Ecoutez Radio Sputnik
    Xi Jinping et Kim Jong-un

    Nucléaire et paix: quel avenir nous réserve la rencontre entre Kim et Xi

    © REUTERS / KCNA
    Lu dans la presse
    URL courte
    Kommersant
    Traduction de la presse russe (mars 2018) (57)
    1101

    Les médias chinois et nord-coréens ont confirmé que le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un s'était effectivement rendu en visite à Pékin lundi et mardi.

    Il a quitté le territoire de son pays pour la première fois depuis 2011, probablement pour s'assurer du soutien de Pékin dans le conflit avec les USA et persuader Xi Jinping qu'il ne souhaitait pas une guerre sur la péninsule coréenne. La rencontre s'est déroulée dans une «atmosphère d'amitié et d'entente réciproque», même si ces deux dernières années Pékin a soutenu la stratégie de pression sur la Corée du Nord promue par Washington. Selon Kommersant.

    «A l'invitation de Xi Jinping, secrétaire général du Parti communiste chinois et président de la Chine, Kim Jong-un, président du Parti des travailleurs de Corée et président du Conseil d'État de la Corée du Nord, s'est rendu en visite officieuse en Chine de dimanche à mercredi», a rapporté l'agence de presse Xinhua. La mention des titres ainsi que du statut au sein des partis dirigeants des deux pays, tout comme l'indication concernant le caractère officieux de la visite, aurait dû assouvir la curiosité du public concernant sa confidentialité. Toutefois, les questions ne sont que plus nombreuses: les observateurs ont clairement constaté que l'arrivée et le départ du train blindé du dirigeant nord-coréen à la gare de Pékin n'avaient pas eu lieu dimanche et mercredi, mais lundi et mardi respectivement.

    «Dans les nouvelles conditions, je voudrais entretenir des contacts permanents avec le camarade président par des échanges de visites, d'envoyés spéciaux ou de courriers, a déclaré Xi Jinping à l'issue de l'entretien. Nous sommes d'accord sur le fait que le maintien de l'amitié traditionnelle entre la Chine et la Corée du Nord correspond aux intérêts communs des deux pays, au choix stratégique des deux pays.» Et d'ajouter que la Chine est «attachée à l'objectif de dénucléarisation de la péninsule coréenne, à la protection de la paix et de la stabilité, au règlement des problèmes à travers le dialogue et les consultations». Xi Jinping a promis de «contribuer de manière constructive à la détente de la situation sur la péninsule».

    De son côté, Kim Jong-un a déclaré que le développement des relations avec la Chine était un «choix stratégique» de la Corée du Nord, qui «ne changera en aucune circonstance». Le dirigeant nord-coréen s'est prononcé pour l'organisation au plus vite d'une rencontre avec son homologue sud-coréen et avec le président américain Donald Trump, tout en notant que la «question de la dénucléarisation pourrait être réglée si la Corée du Sud et les USA répondaient à nos efforts par la bonne foi, créaient une atmosphère de paix et de stabilité et prenaient des mesures cohérentes et synchronisées pour établir la paix».

    Kim Jong-un a «donné une haute estimation à la politique menée par le secrétaire général» en ajoutant qu'«actuellement, le Parti des travailleurs de Corée intensifiait également ses efforts pour lutter contre l'arrogance, la bureaucratie et la corruption». «Kim Jong-un a noté que depuis le 18e Congrès central du Parti communiste chinois, le camarade Xi Jinping qui en est le noyau avec un courage politique colossal et un haut sentiment de responsabilité, avait avancé de nouvelles idées et de nouveaux concepts, les avait mis en œuvre, et avait réglé de nombreux problèmes qui n'avaient pas de solution pendant une longue période», écrit Xinhua.

    Selon Andreï Lankov, spécialiste de la Corée et professeur à l'université Kookmin, la visite de Kim Jong-un à Pékin avait trois objectifs. «Premièrement, enfoncer un coin entre les USA et la Chine parce qu'en dépit de leurs divergences sur toutes les questions ils étaient solidaires ces dernières années au sujet de la Corée du Nord. Deuxièmement, il voudrait évidemment assouplir les sanctions économiques qui sont appliquées par la Chine depuis l'été 2017 au même titre que tous les autres pays», dit-il. Enfin, l'expert pense que le but de Kim Jong-un consistait à prouver à Xi Jinping qu'il fallait dissuader par tous les moyens les USA d'une attaque contre la Corée du Nord, car une guerre sur la péninsule coréenne serait extrêmement néfaste pour la Chine.

    A en juger par le communiqué de l'agence de presse chinoise, la première rencontre entre les deux chefs d'État incluait un banquet pour les deux couples (Kim Jong-un est venu avec son épouse Ri Sol-ju, qui, comme la femme de Xi Jinping Peng Liyuan, est une chanteuse de chants patriotiques et populaires), suivi d'une rencontre avec les hauts dirigeants chinois: le vice-président chinois Wang Qishan, le membre du secrétariat du Comité central du parti Wang Huning, le chef de la chancellerie du Comité central du parti Ding Xuexiang, le chef du département de la propagande Huang Kunming, le membre du Politburo du Comité central du parti Yang Jiechi, le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi, et le responsable du département des relations internationales du Comité central du parti Song Tao. Côté nord-coréen étaient présents les vice-présidents du Comité central du parti des travailleurs de Corée Ri Su-yong et Kim Yong-chol, ainsi que le ministre des Affaires étrangères Ri Yong-ho.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (mars 2018) (57)

    Lire aussi:

    À Pékin, Kim Jong-un énonce les conditions de la dénucléarisation de la péninsule coréenne
    Kim Jong-un effectue une deuxième visite en Chine
    Diplomatie à la chinoise: Comment Xi Jinping a réagi aux félicitations de Kim Jong-un
    Tags:
    diplomatie, visite, Kim Jong-un, Xi Jinping
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik