Ecoutez Radio Sputnik
    Protestations à Téhéran

    Les USA misent-ils sur une révolution en Iran?

    © AP Photo / Vahid Salemi
    Lu dans la presse
    URL courte
    Gazeta.ru
    Traduction de la presse russe (mai 2018) (73)
    14128

    Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a déclaré que les USA adopteraient des sanctions sans précédent contre l'Iran si Téhéran ne renonçait pas complètement à son programme nucléaire de missiles balistiques et ne cessait pas d'aider les mouvements radicaux.

    La pression pourrait être un premier pas vers une opération militaire contre l'Iran, selon Gazeta.ru.

    La nouvelle stratégie de la Maison blanche à l'encontre de l'Iran comporte 12 exigences, et notamment celle de cesser complètement l'enrichissement d'uranium. Cela signifie que Washington veut que Téhéran renonce même à son programme nucléaire pacifique, écrit mardi 22 mai le site d'information Gazeta.ru. Le nouvel accord doit garantir que l'«Iran ne disposera jamais de l'arme nucléaire et qu'il renoncera à toute conduite malveillante».

    Mike Pompeo a également déclaré que l'Iran devait «cesser de soutenir les groupes armés au Moyen-Orient — le Hezbollah, le Hamas et les talibans».

    Il est aussi exigé de Téhéran «d'arrêter de protéger des chefs de guerre d'Al-Qaïda».

    Le durcissement de la position des États-Unis vis-à-vis de l'accord nucléaire avec l'Iran aurait été fortement influencé par Israël qui a, lui aussi, critiqué cet accord: «Israël a conscience du fait qu'il sera difficile de soumettre l'Iran à toutes les exigences, mais Tel-Aviv salue le fait que la barre soit placée très haut», déclare Evgueni Sova, directeur du bureau de RTVI au Moyen-Orient.

    «Israël estime que le retour aux sanctions économiques dures permettra d'assouplir la position de Téhéran, qui sera contraint de faire des concessions. L'idéal pour Tel-Aviv serait probablement un scénario de troubles intérieurs en Iran, de changement de régime et, comme résultat, une éventuelle normalisation des relations. Tel-Aviv pense que ce scénario pourrait régler plusieurs problèmes du Moyen-Orient, et pas seulement ceux d'Israël», explique l'expert.

    Le secrétaire d'État Mike Pompeo a réaffirmé que les USA étaient disposés à signer avec l'Iran un nouvel accord nucléaire, mais, selon lui, «ce n'est pas l'objectif principal des États-Unis».

    Igor Morozov, sénateur russe membre de la commission des affaires internationales, pense que le durcissement de la position américaine vis-à-vis de l'Iran est dû au facteur énergétique. D'après l'expert, les sanctions sont dirigées avant tout contre le pétrole iranien et l'augmentation du prix du pétrole de schiste américain.

    Igor Morozov estime que les USA se battront pour la domination mondiale dans le secteur énergétique, même en détruisant leurs relations de partenariat.

    «S'ils voyaient que l'Europe ne les soutenait pas et restait dans l'accord, les USA ne s'arrêteraient devant rien et pourraient passer à la phase militaire de l'opération», dit-il. Ce qui conduirait à la formation d'un nouvel équilibre des forces dans la région, basé sur l'Arabie saoudite. Washington a déjà menacé de sanctions les compagnies européennes qui continueraient de faire des affaires avec l'Iran.

    Le Président iranien Rohani a déclaré que les USA n'avaient pas le droit de dire à Téhéran ce qu'il devait faire.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (mai 2018) (73)

    Lire aussi:

    Israël et l'Iran au seuil d'une grande guerre?
    Les USA poussent Téhéran à renoncer à l'accord nucléaire
    «Сonséquences imprévues»: comment les sanctions US contre l'Iran frapperont UE
    Tags:
    stratégie, programme nucléaire iranien, sanctions, présidence américaine, Mike Pompeo, Proche-Orient, Iran, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik