Ecoutez Radio Sputnik
    Mohammed ben Salmane et Donald Trump

    Le prince héritier saoudien en visite aux USA pour partager les richesses du royaume

    © AFP 2018 Mandel Ngan
    Lu dans la presse
    URL courte
    RBC
    Traduction de la presse russe (mars 2018) (57)
    6214

    Le prince héritier Mohammed ben Salmane a commencé sa tournée aux USA par un entretien avec le président américain Donald Trump. L'Arabie saoudite compte investir des centaines de millions de dollars aux USA et renforcer la coopération militaire. Cette intensification de la coopération entre les deux pays pourrait nuire à la Russie.

    Un contrat de vente d'armes américaines au royaume a été annoncée avant la visite de Mohammed ben Salmane. Avant le début des pourparlers, Donald Trump a annoncé la signature de contrats pour 12,5 milliards de dollars, précisant que des contrats supplémentaires étaient encore attendus pour plusieurs milliards de dollars. Le président américain a précisé que la signature de ces contrats d'armement permettrait de créer 40.000 emplois supplémentaires aux USA. Selon le quotidien RBC.

    Le locataire de la Maison blanche a énuméré plusieurs armements vendus à Riyad: le système de défense antiaérienne THAAD (13 milliards de dollars), des avions C-130 Hercules (3,8 milliards de dollars), des véhicules de combat d'infanterie Bradley Fighting Vehicle (1,2 milliard de dollars) et un avion anti-sous-marin de patrouille P-8 Poseidon (1,4 milliard de dollars).

    La lutte contre les menaces émanant de l'Iran et l'accord nucléaire avec Téhéran ont constitué les thèmes principaux de l'entretien entre Donald Trump et Mohammed ben Salmane. «Beaucoup de choses négatives arrivent en Iran, la décision sur l'accord sera prise dans un mois et vous verrez ce qui arrivera», a déclaré Donald Trump dont on sait qu'il a menacé plusieurs fois de sortir de l'accord nucléaire avec Téhéran si ses conditions n'étaient pas profondément modifiées. Trump a fixé le 12 mai comme date limite pour aboutir à un accord avec Paris et Berlin sur la modification de l'accord.

    Le Plan d'action global commun sur le programme nucléaire iranien a été signé par les USA, la France, le Royaume-Uni, l'Allemagne, la Chine, la Russie et l'Iran en 2015. Téhéran s'est engagé à restreindre son programme nucléaire en échange de la levée des sanctions de l'UE et de l'Onu.

    L'Arabie saoudite voit l'Iran comme une grave menace non seulement pour sa propre sécurité, mais également pour tout le Moyen-Orient. Téhéran et Riyad se disputent le rôle de leader dans la région. En novembre 2017, le prince héritier a qualifié l'ayatollah Ali Khamenei d'«Hitler du Moyen-Orient». Dans une interview accordée à CBS à deux jours de la rencontre avec Donald Trump, Mohamed ben Salmane a averti que si l'Iran parvenait à élaborer l'arme nucléaire, «l'Arabie saoudite suivrait son exemple».

    L'objectif de la visite du prince héritier consiste à s'assurer le soutien des USA sur un large éventail de questions, notamment dans les relations avec l'Iran et le Qatar. En juin 2017, l'Arabie saoudite, l'Égypte, Bahreïn, les Émirats arabes unis et d'autres pays arabes avaient décrété un blocus contre le Qatar et rompu les relations diplomatiques avec lui. Depuis, les efforts entrepris pour régler ce conflit par les acteurs régionaux et internationaux, USA y compris, n'ont pas abouti.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (mars 2018) (57)

    Lire aussi:

    Contrats «nucléaires»: ce que le prince saoudien cherche à obtenir des USA
    Les dangereuses ambitions nucléaires du prince héritier saoudien
    L'Arabie saoudite révèle ses projets sur le développement de la bombe nucléaire
    Tags:
    Mohammed Ben Salmane, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik