Ecoutez Radio Sputnik
    Donald Trump. Photo d'archive

    Pourquoi Trump a invité Poutine à la Maison-Blanche

    © AP Photo / Evan Vucci
    Lu dans la presse
    URL courte
    Gazeta.ru
    Traduction de la presse russe (avril 2018) (37)
    9245

    Le porte-parole de la Maison-Blanche a confirmé aux journalistes américains que les Présidents russe et américain Vladimir Poutine et Donald Trump avaient évoqué, lors de leur entretien téléphonique du 20 mars, l'éventualité d'une rencontre dans un «avenir pas très lointain». Washington pourrait accueillir ces pourparlers au sommet.

    Donald Trump et Vladimir Poutine se sont déjà rencontrés à deux reprises — en marge du sommet du G20 en Allemagne et pendant le sommet de l'APEC au Vietnam, se rappelle Gazeta.ru.

    En cas de visite aux États-Unis, il s'agirait de la première visite d'un Président russe aux USA depuis 8 ans — en 2010 le Président américain Barack Obama avait reçu le prédécesseur de Vladimir Poutine, Dmitri Medvedev.

    Iouri Ouchakov, conseiller du chef de l'État russe, n'a pas annoncé de date exacte pour l'éventuelle rencontre mais a laissé entendre qu'elle pourrait avoir lieu au second semestre de l'année, probablement à la fin de l'automne — car en décembre les USA se préparent déjà pour Noël.

    Si cette visite aux USA n'avait pas lieu, leur entretien pourrait se dérouler en novembre en Argentine où les deux chefs d'État participeront au sommet du G20.

    Il est difficile de prédire aujourd'hui à quoi pourrait être consacrée leur rencontre étant donné que les experts décrivent le niveau actuel des relations russo-américaines pratiquement comme une guerre froide. Les grondements de cette guerre retentissent des deux côtés de l'océan pratiquement tous les jours.

    L'ordre du jour exact de l'éventuel sommet n'est pas encore déterminé, mais Donald Trump a décrit dans l'un de ses derniers tweets tout l'éventail de problèmes qu'il voudrait aborder avec Vladimir Poutine: les problèmes avec la Corée du nord, la Syrie, l'Ukraine, la lutte contre les terroristes de Daech et même la «course aux armements imminente», a écrit le Président américain.

    Sans manquer de lancer une pique à ses prédécesseurs qui n'étaient pas parvenus à trouver un terrain d'entente avec la Russie: «Souvenez-vous du Reboot».

    Contrairement au «reboot», Donald Trump propose la «paix par la force». Cette expression souvent utilisée par le Président Ronald Reagan avait été reprise par le conseiller de Trump Herbert McMaster, qui a quitté son poste récemment. C'est ainsi qu'il commentait la nouvelle stratégie militaire américaine dans laquelle la Russie et la Chine sont qualifiées de puissances «révisionnistes» menaçant les États-Unis.

    Dans les milieux proches du Kremlin, cette comparaison a été prise avec respect — Moscou est aussi prêt à parler avec Washington dans le style de la «paix par la force». C'est notamment ce qu'a montré la récente allocution du Président russe devant l'Assemblée fédérale quand il a parlé de nouveaux missiles capables de franchir n'importe quelle défense antimissile.

    Derrière la rhétorique militariste se cache une volonté d'inviter les USA au dialogue, conclut Gazeta.ru.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (avril 2018) (37)

    Lire aussi:

    Compter jusqu'à 20: les défis du sommet du G20 à Hambourg
    La Maison-Blanche annonce le lancement du dialogue avec Moscou
    Trump voudrait rencontrer Poutine en marge du sommet de l’APEC
    Tags:
    visite, Donald Trump, Iouri Ouchakov, Dmitri Medvedev, Vladimir Poutine, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik