Ecoutez Radio Sputnik
    Force aérienne israélienne

    Pourquoi Israël reconnaît avoir détruit un site nucléaire en Syrie

    © AFP 2018 JACK GUEZ
    Lu dans la presse
    URL courte
    Vzgliad
    Traduction de la presse russe (mars 2018) (57)
    9210

    Mercredi 21 mars, l'armée israélienne (Tsahal) a confirmé qu'il y a 10 ans et demi l'aviation israélienne avait détruit un réacteur nucléaire en Syrie. Pourquoi cet aveu, qui était attendu depuis longtemps, est-il fait maintenant?

    Tout le monde ou presque y voit une menace adressée à l'Iran et ses sites nucléaires. Mais de toute évidence, le calcul des Israéliens était bien plus fin et incluait Donald Trump dans l'équation. Selonle site d'info Vzgliad.

    L'opération s'est déroulée dans la nuit du 5 au 6 septembre 2007. Le réacteur, pratiquement terminé, se serait trouvé à 450 km au nord-est de la capitale syrienne. «Israël a attaqué ce site pour empêcher Damas de créer l'arme nucléaire», explique le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, confirmant ainsi les informations qui circulaient dans les médias mais étaient ignorées au niveau officiel.

    Cet aveu inattendu a été interprété par de nombreux experts comme un avertissement adressé à l'Iran en cas de reprise de son programme nucléaire.

    «La principale conclusion à tirer du raid israélien contre le site nucléaire syrien en 2007 est que nous ne tolérerons pas le développement des moyens menaçant l'existence de l'État d'Israël. C'était le signal envoyé en 1981 quand nous avons attaqué le site nucléaire en Irak. C'était aussi le cas avec la Syrie en 2007. C'est une leçon pour nos ennemis à l'avenir», a déclaré le chef d'état-major israélien Gadi Eizenkot.

    Les Israéliens dévoilent aussi leur interprétation des événements: le renseignement a longtemps surveillé le «programme nucléaire secret de la Syrie» supervisé par le Corée du Nord (qui d'autre?) et a finalement reçu des informations indiquant que l'édifice carré près de Deir ez-Zor était un réacteur nucléaire pratiquement terminé. Personne n'a été perturbé par l'absence de l'infrastructure nécessaire au fonctionnement d'un site nucléaire. Soi-disant, il restait environ un mois avant l'achèvement du site, c'est pourquoi il a été décidé d'organiser une opération à la hâte.

    Les groupes aériens étaient identiques en 1981 et en 2007, bien qu'il s'agisse d'époques historiques différentes aussi bien pour les technologies nucléaires que militaires conventionnelles. Dans les deux cas, le groupe d'attaque était composé de quatre F-16 en première ligne et quatre F-15 en réserve pour couvrir les chasseurs.

    En 2007, Damas a déclaré qu'il s'agissait d'un site vide appartenant à une association scientifique panarabe pour le développement de l'agriculture à Deir ez-Zor. L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a exigé pendant quelques années de la Syrie qu'elle permette de mener une enquête et a finalement obtenu son autorisation. Après quoi, un rapport étrange a été publié indiquant que rien de concret n'avait été trouvé, mais qu'il y avait des «traces d'uranium d'origine anthropogène», ce qui peut être interprété comme on veut — y compris comme la reconnaissance par l'AIEA de son incompétence.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (mars 2018) (57)

    Lire aussi:

    Israël admet avoir détruit un réacteur nucléaire en Syrie (vidéo)
    Attaque d’un réacteur syrien: Israël dit avoir envoyé un message à «ceux qui le menacent»
    L’Irak demande aux puissances nucléaires de l’aider à construire un réacteur nucléaire
    Tags:
    nucléaire, Israël, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik