Ecoutez Radio Sputnik
    Facebook

    Facebook sommé de s’expliquer après le siphonnage des informations de 50 M d’utilisateurs

    CC0 / Pixabay
    Lu dans la presse
    URL courte
    Kommersant
    Traduction de la presse russe (mars 2018) (57)
    463

    Les autorités américaines et britanniques attendent du fondateur de Facebook Mark Zuckerberg qu'il explique de quelle manière la société Cambridge Analytica s'est retrouvée en possession d'informations sur les profils de plus de 50 millions d'utilisateurs de ce réseau social.

    Les élus du Congrès américain et du parlement britannique exigent du fondateur de Facebook Mark Zuckerberg qu'il explique de quelle manière la société Cambridge Analytica, spécialisée dans la psychométrie politique et qui a travaillé en 2016 avec le siège de campagne de Donald Trump, s'est retrouvée en possession d'informations sur les profils de plus de 50 millions d'utilisateurs de ce réseau social, écrit mardi le quotidien Kommersant. Les membres du Congrès américain et du parlement britannique somment Mark Zuckerberg de répondre personnellement aux questions des comités compétents pour expliquer ce qu'il sait de l'utilisation des données personnelles des utilisateurs de Facebook pour «manipuler les électeurs et créer une publicité politique ciblée».

    Facebook et son fondateur Mark Zuckerberg font l'objet d'un nouveau scandale après la publication par le New York Times et le Guardian des résultats d'une investigation sur l'exploitation illégale de données personnelles des utilisateurs de Facebook. L'enquête s'appuie sur le témoignage de Christopher Wylie, spécialiste en analyse de données et ancien collaborateur de la société privée Cambridge Analytica, spécialisée dans les campagnes électorales sur internet et qui a notamment travaillé avec le siège de campagne de Donald Trump en 2016. Selon Christophe Wylie, en 2014 déjà Cambridge Analytica avait utilisé les données personnelles de plus de 50 millions d'utilisateurs de Facebook obtenues sans autorisation pour développer un logiciel capable de créer des portraits individuels des électeurs américains et de manipuler leur opinion grâce à la publicité politique.

    Il s'avère qu'en 2015 déjà, Facebook avait appris que les informations personnelles des utilisateurs s'étaient retrouvées chez des tiers, mais le réseau social n'en avait même pas notifié les utilisateurs concernés.

    Selon Christopher Wylie, en 2014 Cambridge Analytica a payé 800.000 dollars pour développer une application permettant de recueillir les données des utilisateurs de Facebook. L'application thisisyourdigitallife a été conçue par le collaborateur scientifique de Cambridge Alexandre Kogan et se présentait sous la forme d'un test pour déterminer le type de personnalité. Une certaine somme d'argent était proposée pour passer le test, tout en demandant aux personnes interrogées leur accord pour l'utilisation des données personnelles «uniquement à des fins scientifiques». Au total, un peu plus de 270.000 personnes ont accepté de passer le test. Cependant les participants ignoraient que cette application obtenait un accès non seulement à leurs données personnelles, mais également à celles de leurs amis. Ainsi, les auteurs ont eu accès aux profils de près de 50 millions d'utilisateurs.

    Facebook avait donné à Alexandre Kogan l'autorisation de recueillir des informations via cette application parce que l'objectif officiel était une recherche scientifique, et l'accord entre les parties ne prévoyait ni le transfert ni la vente de données aux tiers. Mais c'est exactement ce qui s'est produit quand Cambridge Analytica s'est retrouvée en possession de données de 50 millions d'utilisateurs.

    Facebook a appris en 2015 la fuite de données, mais les mesures prises par le réseau social étaient peu significatives: il a bloqué l'accès à Alexandre Kogan et a envoyé à Cambridge Analytica une lettre exigeant de détruire les informations obtenues illégalement. Facebook n'a pas envoyé aux utilisateurs de notification pour les informer que des tiers avaient eu accès à leurs informations et n'a même pas vérifié que les informations avaient été effectivement détruites.

    Les autorités américaines et britanniques exigent que le fondateur de Facebook réponde personnellement des faits.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (mars 2018) (57)

    Lire aussi:

    Comment Mark Zuckerberg a fait de Donald Trump le nouveau président des USA
    Cambridge Analytica révèle les clauses de son contrat avec Facebook
    Facebook révèle combien de profils auraient été exploités par Cambridge Analytica
    Tags:
    Facebook, Inc, Donald Trump, Mark Zuckerberg, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik