Ecoutez Radio Sputnik
    yuan

    Investissements «sensibles» et «encouragés»: zoom sur la nouvelle politique chinoise

    © Sputnik . Alexandr Demyanchuk
    Lu dans la presse
    URL courte
    Kommersant
    Traduction de la presse russe (février 2018) (59)
    160

    La semaine dernière, la Chine a mis à jour un document curieux, peu connu du grand public en dehors du pays: la liste des investissements «sensibles» et «encouragés». L'analyse de ce texte permet de comprendre vers où la Chine dirige son argent.

    Si vous êtes Chinois, vous pouvez à présent investir dans les nouvelles villes ou les réseaux électriques à l'étranger sans restrictions particulières, tout en comptant sur l'aide de l'État. Vous pouvez également placer votre argent dans les hôtels ou les clubs sportifs en dehors de la Chine, mais c'est alors une affaire privée à vos risques et périls. Selon le quotidien Kommersant.

    Ces nouvelles orientations découlent de la nouvelle liste des domaines d'investissement du capital à l'étranger, publiée la semaine dernière en Chine.

    Ce document précise que pour investir dans un réseau de cinéma ou des fonds d'investissement, qui plus est dans les médias ou la production d'armement en dehors de la Chine, il faut obtenir une autorisation officielle. Ensuite, c'est à vous de gérer. Mais les règles sont différentes en ce qui concerne, par exemple, l'approvisionnement en électricité de quartiers ou de villes en dehors de la Chine, ou encore les télécommunications: vous n'avez alors qu'à avertir les autorités de telles transactions, et ces mêmes autorités vous aideront.

    Les deux listes, l'une désignant les investissements «sensibles» et l'autre ceux qui sont «encouragés», sont périodiquement mises à jour. Par exemple, jusqu'ici la construction de centrales électriques, de quartiers ou de villes entières relevait des secteurs «sensibles», alors qu'à présent elle fait partie du secteur «encouragé».

    Cette nouvelle direction est liée à un thème crucial: la stratégie de grande nation (nation globale). Selon les méthodes de calcul, la Chine est la première ou la deuxième économie mondiale. Il aurait été ridicule de penser que son économie resterait cantonnée aux frontières nationales.

    Ou — encore plus ridicule — que les affaires chinoises à l'étranger pourraient se dérouler sans la participation de Pékin.

    L'an dernier, les entreprises chinoises ont affiché 120 milliards de dollars d'investissements directs à l'étranger. Les investissements directs désignent le financement de projets concrets, alors que les investissements dans les banques et les fonds sont calculés séparément. Il est impossible de contrôler de telles sommes à partir des institutions chinoises. Les listes de secteurs «encouragés» ne font donc que montrer aux investisseurs (et à tous les autres) la stratégie globale de l'État, son intention de soutenir un certain type de projets stratégiquement bénéfiques pour le pays.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (février 2018) (59)

    Lire aussi:

    Les USA restent sur la défensive face à la poussée du capital chinois
    Poutine: «L'investissement direct étranger a doublé en 2017»
    Nouvelle route de la soie: pourquoi Pékin investit en masse en Syrie
    Tags:
    politique, investissements, Chine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik