Ecoutez Radio Sputnik
    Pentagone

    Pourquoi les achats d'obus ont explosé de 825% aux USA

    © AFP 2019 Jonathan Ernst
    Lu dans la presse
    URL courte
    Par
    Traduction de la presse russe (février 2018) (59)
    4318
    S'abonner

    Le Pentagone a demandé de décupler le nombre d'obus d'artillerie à disposition de l'armée américaine. Motif officiel invoqué: remplacer les munitions dont le délai de validité est dépassé. Une partie de l'artillerie américaine étant concentrée en Europe, les USA prépareraient-ils une guerre terrestre classique sur le continent?

    Selon le projet rendu public il y a quelques jours, pour l'année fiscale à venir l'armée américaine compte acheter près de 150.000 obus d'artillerie, ce qui représente une augmentation des fournitures de 825%. Selon Vzglyad.

    Dans son budget 2019, le Pentagone prévoit l'achat de 148.297 munitions pour des obusiers de 155 mm. La commande comportera également des munitions à guidage GPS et 1.189 munitions réactives Excalibur pour le combat rapproché, qui armeront notamment le nouveau destroyer Zumwalt. Le budget militaire total devrait s'élever à 686 milliards de dollars.

    A titre de comparaison, pour la prochaine année fiscale les forces armées américaines comptaient acheter 10 fois moins d'obus — seulement 16.573 munitions pour les obusiers de 155 mm. Le besoin en obus a donc soudainement augmenté de 825%.

    Le directeur du budget de l'armée, Paul Chamberlain, note que l'Amérique «se prépare à participer à des conflits demandant des mesures fermes». Il affirme que l'armée ne manque pas d'obus, mais que les plans d'achat sont liés à la nécessité de renouveler l'arsenal. Les obus d'artillerie et d'autres munitions ont en effet une date de validité, et ils doivent être remplacés une fois arrivés à échéance. D'autant que les soldats ne lésinent pas sur les obus pendant les exercices.

    D'après le sous-secrétaire de l'armée américaine Jack Daniels, la particularité des activités militaires auxquelles participent les USA ces 15 dernières années est qu'il s'agit de combats contre des groupes mobiles légèrement armés et ne nécessitant, à ce titre, presque pas d'armements lourds.

    Quelque chose de sérieux se préparerait-il en Europe?

    Le général Leonid Ivachov, président de l'Académie russe des problèmes géopolitiques, reconnaît que 150.000 obus ne représentent pas une quantité importante et affirme qu'ils seront «probablement envoyés au Moyen-Orient, en Afghanistan, en Irak et en Égypte, parce que les USA ont l'intention de rétablir leur domination dans cette région. Pour une hypothétique guerre en Europe, les Américains utiliseraient plutôt des missiles de croisière.»

    Pour l'Initiative européenne de dissuasion, «des sommes d'argent aussi importantes sont allouées aux opérations d'expédition des USA pour mener des opérations sur le territoire d'autres pays», suppose Leonid Ivachov.

    Et de poursuivre: «En cas d'attaque, le principal coup sera porté par l'artillerie, les obus réactifs et les missiles de croisière, et des hélicoptères seront utilisés».

    L'expert n'exclut pas des altercations entre les Américains et les forces russes, qui pourraient être organisées par le Pentagone à titre de provocation. D'après le général russe, cette augmentation du financement de l'armée américaine découle précisément de la peur face à la Russie.

    Le président américain Donald Trump a proposé le plus grand budget militaire de l'histoire du pays. Et si le président avait demandé «seulement» 637 milliards de dollars, le Congrès a finalement accordé pour 2018 une somme encore plus élevée: 692 milliards de dollars — un record. La «cible» de ce budget sans précédent est connue. La Maison blanche a notamment demandé au congrès 6,3 milliards de dollars pour l'Initiative européenne de dissuasion, qui vise à réfréner l'«agression russe» dans la région. Il est prévu de dépenser cet argent pour renforcer la présence américaine sur le continent européen.

    «Les congressistes ont même alloué plus d'argent que Trump n'en demandait. La rhétorique sur l'agression de la Russie a conduit à ce que les congressistes décident d'assurer leurs arrières. Tandis que la Russie ne manifeste aucune menace. Elle s'incline largement par rapport aux USA, et qui plus est à l'Otan, de par le nombre et la qualité des armements et même le niveau de formation des effectifs. Mais les USA préparent quelque chose de sérieux», estime Leonid Ivachov, soulignant qu'un nouveau commandement général des forces mobiles est créé en Europe.

    Alexeï Leonkov, directeur du magazine Arsenal Otetchestva, n'est pas aussi alarmiste. Il n'exclut pas que les Américains aient simplement dû renflouer leurs réserves après deux ans de tirs actifs en Irak, et notamment après l'assaut épuisant de Raqqa et de Mossoul après lequel les deux villes ont été réduites en poussière.

    «Les Américains ont activement utilisé l'artillerie de 155 mm. Les obusiers de campagne appuyaient les offensives de la coalition menée par les USA. Ils utilisaient occasionnellement des lance-roquettes multiples (LRM) HIMARS. De nombreux obus ont évidemment été tirés», a déclaré Alexeï Leonkov.

    Dans le même temps, il n'exclut pas que les Américains se préparent à de nouvelles campagnes militaires. Il ne faut pas oublier que l'artillerie américaine et les LRM se trouvent notamment en Europe. «On ignore où iront ensuite ces munitions — si elles resteront en Amérique, si elles partiront en Europe ou dans le corps expéditionnaire de l'infanterie de marine», précise l'expert.

    Par le passé, les Américains utilisaient encore plus de munitions: par exemple, 1,5 million d'obus ont été tirés pendant l'invasion de l'Irak en 2003.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (février 2018) (59)
    Tags:
    achats, obus, Pentagone, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik