Ecoutez Radio Sputnik
    RT-Logo

    Pourquoi les lobbyistes de Soros accusent RT d'ingérence dans le Brexit

    © Sputnik. Konstantin Chabalov
    Lu dans la presse
    URL courte
    RT
    Traduction de la presse russe (février 2018) (42)
    6110

    Un nouveau scandale antirusse a éclaté au Royaume-Uni après que la compagnie de communication 89up a diffusé l'information selon laquelle la chaîne RT et l'agence de presse Sputnik auraient exercé une influence «significative» sur la décision des Britanniques de voter pour la sortie de l'UE au référendum de juin 2016.

    Pendant ce temps, les responsables gouvernementaux proposent des mesures pour lutter contre l'«ingérence russe», écrit mardi 13 février le site de la chaîne RT.

    Selon le rapport de 89up, du 1er janvier au 23 juin 2016 l'audimat total des publications de RT et de Sputnik «dirigées contre l'UE» sur Twitter — d'après la compagnie de communication — a atteint 134 millions de followers. D'après l'étude, en six mois RT et Sputnik «ont publié 261 articles en soutien au Brexit».

    Dans le même temps, l'audimat des sites des deux campagnes officielles prônant le Brexit — Vote Leave et Leave.EU — sur Twitter à la même période s'élevait respectivement à 33 et à 11 millions de followers. Pour obtenir une couverture comparable à l'audimat des médias russes, les deux campagnes officielles pour la sortie du Royaume-Uni de l'UE auraient ainsi dû dépenser 1,35 million de livres selon 89up.

    En décembre 2017, le ministre britannique des Affaires étrangères Boris Johnson avait déclaré qu'il «ne voyait pas de preuves» d'une influence réussie de la Russie sur le vote concernant le Brexit. Fin janvier 2018, la compagnie Twitter avait envoyé une lettre au comité des technologies numériques, de la culture, du sport et des médias du parlement britannique pour expliquer qu'elle ne disposait pas de preuves tangibles que la Russie avait tenté d'influer sur les résultats du vote concernant la sortie de l'UE.

    La compagnie 89up, auteure de ce rapport antirusse, fournit officiellement des services de communication et de lobbying. Selon le quotidien The Guardian, 89up a reçu un financement des groupes opposés à la sortie de l'UE, notamment de l'ONG Best for Britain, qui a reçu l'an dernier plus de 400.000 livres du milliardaire George Soros. Cette information initialement dévoilée par le Daily Telegraph a été confirmée par George Soros.

    Le directeur exécutif de 89up, Mike Harris, est connu comme un soutien de George Soros dans les pages des médias britanniques, tout comme pour sa critique virulente du fondateur de WikiLeaks Julian Assange.

    «C'est un moment étrange quand une compagnie de com' généreusement payée par un oligarque étranger pour s'ingérer dans la politique britannique se plaint au Times d'une «éventuelle ingérence russe»», a commenté l'ambassade de Russie au Royaume-Uni sur Twitter après le rapport de 89up.

    L'organisation Best for Britain du citoyen américain et milliardaire George Soros n'est pas perçue comme une ingérence dans les affaires intérieures alors même que cette organisation faisait ouvertement de la propagande pour convaincre les Britanniques qu'ils devaient voter pour rester au sein de l'UE. C'est de l'hypocrisie.

    D'après les experts, l'élite britannique fait l'impasse sur l'activité de Soros alors que RT et Sputnik ont seulement eu le tort de fournir un point de vue alternatif en brisant le monopole des médias occidentaux, y compris britanniques.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (février 2018) (42)

    Lire aussi:

    Soros aurait investi plus de 500.000 USD dans l’abandon du Brexit
    La Hongrie contre George Soros: nouveau «round» d’opposition
    La chute de l'empire de George Soros est-elle proche?
    Tags:
    Brexit, chaîne de télévision russe RT, Sputnik
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik