Ecoutez Radio Sputnik
    élections législatives italiennes

    Que sera la politique italienne après la victoire des eurosceptiques aux législatives?

    © AP Photo / Alessandra Tarantino
    Lu dans la presse
    URL courte
    RT
    Traduction de la presse russe (mars 2018) (57)
    6253

    Selon les résultats préliminaires, la coalition de centre-droit de Silvio Berlusconi arrive en tête des élections législatives italiennes. Presque 37% des électeurs ont ainsi voté pour l'alliance entre les partis Forza Italia, la Ligue, les Frères d'Italie et Nous avec l'Italie.

    Les populistes du Mouvement 5 Étoiles ont affiché des résultats en hausse subite avec 32,2% des suffrages. Près de 70% des Italiens ont voté pour des partis prônant une plus grande autonomie dans les relations avec l'UE et favorables à l'amitié avec la Russie. Selon la chaîne RT.

    D'après le ministère italien de l'Intérieur, après le dépouillement de plus de la moitié des bulletins des élections législatives de dimanche dernier en Italie, l'alliance de centre-droit arrive en tête du scrutin. Près de 37% des électeurs ont voté pour les candidats réunis sous cette étiquette. Le taux de participation était supérieur à 70%.

    Cette alliance est suivie par le Mouvement 5 Étoiles populiste de Luigi Di Maio avec plus de 32% des suffrages. Il s'agit du résultat le plus élevé d'un parti politique hors alliance. L'alliance du parti démocrate au pouvoir avec d'autres forces de centre-gauche n'a obtenu que 25% des suffrages.

    Elections en Itale
    © Sputnik . Danilo Garsia di Meo
    Les eurosceptiques, qui insistent sur une plus grande autonomie de Rome dans les relations avec Bruxelles et critiquent la politique d'accueil des migrants d'Afrique, arrivent en tête des élections. Autre point commun des forces de centre-droit et du Mouvement 5 Étoiles: leur soutien à la levée des sanctions antirusses et au développement des relations avec la Russie.

    «Les résultats des législatives italiennes montrent une sérieuse progression des intérêts populaires. La coalition de droite, qui arrive en tête, adopte des positions eurosceptiques modérées et réalistes, prône la normalisation avec la Russie et place les intérêts de l'Italie au-dessus de ceux des équipes mondialistes», analyse Daria Platonova du Centre d'expertises géopolitiques.

    Selon cette dernière, les positions fortes du Mouvement 5 Étoiles témoignent également d'une atmosphère générale d'euroscepticisme.

    «Le paysage politique italien change rapidement, on constate une dérive vers le conservatisme et le populisme. Des antimondialistes et des politiciens qui ne sont pas d'accord avec le diktat de l'UE arrivent au pouvoir en Italie. De grands changements sont à prévoir», poursuit l'experte.

    Il faut réunir plus de 40% des voix au parlement pour former le gouvernement. Aucune force politique n'ayant obtenu autant de suffrages, il sera donc nécessaire de former une coalition. Si aucun accord n'était trouvé d'ici l'été, de nouvelles législatives devraient être organisées.

    «Il faut s'attendre à une normalisation des relations avec la Russie, c'est une mesure d'auto-préservation pour l'Italie. L'économie italienne a été significativement touchée par les sanctions antirusses. Au niveau des parlements régionaux, certains députés de la Ligue proposaient même de lever les sanctions en contournant la politique de l'UE. Cela a été évoqué il y a quelques années — aujourd'hui cela pourrait devenir réalité après de tels résultats aux élections», conclut Daria Platonova.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (mars 2018) (57)

    Lire aussi:

    Le parlement italien «en suspens» après les législatives
    Le nouveau gouvernement italien détaille sa position sur les sanctions antirusses
    Salvini: la Russie est «notre allié fondamental»
    Tags:
    élections législatives, Italie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik