Ecoutez Radio Sputnik
    Stephen Hawking

    «J'ai prouvé que l'Univers aurait pu apparaître selon les lois de la physique»

    © AFP 2018 Andrew Cowie
    Lu dans la presse
    URL courte
    Nezavissimaïa gazeta
    Traduction de la presse russe (mars 2018) (57)
    17713

    Mercredi 14 mars, le célèbre physicien théoricien, astrophysicien et cosmologue éminent Stephen Hawking est décédé à Cambridge (Royaume-Uni) à l'âge de 76 ans. Il était comparé à son illustre compatriote Isaac Newton.

    Stephen Hawking est né le 8 janvier 1942 à Oxford, autre ville universitaire britannique réputée. Ironie du sort: même s'il était originaire d'Oxford, Hawking a occupé jusqu'en 2009 le poste de chef de la chaire de mathématiques à Cambridge. Cela en dit déjà long. En effet, cette chaire était dirigée par Isaac Newton en personne à partir de 1669; puis par Charles Babbage au XIXe siècle, concepteur du premier ordinateur mécanique IBM — une machine différentielle; ou encore dans les années 1930 par l'un des «pères» de la mécanique quantique: le génie Paul Dirac. Selon le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

    La plus importante contribution scientifique de Stephen Hawking est liée à la justification théorique de l'existence d'un rayonnement émanant des trous noirs — les objets les plus mystérieux de l'Univers. La force gravitationnelle de ces objets est si élevée que même les photons et la lumière ne peuvent s'en échapper. Hawking, lui, a émis l'hypothèse que les trous noirs de masse réduite perdaient tout de même de l'énergie en émettant un rayonnement et, en fin de compte, «mouraient».

    Stephen Hawking a remporté tous les prix scientifiques et publics possibles et imaginables. Tous, sauf le prix Nobel. Certains disaient que Hawking méritait au moins deux prix Nobel: un de physique et l'autre en médecine physiologique.

    En effet, pendant plus de 50 ans, il a communiqué avec le monde extérieur à une vitesse de 15 mots par minute à cause d'une terrible maladie: la sclérose latérale amyotrophique (SLA). Hawking souffrait de cette maladie depuis l'âge de 22 ans, date depuis laquelle il était contraint de se déplacer en fauteuil roulant. Il ne pouvait même plus parler, suite à une trachéotomie réalisée en 1985. Hormis son cerveau, il ne pouvait contrôler que deux doigts de sa main gauche à l'aide desquels il contrôlait un ordinateur spécialement conçu et un synthétiseur vocal intégré à son fauteuil. Ces dernières années, il contrôlait sa chaise roulante — la plus informatisée du monde — avec le bout de sa langue à l'aide de capteurs spéciaux.

    D'ailleurs, dans son essai autobiographique «Mon expérience avec la SLA» (1987) Stephen Hawking raconte non sans humour comment il a réussi à l'époque à devenir père de deux enfants (il en a trois en tout). «En 1974, j'étais encore capable de me nourrir moi-même, de me coucher et de me lever de mon lit. La direction de Jane m'a aidé à devenir père de deux enfants sans aucune intervention extérieure.»

    Jane Wilde, diplômée en philologie, a quitté Stephen en 1990 après près de 25 ans de vie commune avec le génie. Profondément croyante, Jane a réalisé un jour qu'elle vivait avec un athée. «J'ai prouvé que l'Univers aurait pu apparaître selon les lois de la physique. Mais ce n'est pas une preuve que Dieu n'existe pas: cela montre seulement qu'il n'est pas indispensable, a déclaré Hawking dans l'un de ses articles. Il n'y a aucune différence entre nos théories contemporaines et la loi de la gravitation de Newton. Simplement, les théories contemporaines sont bien plus complexes. Mais elles signifient la même chose. Nous considérons encore que l'Univers est logique et merveilleux. Simplement, nous renonçons au terme «Dieu».»

    Pendant les deux dernières décennies de sa vie, Stephen Hawking a activement popularisé la science et… le visionnarisme. En été 1994, pendant un show informatique à Boston, il a réussi à éblouir l'imagination du public. «Les virus informatiques doivent être considérés comme une forme de vie», avait alors déclaré Hawking. «La seule forme de vie créée par l'homme — les virus informatiques — sert uniquement à la destruction. Je pense que cela en dit beaucoup sur la nature de l'homme. Nous avons créé la vie à notre propre image.»

    Pour le public amateur, la star Hawking est montée en 1988 après la publication de son best-seller de vulgarisation scientifique Une brève histoire du temps. C'est une chose étonnante pour la conscience publique actuelle en Russie: selon les résultats d'un récent sondage, Stephen Hawking fait partie des contemporains les plus respectés parmi les adolescents âgés entre 16 et 18 ans. Et ce livre a été le plus grand succès de toute l'histoire du genre de la vulgarisation scientifique: pendant 237 semaines il est resté dans la liste des best-sellers de l'hebdomadaire londonien Sunday Times, et le tirage du livre dépasse les 10 millions d'exemplaires. La version russe d'Une brève histoire du temps, excellemment traduite par N. Smorodinskaïa, est parue en 1990.

    Stephen Hawking ne semblait pas avoir peur de la mort. «Je considère le cerveau comme une sorte d'ordinateur — il cesse de fonctionner quand toutes ses composantes sont définitivement cassées, avait-il déclaré dans une interview au New York Times il y a quelques années. Même un hérisson comprend que les ordinateurs cassés ne vont pas au paradis et ne vivent pas après leur mort. Ce ne sont que des histoires pour les gens qui ont peur du noir.» C'est ainsi que Stephen Hawking nous a quittés — convaincu de la possibilité de formuler une Théorie intégrale du tout.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (mars 2018) (57)

    Lire aussi:

    Comment réussir sa vie et être heureux? Demandez-le à Stephen Hawking
    Deux semaines avant de disparaître, Stephen Hawking prédisait la fin de l’humanité
    La transformation de la Terre en Vénus annoncée par Stephen Hawking fortement critiquée
    Tags:
    décès, Stephen Hawking
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik