Ecoutez Radio Sputnik
    La jauge de pression

    Gaz naturel liquéfié: Saudi Aramco compte investir dans un projet russe

    © Sputnik . Eugene Biyatov
    Lu dans la presse
    URL courte
    Kommersant
    Traduction de la presse russe (février 2018) (59)
    1120

    La Russie et la compagnie Saudi Aramco devraient signer ce mercredi 14 février un accord de coopération dans le cadre d'un projet de gaz naturel liquéfié (GNL) russe.

    Il pourrait s'agir du projet Arctic LNG 2 de Novatek, pour lequel les Saoudiens avaient déjà témoigné de l'intérêt, écrit mercredi le quotidien Kommesant. De plus, la Russie et l'Arabie saoudite pourraient évoquer une coopération dans le domaine pétrochimique à hauteur de 1 milliard de dollars, ainsi que des investissements conjoints dans les compagnies privées russes de services pétroliers EDC et Novomet.

    «Saudi Aramco va signer un accord de partenariat avec un projet de GNL en Russie, a déclaré Kirill Dmitriev, directeur du Fonds russe d'investissements directs (RFPI) qui a formé l'an dernier un fonds d'investissement conjoint avec PIF et Saudi Aramco. Les investisseurs saoudiens s'intéressent aux projets de GNL russes. Et aujourd'hui c'est une très importante signature, celle d'un accord de partenariat d'Aramco avec l'un de nos principaux projets de GNL». On ne sait pas encore de quel projet il s'agit précisément. D'après les informations de la commission intergouvernementale des deux pays, la Russie et l'Arabie saoudite étudieraient la possibilité d'une participation conjointe au projet de deuxième usine de GNL de Novatek Arctic LNG 2 sur la péninsule de Gydan (d'une puissance éventuelle d'environ 20 millions de tonnes). Leonid Mikhelson, président de Novatek, avait noté en décembre 2017 que la compagnie étudiait également d'éventuelles fournitures de GNL en Arabie saoudite.

    Il est prévu de lancer Arctic LNG 2 sur la base du gisement Outrenni en 2023, et qu'il tourne à plein régime d'ici 2026. Novatek est prêt à proposer aux partenaires 30 à 40% du projet, mais les investisseurs concrets n'ont pas encore été choisis. En décembre 2017, Novatek a lancé la première partie de l'usine Yamal LNG (50,1% détenus par Novatek, 20% par Total et le chinois CNPC, 9,9% par la chinoise SRF) pour 6,5 millions de tonnes de GNL par an. Le ministre saoudien de l'Énergie Khaled al-Faleh était présent lors de la cérémonie.

    L'an dernier, le fonds conjoints du RFPI, PIF et Saudi Aramco avait fait part de son intention d'investir dans les parts minoritaires des compagnies de services pétroliers Eurasia Drilling Company (150 millions de dollars) et de Novomet. On suppose qu'en obtenant une part d'EDC, Saudi Aramco fournira un accès au marché national pour la compagnie de forage russe. Les conditions de l'accord avec EDC seront connues «prochainement», espère le chef du RFPI. De plus, la Russie et l'Arabie saoudite parlent d'investir dans la pétrochimie russe. En octobre 2017, le RFPI, SIBUR et Saudi Aramco ont signé un mémorandum de coopération dans ce domaine supposant une participation à des projets communs dans le secteur de la pétrochimie et la fourniture de produits. «En ce qui concerne le projet pétrochimique de SIBUR et de Saudi Aramco, de nombreuses conditions préalables sont déjà réunies. Le projet implique plus d'un milliard de dollars d'investissements dans le secteur pétrochimique en Arabie», a déclaré aujourd'hui Kirill Dmitriev.

    Le fonds russo-saoudien créé investira dans la part minoritaire de la plus grande compagnie de forage russe Eurasia Drilling Company (EDC), comme confirmé en octobre 2017 par le ministre russe de l'Énergie Alexandre Novak. Ce dernier a également dévoilé le montant des investissements dans EDC: 150 millions de dollars — sur un montant total de transactions entre les deux pays s'élevant à 3 milliards de dollars.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (février 2018) (59)

    Lire aussi:

    Un producteur russe de gaz naturel signe un mémorandum de coopération avec Saudi Aramco
    Qui et où extraira le dernier baril de brut? Riyad avance sa réponse
    Total se joint à Novatek dans un nouveau mégaprojet en Arctique
    Tags:
    gaz, Saudi Aramco, Novatek, Arabie Saoudite, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik