Ecoutez Radio Sputnik
    le prince héritier Mohammed ben Salmane al-Saoud

    Le droit des Juifs: le prince saoudien n'a pas hérité de stéréotypes

    © Sputnik . Sergey Guneev
    Lu dans la presse
    URL courte
    Kommersant
    Traduction de la presse russe (avril 2018) (46)
    1258

    Le prince héritier d'Arabie saoudite a reconnu le droit des Juifs à la terre de leurs ancêtres.

    Les autorités saoudiennes ont reconnu pour la première fois le droit d'Israël à exister sur le territoire de la «patrie historique» des Juifs, écrit mercredi le quotidien Kommersant. Cette déclaration a été faite par le prince héritier Mohammed ben Salmane al-Saoud durant sa longue visite aux USA. Les experts remarquent que les rencontres du prince avec l'élite américaine (politiciens et hommes d'affaires) ainsi que ses déclarations aux journalistes ont brisé les stéréotypes sur l'Arabie saoudite en Occident.

    «Je crois que tout peuple, où qu'il soit, a le droit de vivre en paix dans son État-nation. Je crois que les Palestiniens et les Israéliens ont le droit d'avoir leur propre terre», a déclaré Mohammed ben Salmane au mensuel The Atlantic.

    Grigori Kossatch, professeur à la faculté d'histoire, de politologie et de droit à l'université d'État des sciences humaines de Russie, remarque que le prince n'avait pas rejeté l'idée de l'existence d'Israël dans la patrie historique. «Jusqu'à présent, les nombreuses déclarations saoudiennes se résumaient à l'idée suivante: vivons en paix et tout ira bien. Mais cette fois les propos du prince sont très concrets», déclare l'expert.

    Durant sa visite aux États-Unis, le prince a affiché par tous les moyens sa tolérance envers Israël. Il a notamment rencontré différents leaders de la communauté juive des USA, aussi bien religieux que laïques. Dans une interview à M. Goldberg, le prince héritier a déclaré qu'en Arabie saoudite travaillaient de nombreux Juifs venus de pays occidentaux, et que même le prophète Mahomet avait une femme d'origine juive. Il a également noté qu'Israël et l'Arabie saoudite avaient de nombreux intérêts communs.

    Arabiste et députée israélienne de la fraction d'opposition «Union sioniste», Ksenia Svetlova n'exclut pas que le renforcement des liens israélo-saoudiens puisse se révéler positif pour le processus de paix israélo-palestinien.

    «La principale question est de savoir si les changements qui s'opèrent en Arabie saoudite sont basés sur la volonté d'un seul homme ou s'il peut entraîner tout la société derrière lui. Nous le saurons très bientôt», souligne la députée. Grigori Kossatch estime que le prince est soutenu par la majorité de la population, et particulièrement par les jeunes.

    La visite de trois semaines du prince saoudien aux États-Unis était appelée à montrer les changements à l'œuvre dans la société saoudienne. A son programme figuraient des pourparlers avec le président américain, les membres du Congrès, le ministre de la Défense et le secrétaire d'État, mais également une visite d'Harvard, du MIT, de la Silicon Valley et d'Hollywood.

    Le prince parle d'un islam modéré, de l'abandon des idées extrémistes, et, selon les journalistes américains, n'a pas peur de reconnaître ses erreurs parmi lesquelles figurent le soutien de groupes radicaux par certains représentants saoudiens, ainsi que l'isolement des femmes de la vie sociale.

    De toute évidence, le prince a réussi à convaincre la communauté internationale du sérieux de ses intentions. Donald Trump, dans un entretien téléphonique avec le roi d'Arabie saoudite Salmane ben Abdelaziz al-Saoud, a noté le succès de la visite du prince héritier en soulignant qu'il avait fait excellente impression aux responsables officiels et aux hommes d'affaires américains.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (avril 2018) (46)

    Lire aussi:

    Le prince héritier d’Arabie saoudite opte pour un islam modéré «ouvert sur le monde»
    Arabie saoudite: 10 princes et des dizaines d'ex-ministres arrêtés pour corruption
    Arabie saoudite: la guerre des rois, des princes et des émirs
    Tags:
    Mohammed Ben Salmane, États-Unis, Israël, Arabie Saoudite
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik