Ecoutez Radio Sputnik
    Un véhicule de défense antiaérienne Pantsir-S. Photo d'archive

    Un coup de couteau dans le dos: pourquoi le Pantsir-S1 en Syrie a été pris au dépourvu

    © Sputnik . Mikhail Fomichev
    Lu dans la presse
    URL courte
    Gazeta.ru
    Traduction de la presse russe (mai 2018) (41)
    10424119

    A la guerre tous les moyens sont bons s'ils mènent à la victoire, mais sur la vidéo publiée par Tsahal récemment on remarque que le Pantsir syrien n'était pas en mode opérationnel. En d'autres termes, les Israéliens ont détruit le véhicule non pas lors d'un combat aérien, mais en lui tirant «dans le dos».

    Très peu d'informations sont disponibles pour l'instant et il n'est donc pas possible de tirer des conclusions définitives sur la frappe israélienne contre un véhicule de défense antiaérienne Pantsir-S1 en Syrie, estime le quotidien Gazeta.ru.

    A en juger par la vidéo diffusée par l'armée israélienne, le Pantsir n'était pas en mode opérationnel au moment de l'attaque et n'était pas du tout camouflé. Le véhicule antimissile n'était donc absolument pas paré au combat, et était en mode non-déployé.

    On ignore complètement à quel endroit se trouvait le Pantsir à ce moment précis. Était-ce une rue (ou une route) avec un passage piéton en arrière-plan ou une piste d'atterrissage? Dans ce cas, le véhicule se trouvait trop près de son extrémité.

    Les spécialistes ont immédiatement souligné que le système n'avait pas été rendu opérationnel pour pouvoir tirer, ce qui est bien visible même à partir de la vidéo israélienne. Les missiles et les canons n'étaient même pas orientés dans la direction des éventuels tirs. On pourrait supposer que le Pantsir était en déplacement et s'est arrêté juste avant la frappe israélienne.

    L'équipage du véhicule (trois personnes) se trouvait à l'extérieur au moment de l'attaque de missile israélienne. Le militaire syrien qui a couru vers le véhicule aurait probablement reçu un ordre (poursuivre le déplacement, allumer le système pour le rendre opérationnel, et, enfin, a été appelé par son supérieur). Comme ses compagnons d'armes, il n'a certainement pas vu le missile israélien. Sinon le soldat n'aurait certainement pas couru vers le véhicule.

    Il n'y a pas de distinction entre les méthodes honnêtes et malhonnêtes au cours des opérations militaires. L'époque des chevaliers et de leur code d'honneur est révolue. Tout moyen est bon tant qu'il mène à la défaite de l'ennemi. Mais, dans un certain sens, la frappe israélienne est un coup sournois, selon le quotidien Gazeta.ru.

    Et il est très prématuré et injuste de dire qu'en l'occurrence le système antiaérien Pantsir n'a pas répondu aux attentes, toujours selon le média. Il serait plus juste de dire que les militaires syriens — et plus particulièrement leurs commandants — n'ont pas vu le coup venir.

    Le Pantsir-S1 était-il capable d'abattre un missile Spike NLOS? Rappelons que le Spike peut être installé sur des vecteurs aériens, navals et terrestres, notamment sur les canons automoteurs de nouvelle génération Pereh. Mais il n'est pas prouvé que le Pantsir a été détruit par ce type précis de canon.

    Dans son conteneur, le missile Spike NLOS pèse 71 kg et mesure plus de 1,5 m. Sa vitesse moyenne oscille entre 130 et 180 m/s. Aucune information précise n'est disponible concernant la surface équivalente radar de Spike NLOS, mais elle pourrait être comparable à 0,03 m².

    Autrement dit, en tant que cible elle reste à la portée du Pantsir. Ce dernier est capable de l'éliminer aussi bien avec ses canons qu'avec ses missiles.

    Les missiles du Pantsir sont à même d'éliminer une cible de surface encore moindre, de l'ordre de 0,01 m², se déplaçant à 1.200 m/s. Le personnel n'a même pas besoin d'avoir suivi une formation poussée. Des spécialistes de niveau moyen peuvent accomplir cette tâche.

    Par contre, pour éliminer un Spike NLOS avec les canons du Pantsir par le biais du canal vidéo, il faut disposer d'un personnel très qualifié. Il faut des tireurs hors pair.

    Par conséquent, les rumeurs selon lesquelles le Spike NLOS israélien serait hors de portée du Pantsir sont complètement infondées. L'incident qui a touché ce Pantsir syrien ne peut pas servir de prétexte pour discréditer ce véhicule dans l'ensemble.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (mai 2018) (41)

    Lire aussi:

    Le Pantsir-S1 en exercices de tirs réels (vidéo)
    Tueur de drones: les ingénieurs russes révèlent les avantages du système Pantsir-S
    Combien de systèmes antiaériens Pantsir la Russie a déjà exporté en Syrie
    Tags:
    Pantsir-S1, Tsahal, Israël, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik