque machine à laver de 50 dollars après l'adoption des taxes américaines. Les altercations avec l'administration Trump viennent de commencer, mais les consommateurs américains sont déjà perdants.

    Quoi qu'en dise le président des USA, il n'y a pas de stratégie gagnante dans cette guerre commerciale. Cela ne signifie pas que les politiciens américains ne doivent pas prendre de mesures par rapport aux pratiques commerciales déloyales. Le mécanisme de règlement des litiges de l'Organisation mondiale du Commerce (OMC) a été élaboré avec cet objectif précis et a fonctionné durant de longues années au profit des USA. Depuis la création de l'OMC en 1995, les USA ont initié 123 des 537 litiges dans le cadre de cette organisation, dont 21 concernant la Chine. Bien que le règlement d'un litige via l'OMC nécessite du temps et des efforts, la plupart des verdicts prononcés étaient favorables aux USA.

    En tant qu'État de droit les USA, ne peuvent certainement pas se permettre d'agir en dehors du système commercial mondial basé sur des règles. Quoi qu'il en soit, cela souligne la tragédie que représente la sortie de l'administration de Trump du Partenariat transpacifique qui aurait garanti une base solide pour régler les problèmes liés à la pratique commerciale chinoise.

    Dans le même temps, les USA ont parfaitement le droit d'insister sur un accès égal de leurs multinationales aux marchés extérieurs: ces dernières années, plus des 3.000 accords d'investissement bilatéraux garantissant cette attitude juste ont été signés dans le monde entier. L'absence d'un tel accord entre les USA et la Chine est une exception scandaleuse qui limite, malheureusement, les possibilités de participation de compagnies américaines à la rapide expansion du marché de consommation intérieur de la Chine. Dans ces conditions de tension croissante des relations commerciales, il n'y a pratiquement pas d'espoir de progrès radical concernant un accord d'investissement sino-américain.

    Les guerres commerciales sont pour les ratés. C'est probablement le sommet de l'ironie pour le président qui a promis à l'Amérique qu'il recommencerait à «gagner». Le sénateur Reed Smoot et le membre de la chambre des représentants Willis Hawley avaient également fait une telle promesse vide en 1930, ce qui avait conduit aux taxes protectionnistes qui ont aggravé la Grande dépression et ont déstabilisé l'ordre international. Malheureusement, l'une des leçons les plus douloureuses de l'histoire contemporaine est déjà presque oubliée.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (janvier 2018) (51)

    Lire aussi:

    La guerre commerciale USA-Chine évitée, Pékin remporte la manche
    Les 4 scénarios de la guerre commerciale de Trump
    Et si les menaces US envers la Chine étaient du bluff
    Tags:
    protectionnisme, guerre commerciale, acier, bourse, taxes, commerce, Donald Trump, Chine, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik