Ecoutez Radio Sputnik
    Gaz naturel liquéfié

    Trump lancerait une attaque «gazière» contre Pékin

    © REUTERS / Gary Cameron/File Photo
    Lu dans la presse
    URL courte
    Nezavissimaïa gazeta
    Traduction de la presse russe (mars 2018) (57)
    23285

    L'administration Trump lance une opération commerciale extérieure rusée: les États-Unis forcent la Chine à augmenter ses achats de gaz naturel liquéfié américain en menaçant Pékin d'adopter, dans le cas contraire, des taxes commerciales antichinoises.

    En faisant la Chine augmenter ses achats de gaz naturel liquéfié américain, Donald Trump fait d'une pierre deux coups: il réduit le déficit commercial avec la Chine tout en vendant du GNL américain dans des conditions de surproduction de ce type d'hydrocarbure, écrit lundi le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

    «Le renforcement du protectionnisme n'est pas une solution. Les actions unilatérales et la guerre commerciale sont nuisibles à toutes les parties. Elles ne font qu'exacerber le conflit et entraînent un impact plus négatif sur la situation», a déclaré hier le premier vice-premier ministre chinois Han Zheng.

    Les déclarations des autorités chinoises ont suivi après la signature jeudi par Donald Trump du mémorandum «sur la lutte contre l'agression économique de la Chine», qui permet de décréter des restrictions sur des produits en provenance de Chine. Selon différentes estimations, cela pourrait coûter à Pékin de 50 à 60 milliards de dollars.

    Plus tôt, le président américain avait signé un décret sur l'instauration de taxes sur les importations d'acier et d'aluminium en provenance de tous les pays, sauf le Canada et le Mexique (25% sur l'acier et 10% sur l'aluminium). L'Europe a réagi en établissant sa propre liste de marchandises américaines qui pourraient être frappées à leur tour par une taxe. C'est également ce qu'a fait la Chine, fermement opposée à la politique protectionniste: sa liste comporte 128 articles qui pourraient faire l'objet d'une taxe comprise entre 15 et 25% — notamment les fruits frais, les baies, les fruits secs, les noix, le vin et le porc. Sur cette liste figurent également des produits d'acier (tuyaux) et des déchets d'aluminium.

    Pékin appliquera ces taxes uniquement s'il ne peut pas trouver un compromis avec les USA.

    Et Washington a récemment proposé à la Chine une solution originale pour régler ce problème. D'après le ministre américain du Commerce Wilbur Ross, il serait possible de le régler en augmentant les importations de gaz américain. Le passage de la Chine du gaz acheté aux autres pays aux importations de GNL américain serait la «solution la plus simple» dans cette situation, a-t-il déclaré.

    En proposant à la Chine d'acheter du GNL américain, Washington ne règlerait pas tant le problème du déficit commercial mais trouverait plutôt de nouvelles sources d'écoulement de son gaz.

    Certains experts interrogés pensent que l'augmentation des importations de GNL américain par la Chine est peu probable. La Chine a déjà signé des accords d'achat avec des pays comme le Qatar, l'Australie et le Turkménistan. De plus, même compte tenu de l'augmentation des besoins de la Chine qui renonce progressivement au charbon au profit du gaz, ses ports travaillent déjà au maximum de leurs capacités pour recevoir le GNL. Le développement de l'infrastructure portuaire et de regazéification nécessitant des milliards de dollars d'investissements, cela augmenterait le coût de production des hydrocarbures fournis.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (mars 2018) (57)

    Lire aussi:

    Et si les menaces US envers la Chine étaient du bluff
    La croissance chinoise menacée par la guerre commerciale entre Washington et Pékin?
    Chine-UE: quelles chances pour trouver un sérieux compromis face aux taxes US?
    Tags:
    gaz naturel liquéfié (GNL), Donald Trump, Chine, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik