Ecoutez Radio Sputnik
    Stephen Bannon

    Un ancien conseiller de Trump en Europe veut rassembler les nationalistes

    © REUTERS / Jonathan Ernst
    Lu dans la presse
    URL courte
    Gazeta.ru
    Traduction de la presse russe (mars 2018) (57)
    776

    L'ancien conseiller du président américain Donald Trump Stephen Bannon, considéré comme l'un des concepteurs du «trumpisme» en tant qu'idéologie politique, a effectué une tournée en Europe pour rencontrer des leaders nationalistes européens.

    L'homme politique a passé plus de dix jours sur le Vieux continent et, selon le magazine Times, a été accueilli comme une «rockstar».

    Le site d'information Gazeta.ru. analyse la tournée européenne de Stephen Bannon, ancien conseiller de Trump. Il s'est entretenu avec les leaders du parti nationaliste allemand Alternative pour l'Allemagne (AfD), a rencontré les nationalistes en Suisse et a prononcé un discours au congrès du Front national en France. Le New York Times souligne que Stephen Bannon était même l'invité d'honneur du congrès du FN qui s'est tenu samedi dernier à Lille. Il a été présenté aux hôtes par la chef du parti et ancienne candidate à la présidence française Marine Le Pen.

    Le discours de l'ex-conseiller devant les partisans et les membres du parti a été relativement ferme. Il a appelé les nationalistes européens à ne pas craindre les reproches de racisme: «Qu'on vous appelle racistes, qu'on vous appelle xénophobes. Portez-le comme un insigne», a déclaré Stephen Bannon.

    Ce dernier ne cache pas qu'il a été poussé à se rendre en Europe car il voulait communiquer avec les partisans de mêmes idées. Lui-même se proclame en tant qu'«infrastructure pour le mouvement populiste mondial».

    Boris Gousseletov, expert de l'Institut de l'Europe affilié à l'Académie des sciences de Russie, n'exclut pas la possibilité qu'officieusement Stephen Bannon puisse promouvoir l'agenda de la Maison blanche: «Étant donné que les Américains se sont engagés dans la détérioration des relations avec l'UE, ils seront certainement satisfaits par l'affaiblissement de l'UE en tant qu'institution. Le flirt et le soutien des eurosceptiques s'inscrit dans ce cadre».

    Stephen Bannon avait déjà déclaré qu'il travaillait à la création d'un think-tank pour le transformer en arme de popularisation de ses idées économiques et sociales.

    Le NYT remarque que «Bannon a déjà semé la division au sein de l'establishment américain, et aujourd'hui il veut faire la même chose en Europe».

    L'establishment européen pourrait notamment se diviser sur le problème migratoire, autour duquel Stephen Bannon voudrait unir les populistes de toute l'Europe.

    Hormis le FN et AfD, qui ont une grande influence dans leurs pays respectifs, des politiciens nationalistes sont au pouvoir en Pologne et en Hongrie. En Autriche, le Parti de la liberté nationaliste est entré au gouvernement constitué par le Parti populaire modéré de droite.

    La détérioration des relations américano-européennes est liée à la récente décision du président américain Donald Trump d'introduire des taxes sur les importations d'acier et d'aluminium pour protéger les compagnies américaines. Cela a provoqué une réaction négative de Bruxelles, qui a menacé d'adopter des contremesures.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (mars 2018) (57)

    Lire aussi:

    Bannon au FN: «Laissez-les vous appeler racistes, portez-le comme un badge d’honneur»
    Steve Bannon au congrès du FN: «Il vient avec ses amis du Ku Klux Klan?»
    Trump accuse son ancien conseiller Steve Bannon d'avoir perdu la raison
    Tags:
    Stephen Bannon, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik