Ecoutez Radio Sputnik
    S-400

    Au Yémen, l'Arabie saoudite peut comparer les systèmes S-400, THAAD et Patriot

    © Sputnik . Sergey Malgavko
    Lu dans la presse
    URL courte
    Par
    Traduction de la presse russe (avril 2018) (46)
    9305
    S'abonner

    Les forces antiaériennes de l'Arabie saoudite ont intercepté l'un des deux missiles lancés par les rebelles yéménites - le second est tombé dans le désert. Le conflit local au sud de la péninsule arabique se transformerait-il en polygone d'essai des systèmes antimissiles tactiques?

    Le missile abattu avait été tiré en direction de la province saoudienne de Najran, frontalière du Yémen. Selon Izvestia.

    Plus tôt, fin mars, la défense antiaérienne de l'Arabie saoudite avait annoncé avoir contré une importante attaque de missiles. Selon la déclaration des autorités, sept missiles avaient été abattus, dont trois visaient la capitale saoudienne Riyad.

    Les «années missiles» de l'Arabie saoudite

    Le conflit au sud de la péninsule arabique a éclaté en 2015 quand la coalition des monarchies du Golfe, indirectement soutenue par d'autres pays de la région (y compris l'Égypte et la Jordanie), a envahi le Yémen.

    Les principaux acteurs impliqués (l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis avec la participation du Qatar, du Koweït et de Bahreïn) s'étaient fixés pour objectif le retour au pouvoir du président Abdrabbo Mansour Hadi, renversé par les rebelles du nord du Yémen appartenant au mouvement Ansar Allah — également connus comme les Houthis.

    Au final, les protagonistes extérieurs se sont retrouvés dans une guerre rampante avec la guérilla, qui a entraîné des pertes sensibles en matériel coûteux et en effectifs. A cela se sont récemment ajoutés des problèmes politiques liés à la lutte entre les groupes politiques du pays pour prendre la place de Hadi, et leur soutien par différents membres de la coalition.

    Les Houthis se rattachent au chiisme (plus exactement au zaydisme) et sont donc soutenus par leurs coreligionnaires iraniens. Et ce n'est pas tout: le conflit entre Riyad et Téhéran pour le statut de «superpuissance régionale» ne date pas d'hier.

    Cela a engendré différents processus intéressants. Les Houthis ont commencé à utiliser des missiles, aussi bien tactiques balistiques (essentiellement des Elbrous soviétiques) qu'antinavires. Peu à peu, les Houthis se sont dotés d'armes de plus en plus sophistiquées et de plus en plus grande portée qui ont été proclamées, à des fins de propagande, «exploits» de leur propre industrie balistique.

    A un moment donné les Houthis ont obtenu des missiles iraniens Qiam-1 permettant d'attaquer des cibles jusqu'à 1.000 km. Les rebelles ont commencé à tirer ces missiles non seulement contre les troupes de la coalition au sud de la péninsule, mais également contre les cibles en profondeur sur le territoire saoudien. Riyad y compris.

    Le 4 novembre 2017, par exemple, un missile Qiam-1 est tombé aux abords de l'aéroport du roi Khaled au nord de la capitale. Selon les autorités saoudiennes, il aurait été abattu par le complexe antiaérien Patriot mais une enquête menée un mois plus tard par des journalistes américains a révélé que le complexe n'avait rien à voir avec cette neutralisation, même s'il avait tiré au moins cinq antimissiles. L'ogive du Qiam-1 s'est tranquillement échouée à l'extrémité de la piste de décollage et n'a causé aucun dégât uniquement à cause d'un manque de précision.

    Le choix dans la pratique

    Les résultats de la lutte inefficace contre les missiles des Houthis avec les systèmes Patriot ont poussé les militaires saoudiens à chercher de nouvelles solutions. De plus, l'expérience de la lutte contre les missiles balistiques iraniens qui ne sont pas les plus modernes et efficaces les a poussés à se demander: qu'arriverait-il en cas d'attaque avec des missiles de pointe?

    Depuis début 2017, Riyad a commencé à travailler en ce sens. D'abord, en mai 2017, un accord a été conclu sur l'éventuel achat à la Russie de quatre divisions du système antiaérien S-400. Ce modèle est significativement plus avancé que le best-seller précédent: le S-300PMU-2 Favorit.

    C'est notamment vrai en ce qui concerne l'interception des cibles à grande vitesse. Le Favorit était capable d'intercepter des missiles tactiques jusqu'à 2800 m/s à une distance de 40 km. Le S-400 peut éliminer des cibles allant jusqu'à 4800 m/s avec une distance maximale d'interception de 60 km. Les ingénieurs affirment que c'est suffisant pour lutter contre des missiles de moyenne portée (jusqu'à 3500 km).

    En automne 2017, Riyad a annoncé de nouveaux achats et notamment un immense contrat pour les systèmes ABM américain THAAD (44 lanceurs avec 360 missiles d'interception). Le THAAD est un système spécialisé prévu précisément pour faire face aux missiles balistiques, y compris de moyenne portée, affirment les concepteurs. Le système est coûteux mais ses performances annoncées dépassent largement celles du Patriot, développé en tant que système anti-avion et qui n'a obtenu que par la suite des capacités supplémentaires pour contrer des cibles balistiques.

    Le conflit yéménite risque de se transformer en une sorte de polygone d'essai où Riyad testera les systèmes antiaériens de différents développeurs. Il est évident que le niveau de formation des effectifs sera un facteur déterminant, en sachant que le matériel en soi deviendra plus compliqué que le Patriot.

    Les résultats de cet «essai» influenceront davantage le succès des exportations du S-400 russe qui, après la Chine et la Turquie, a également des chances de faire son apparition en Inde.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (avril 2018) (46)
    Tags:
    système antimissile THAAD, Patriot (missile), S-400, Arabie Saoudite
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik