Lu dans la presse
URL courte
Par
Traduction de la presse russe (avril 2018) (46)
361353
S'abonner

Le général Raymond Thomas, commandant des opérations spéciales des forces américaines (SOCOM), a déploré pendant le symposium à huis clos GEOINT 2018 que des «ennemis» brouillent les systèmes des avions américains en Syrie.

Selon le site d'information Vzgliad, il n'a pas directement désigné cet «ennemi», mais a qualifié la situation actuelle de «guerre électronique la plus agressive du monde». Le média Drive, qui cite le général, est persuadé qu'il faisait allusion à la Russie.

«Ils nous mettent à l'épreuve tous les jours, ils brouillent nos communications et mettent hors d'usage nos (avions d'appui feu) AC-130», a souligné Raymond Thomas.

Un AC-130 Spectre. Photo d'archive
© AP Photo / U.S. Air Force photo/Master Sgt. Jack Braden
La chaîne NBC, se référant à des responsables américains anonymes, avait déjà rapporté que la Russie bloquait les signaux radio des drones américains en Syrie, ce qui influençait significativement les opérations des USA. Les militaires russes auraient brouillé les drones américains «après la série d'attaques chimiques supposées dans la Ghouta orientale».

Alexeï Leonkov, rédacteur du magazine Arsenal Otetchestva (Arsenal de la Patrie), ne pense pas que la situation en Syrie soit sans précédent en termes de guerre électronique. «En réalité, cela révèle simplement l'habitude qu'ont pris les Américains de combattre un ennemi faible. Après 1991, les USA ont mené tous leurs conflits contre des États ayant des moyens de guerre électronique faibles ou inexistants», rappelle-t-il.

Le blocage des signaux des transmetteurs et des récepteurs GPS pourrait non seulement rendre impossible l'attaque des cibles par les avions et les navires de guerre, mais également causer des problèmes de navigation, souligne le général américain. De plus, les moyens de guerre électronique peuvent rompre la liaison entre les opérateurs et les drones, ce qui entraîne la perte de ces derniers.

Le général Thomas a spécifié qu'actuellement la Russie n'utilisait pas la guerre électronique à pleine puissance en Syrie, et que si elle le faisait les USA perdraient toute leurs communications dans la région. L'ancien commandant de la guerre électronique de l'armée de terre américaine, Laurie Buckhout, a même noté que les USA ne disposaient pas de capacités de guerre électronique aussi importantes que la Russie.

«Nous avons une très bonne reconnaissance électronique et nous pouvons écouter tout le monde, mais nous ne disposons pas du dixième des capacités russes permettant de mettre des équipements hors service», affirme-t-il.

D'où viennent cette autocritique et ces éloges des systèmes russes chez les généraux américains? Cela pourrait être intentionnel, et viser à demander une hausse budgétaire dans la mesure où les audiences à ce sujet auront lieu jeudi au Sénat.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

Dossier:
Traduction de la presse russe (avril 2018) (46)

Lire aussi:

L’incident avec la marine russe près de la Crimée filmé depuis le destroyer britannique – vidéo
Des ossements retrouvés près du domicile de Lucas Tronche, adolescent disparu en 2015 dans le Gard
Moscou met en garde l’Otan contre des conséquences «imprévisibles» après l’incident avec la Royal Navy
Un TGV ciblé par des tirs à Marseille
Tags:
guerre électronique, US Special Operations Command (SOCOM), Raymond Thomas, Ghouta orientale, États-Unis, Syrie, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook