Ecoutez Radio Sputnik
    Royaume-Uni

    L'affaire Skripal orientera la Russie vers l'Asie

    © REUTERS / Henry Nicholls
    Lu dans la presse
    URL courte
    Gazeta.ru
    Traduction de la presse russe (mars 2018) (57)
    22661

    Le Royaume-Uni accuse la Russie d'être impliquée dans l'empoisonnement de Sergueï Skripal à Salisbury. Ce point de vue a provoqué une vaste attaque diplomatique contre Moscou, à laquelle une trentaine de pays se sont ralliés.

    Washington a joué un rôle majeur dans la manifestation de solidarité avec Londres sur l'affaire Skripal, écrit Gazeta.ru. Selon le porte-parole adjoint de la Maison blanche Raj Shah, le président américain Donald Trump a personnellement téléphoné à ses alliés pour les appeler à suivre l'exemple de Washington et expulser des diplomates russes. Toutefois, les principaux alliés des États-Unis en Asie — la Corée du Sud et le Japon — n'ont pas rejoint l'attaque diplomatique contre la Russie.  

    D'après le directeur de programme du club de discussion Valdaï Timofeï Bordatchev, les décisions des pays européens et des USA ne font que convaincre chaque jour un peu plus la Russie de la nécessité de développer des relations avec les pays d'Asie.

    «Par leurs actes, nos amis européens renforcent la conviction de la Russie selon laquelle il lui faut développer ses relations avec les pays d'Asie, que le déséquilibre dans notre commerce extérieur avec les pays d'Europe doit être redressé, et qu'aucune dépendance unilatérale et inégale n'est bonne. Dans l'ensemble, c'est regrettable, mais politiquement et stratégiquement cela ne pourra être que bénéfique», pense l'expert.

    La colère de l'Europe en échange des Kouriles

    Le ministère japonais des Affaires étrangères a répondu de manière évasive à la question de savoir si des diplomates russes seraient expulsés du pays. Il a noté l'inadmissibilité d'utiliser l'arme chimique, tout en s'abstenant d'accuser la Russie. Les représentants du ministère ont également souligné que Tokyo comptait sur l'«établissement rapide de la vérité» dans l'affaire Skripal.

    Selon Denis Chtcherbakov, directeur du programme d'enseignement «L'économie et la politique en Asie» au Haut collège d'économie, l'adhésion du Japon aux mesures occidentales contre la Russie est exclue. Selon lui, l'«indocilité» de Tokyo dans le cas de l'affaire Skripal s'inscrit dans le tableau politique de ces 5-7 dernières années: «Le Japon s'écarte de plus en plus de la politique qui lui est imposée par les USA. Donald Trump n'a pas encore réussi à renverser cette tendance. Plus encore: au cours de sa présidence, Tokyo est de plus en plus confiant sur la scène internationale».

    «C'est pourquoi il est vraiment peu probable que le Japon soit prêt à adopter des mesures contre la Russie. D'autant que le premier ministre japonais actuel affiche des dispositions assez prorusses. La conjoncture devient favorable dans nos relations politiques, commerciales et économiques, et il est donc évident qu'il n'y aura pas d'expulsion de nos diplomates», déclare Denis Chtcherbakov.

    De son côté, l'ancien vice-ministre russe des Affaires étrangères Gueorgui Kounadze remarque que pour le Japon, l'adhésion à cette action démonstrative détériorerait les perspectives de ses relations avec la Russie.

    «Le Japon construit soigneusement ces relations, notamment via le premier ministre Shinzo Abe, dans l'espoir d'un certain progrès concernant les Kouriles du Sud. Pour cet objectif convoité, le Japon est prêt à provoquer le mécontentent de ses autres alliés», explique le diplomate.

    Cependant, les «ambitions» de Shinzo Abe dans les Kouriles sont loin d'être la seule raison de l'aspiration de Tokyo à préserver ses relations avec la Russie. La Corée du Sud et la Chine développent elles aussi activement leurs relations avec Moscou. «Si le Japon détériorait ses relations avec la Russie sur le plan politique, il risquerait de perdre ses avantages concurrentiels dans la sphère économique», pense Denis Chtcherbakov.

    Pour l'instant, la coopération économique entre le Japon et la Russie continue de se développer dans un sens bénéfique pour les deux pays. Le travail est déjà en cours sur les projets Sakhaline 1 et Sakhaline 2 avec la participation de compagnies japonaises. En outre, le Japon aura toujours besoin de ressources et la Russie apprécie les pays qui lui achètent non seulement des matières premières, mais également des hydrocarbures traités, poursuit l'expert. Le développement de tels projets pourrait prendre de l'ampleur, notamment à cause de la détérioration des relations de la Russie avec les pays occidentaux.

    La Corée du Sud, «ingrate»

    La situation avec la Corée du Sud est plus ambiguë qu'avec le Japon: la république n'a pas encore annoncé son refus officiel d'expulser des diplomates, mais ne dit rien non plus d'un éventuel renvoi des représentants russes.

    La Corée du Sud dépend encore plus des USA que le Japon — au moins dans le domaine de la défense. Séoul et Washington ont signé un accord de défense réciproque conformément auquel des bases américaines prêtes à défendre la république en cas d'attaque de la Corée du Nord sont déployées sur le territoire sud-coréen.

    Mais ce n'est pas tout: très récemment, les Américains ont accepté des concessions significatives au profit de la Corée du Sud concernant les taxes sur l'acier en la rayant de la liste des pays concernés par les nouvelles restrictions commerciales. Sachant que la république fait partie de l'un des principaux fournisseurs d'acier aux États-Unis.

    Gueorgui Kounadze, qui a également occupé le poste d'ambassadeur de Russie en Corée du Sud, a noté qu'en signe de remerciement envers Washington Séoul aurait dû faire preuve d'une grande solidarité, mais cela n'a pas été le cas.

    «La raison en est que la Corée du Sud ne voulait pas pousser la Russie vers la Corée du Nord. Ce sont des calculs politiques très clairs», explique le diplomate. Selon lui, en ignorant les appels des USA, la Corée du Sud compte sur une future contribution de la Russie dans le dossier nord-coréen.

    Et la Chine?

    La Chine ne s'est pas non plus jointe aux pays occidentaux qui ont choisi d'expulser des diplomates russes. Mardi 27 mars, Pékin s'est exprimé concernant la «persécution diplomatique» de la Russie en soulignant que le conflit entre Moscou et Londres devait être réglé «en s'appuyant sur des faits».

    «Dans ces conditions, tous les pays doivent renoncer à réfléchir dans l'esprit de la Guerre froide et renoncer à la confrontation», a déclaré aux journalistes la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Hua Chunying.

    Seulement quelques jours avant les expulsions de diplomates russes inspirées par Washington, la Chine elle-même avait fait l'objet d'une pression américaine sans précédent. Le 22 mars, Donald Trump a signé un mémorandum sur les restrictions commerciales visant la Chine, déclarant de facto une guerre commerciale à Pékin.

    Selon le président américain, l'adoption de taxes sur les importations chinoises pourrait infliger à l'économie chinoise un préjudice de 60 milliards de dollars. «C'est une première (mesure) avant d'autres», a souligné le locataire de la Maison blanche.

    Alexandre Lomanov, chercheur en chef à l'Institut de l'Extrême-Orient affilié à l'Académie des sciences de Russie, indique que la pression commerciale de Washington sur Pékin, qui était pratiquement synchronisée avec l'expulsion de diplomates russes, crée des prémisses à un développement plus intensif des relations sino-russes.

    «Pékin pourrait avoir envie de se tourner vers la Russie, de renforcer la coopération sur les questions stratégiques et économiques. Le rapprochement est possible parce qu'aujourd'hui la Chine se montre de plus en plus intéressée», explique l'expert.

    C'est la principale différence par rapport à la situation de 2014-2015, quand la Russie avait tenté de faire un «grand virage vers l'Asie» — notamment vers la Chine qui, à l'époque, était encore pleine d'optimisme vis-à-vis des relations avec l'Occident. «A l'époque Pékin n'avait pas le sentiment que des frictions majeures pouvaient être déclenchées dans les relations avec les USA. Mais la réalité s'est avérée complètement différente», poursuit Alexandre Lomanov.

    La guerre commerciale n'est pas la seule circonstance qui inquiète la Chine dans les relations actuelles avec les USA. Peu de temps avant l'adoption de ces restrictions, le Congrès américain a également approuvé une loi autorisant les hauts responsables américains à visiter Taïwan.

    Pendant sa campagne déjà, Donald Trump affirmait qu'il reverrait le principe «d'une seule Chine» et Pékin était très préoccupé par ce signal de la disposition des Américains à exercer une pression aussi bien politique qu'économique.

    Timofeï Bordatchev évoque lui aussi l'existence de prémisses à une intensification des relations sino-russes. «A l'étape actuelle, la Chine est le plus important partenaire d'investissement de la Russie en Asie. C'est pourquoi le ministre chinois des Affaires étrangères se rend en Russie — manifestement pour remettre les pendules à l'heure dans le contexte des sanctions commerciales décrétées par les USA contre la Chine et des mesures prises actuellement par les USA et les pays de l'UE contre la Russie», conclut l'expert.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (mars 2018) (57)

    Lire aussi:

    Pourquoi l'aviation russe «encercle» le Japon
    Le dossier nord-coréen n’est-il qu’un prétexte pour une guerre commerciale contre Pékin?
    La bombe H de la Corée du Nord fait fuir les investisseurs
    Tags:
    crise diplomatique, Sergueï Skripal, Asie, Royaume-Uni, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik