Ecoutez Radio Sputnik
    Téhéran

    Israël et l'Iran au seuil d'une grande guerre?

    © Sputnik . Vladimir Fedorenko
    Lu dans la presse
    URL courte
    Nezavissimaïa gazeta
    Traduction de la presse russe (mars 2018) (57)
    614240

    Le gouvernement américain promet de sortir de l'accord nucléaire conclu entre l'Iran et les six pays médiateurs, a déclaré le vice-président américain Mike Pence pendant la conférence annuelle de l'organisation de lobbying "Comité israélo-américain pour les relations publiques" à Washington.

    La volonté de l'Iran, d'Israël et des USA de défendre leurs intérêts pourrait prochainement déclencher une véritable guerre au Moyen-Orient, selon le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

    «Il ne faut pas en douter: c'est la dernière chance pour les Iraniens. Si l'accord nucléaire n'était pas modifié dans les mois à venir, les USA sortiraient immédiatement de l'accord», a déclaré Mike Pence. Et de poursuivre: «Les USA ne laisseront jamais l'Iran obtenir l'arme nucléaire», cite Nezavissimaïa gazeta.

    De son côté, l'ambassadeur d'Israël aux USA Ron Dermer a expliqué que la communauté internationale devait prendre conscience de la nécessité de respecter les intérêts de l'État hébreu au Moyen-Orient. Il a précisé qu'Israël était prêt à défendre de pied ferme les «lignes rouges» qu'il a tracées. En d'autres termes: personne n'est autorisé à porter atteinte à son intégrité territoriale, comme le montre la récente attaque israélienne contre des drones appartenant à l'Iran dans une région frontalière avec la Syrie.

    Mais la communauté internationale, garante de l'accord nucléaire, n'est pas prête à suivre les USA sur toute la ligne. «L'Allemagne et l'UE ne soutiendront pas la sortie unilatérale des USA de l'accord parce que ce dernier est important pour Berlin. Il serait dangereux de détériorer les relations avec l'Iran à un moment où tout le Moyen-Orient est plongé dans le chaos. Le tout sur fond des nouvelles taxes américaines sur l'acier qui constituent une autre question très destructive et dangereuse du point de vue européen — ce qui détériore davantage les relations entre l'UE et les USA», explique Stefan Meister du Conseil allemand des relations internationales (DGAP).

    Il ne fait aucun doute que prochainement, le thème de la confrontation avec l'Iran repoussera à l'arrière-plan les autres problèmes de la région. Le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a déclaré lors de son entretien avec le président américain Donald Trump que l'Iran devenait le plus grand défi au Moyen-Orient, pour son État tout comme pour les USA.

    La perspective d'un scénario militaire en Iran est très certainement à l'étude, estiment les experts russes. «Le risque d'une frappe militaire pèse depuis longtemps sur l'Iran. Pour se représenter le scénario exact, il faut comprendre de quelle frappe il s'agit parce que les militaires américains ont parlé d'activités militaires avec un différent niveau d'invasion (frappes aériennes, frappes chirurgicales contre les sites d'infrastructure nucléaire, opération de grande envergure). Tout scénario «léger» peut dégénérer en une véritable guerre, sachant que les USA ne pourront pas préalablement sécuriser tous leurs sites dans la région et protéger leurs alliés du Golfe», explique Ioulia Svechnikova du Haut collège d'économie. Et de conclure: «La conscience des risques catastrophiques, y compris des victimes humaines en Iran même, était probablement jusqu'à présent le facteur de dissuasion le plus important: il est tout simplement déraisonnable d'engager de telles actions. Alors que l'Iran, comprenant l'impossibilité de gagner dans un conflit armé à part entière, s'est concentré sur une réaction asymétrique… Par conséquent, même si l'Iran ne peut pas compter sur un grand potentiel dans un conflit ouvert, il signale toujours qu'il peut gâcher la vie à ses voisins.»

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (mars 2018) (57)

    Lire aussi:

    Les USA misent-ils sur une révolution en Iran?
    Donald Trump énonce son verdict à l'Europe
    Tel-Aviv et Riyad ne veulent pas faire la guerre contre l'Iran sans les USA
    Tags:
    guerre, Iran, Israël
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik