Ecoutez Radio Sputnik
    Bitcoin

    Les acteurs globaux renonceront-ils aux cryptomonnaies?

    © Sputnik . Vladimir Astapkovich
    Lu dans la presse
    URL courte
    Kommersant
    Traduction de la presse russe (février 2018) (59)
    340

    Les acteurs mondiaux pourraient-ils renoncer aux cryptomonnaies? La question commence à se poser après une nouvelle chute du Bitcoin, qui a perdu près d'un quart de sa valeur en une seule journée.

    Dans la matinée de mardi, la monnaie est passée sous la barre des 6.000 dollars, alors qu'en décembre encore un Bitcoin s'échangeait pour près de 20.000 dollars, écrit mardi le quotidien Kommersant. Les analystes lient la baisse du cours avec la politique des grands États dans le domaine de la régulation cryptomonétaire. Par exemple, en Corée du Sud chaque trader doit s'identifier à l'aide d'un compte bancaire pour commercer en cryptomonnaie. Pour leur part, les autorités de l'Inde ont annoncé qu'elles comptaient rendre les monnaies numériques illégales au sein du système actuel des paiements, tandis que la Chine s'apprête à interdire dans sa juridiction l'ICO et le travail des bourses étrangères. Les grands groupes bancaires — JPMorgan Chase, Bank of America et Citigroup — ne soutiennent pas non plus l'achat de cryptomonnaies.

    Dans ce contexte, les États et les acteurs financiers mondiaux vont-ils tirer un trait sur les cryptomonnaies?

    Stanislav Teo, directeur de la stratégie du cryptomarché Coin Place, pense que la monnaie numérique résistera à toutes les attaques des autorités monétaires de différents pays: «Manifestement, la cryptomonnaie n'est pas bénéfique pour les États et les banques centrales. Parce que si quelque chose ne peut pas être émis, normalement contrôlé et taxé, alors c'est toujours un risque. Néanmoins, du point de vue technologique, il n'y a aucune prémisse à ce que les cryptomonnaies disparaissent ou pour que le blockchain cesse son existence. D'après moi, à présent les États développeront des analogues comme le crypto-rouble ou le crypto-yen, c'est-à-dire liées à elles-mêmes. Je suis absolument certain que d'ici six mois le Bitcoin et l'Ethereum vaudront largement plus qu'aujourd'hui. Néanmoins, la tendance actuelle se maintiendra probablement pendant une semaine ou deux.»

    La plupart des analystes pensent que le cours du Bitcoin s'approchera prochainement de 5.000 dollars, même si on prédisait auparavant que cette année la cryptomonnaie la plus populaire dépasserait les 50.000 dollars.

    «La monnaie numérique reste fortement surestimée et il n'y a pas de prémisse à son existence stable à terme, pense Vadim Merkoulov, analyste de Freedom Finance. Aujourd'hui la cryptomonnaie n'a qu'une forme embryonnaire, on commence seulement à comprendre comment elle peut être utilisée».

    A l'heure actuelle, Visa et MasterCard dépassent largement la vitesse de traitement des transactions qu'offrent Bitcoin, Ripple ou Ethereum.

    Une telle chute du Bitcoin est donc peu étonnante puisqu'une partie de sa croissance était quelque peu inefficace. Autrement dit: il y a effectivement une manipulation du marché par les grands acteurs. Désormais, une immense quantité d'énergie est consommée pour traiter les transactions en bitcoins, ce qui cause déjà de légères perturbations sur le réseau. En Chine, où le minage est très populaire, cette tendance est devenue notable dans certaines régions où l'on a constaté des perturbations du système d'alimentation électrique. C'est pourquoi le gouvernement a commencé à l'interdire. Il est donc impossible de dire aujourd'hui à quel point cette technologie est efficace — et elle pourrait parfaitement s'étouffer elle-même.»

    D'après le site Coinmarketcap, derrière le Bitcoin d'autres cryptomonnaies populaires perdent également du terrain: Ethereum a immédiatement perdu 19% de sa valeur, et Ripple a perdu jusqu'à 14% dans la matinée de mardi.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (février 2018) (59)

    Lire aussi:

    Le bitcoin augmente encore, acheter ou pas?
    Les montagnes russes du Bitcoin: à quoi le crypto-univers doit-il s’attendre en 2018?
    Qui provoque la chute du bitcoin, main invisible du marché ou intervention d’État?
    Tags:
    cryptomonnaie, bitcoin, Citigroup, Bank of America (BofA)
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik