Ecoutez Radio Sputnik
    Trump

    Trump révèle qui enfonce un coin entre Washington et Riyad

    © AFP 2018 MANDEL NGAN
    Lu dans la presse
    URL courte
    Nezavissimaïa gazeta
    4211

    Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane s'est rendu à Washington après avoir fait escale à Londres, où son activité anti-iranienne et les actions violentes de Riyad au Yémen ont été souvenues par de nombreux politiciens britanniques, dont la première ministre Theresa May.

    La rencontre est cruciale tant pour Donald Trump que pour Mohammed ben Salmane, écrit vendredi le quotidien Nezavissimaïa gazeta. Pour le locataire de la Maison blanche, particulièrement critiqué à presque chacune de ses initiatives aussi bien par les républicains que les démocrates, sans parler des médias, l'axe saoudien de la politique étrangère américaine est le plus calme, réussi et gagnant. Selon le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

    L'Arabie saoudite rapporte beaucoup d'argent aux USA, notamment grâce à la vente d'armes. L'an dernier ont été signé des contrats de livraison de matériel militaire en Arabie saoudite pour 109 milliards de dollars et sur dix ans, on s'attend à une hausse des ventes jusqu'à 350 milliards de dollars.

    Pour sa part, le prince saoudien compte également attirer des investissements américains dans son pays. C'est pourquoi le programme de son séjour prévoit des visites dans les plus grandes villes américaines pour rencontrer les dirigeants des plus grandes entreprises, notamment Google et Amazon afin d'évoquer la création en Arabie saoudite de centres pour le traitement de données, une visite de Harvard et du MIT, ainsi que de la Silicon Valley pour étudier la possibilité de développer les technologies numériques.

    Cependant, à en croire les communiqués des médias américains, notamment The Hill, le thème central des pourparlers du président américain et du prince héritier sera la recherche de moyens pour forcer la Russie à payer le prix fort pour sa «mauvaise» conduite en Syrie et le soutien de l'Iran. Selon Donald Trump, Washington est mécontent que Moscou, profitant de son droit de veto, ait bloqué au Conseil de sécurité des Nations unies la résolution condamnant l'Iran pour la poursuite de son programme balistique, «tout en s'adressant aux Saoudiens pour leur proposer leurs systèmes de défense antiaérienne de pointe».

    Derrière ces propos, on perçoit facilement l'irritation de Trump vis-à-vis du réchauffement des relations entre Riyad et Moscou, notamment dans le domaine de la coopération militaro-technique. La Maison blanche ne veut laisser qui que ce soit — et encore moins la Russie — établir un commerce d'armes avec l'Arabie saoudite ou d'autres pays. Cette fois encore, la Russie est accusée d'enfoncer un coin entre l'Arabie saoudite et les États-Unis.

    Même s'ils désapprouvent les agissements de la Russie, les Saoudiens s'abstiennent de faire des gestes brusques et cherchent à garder une marge de manœuvre. Certes, les deux pays sont de deux côtés différents des barricades dans certains conflits, mais cela n'exclut pas les efforts communs pour les régler.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Lire aussi:

    Le droit des Juifs: le prince saoudien n'a pas hérité de stéréotypes
    Affaire Khashoggi: «pas de décision qui lèse les rapports économiques américano-saoudiens»
    Contrats «nucléaires»: ce que le prince saoudien cherche à obtenir des USA
    Tags:
    Mohammed ben Salmane Al-Saoud, Donald Trump, Washington, Riyad
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik