Ecoutez Radio Sputnik
    Protestations à la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique

    Comment Trump combat l'immigration clandestine aux USA

    © REUTERS / Jorge Duenes
    Lu dans la presse
    URL courte
    Gazeta.ru
    Traduction de la presse russe (mai 2018) (73)
    190

    Dans un discours prononcé pendant une table ronde consacrée aux problèmes liées à l'immigration clandestine, Donald Trump a promis de réduire l'aide aux pays d'origine des migrants clandestins.

    «Si quelqu'un vient d'un autre pays, quel qu'il soit, nous soustrairons une certaine somme de l'aide que nous versons à ce pays», a averti le dirigeant américain à New York cité par le quotidien Gazeta.ru.

    Selon Trump, certains pays ne font pas suffisamment pour empêcher les migrants dangereux de se rendre aux USA. Et d'ajouter que le montant de l'aide étrangère allait «radicalement» changer «très bientôt».

    La lutte contre l'immigration clandestine est le cheval de bataille du président américain, dont la promesse de campagne la plus marquante était de construire un mur gigantesque à la frontière mexicaine.

    Comme l'a noté le spécialiste du droit constitutionnel américain Alexandre Domrine, le regard de Donald Trump sur les problèmes migratoires est l'une des raisons pour lesquelles il a été élu président. «Parce que cela correspondait aux intérêts de son peuple, des électeurs, qui pensaient qu'il fallait «faire quelque chose avec les migrants clandestins» car il ne fallait pas «transformer notre pays en décharge multiculturelle comme l'a fait l'Europe»», déclare l'expert.

    Selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), à l'heure actuelle plus de 46 millions d'immigrés vivent aux États-Unis, soit 14% de la population.

    Environ 1 million de personnes s'installent légalement aux USA chaque année. Ils arrivent notamment d'Inde, de Chine, de République dominicaine, du Salvador et de Cuba.

    Sachant que, selon certaines informations, plus de 12 millions de migrants clandestins se trouvent actuellement aux États-Unis, surtout en provenance du Mexique. Plus de la moitié des migrants qui vivent illégalement aux USA sont des Mexicains.

    Outre la criminalité et le trafic de drogues, les migrants clandestins deviennent un fardeau pour la population active américaine, poursuit l'expert: «Si un travailleur américain pouvait apporter deux pommes à ses enfants le soir, il n'en apporte plus qu'une seule parce qu'il donne l'autre pour les allocations destinées aux migrants clandestins». D'après Alexandre Domrine, ce sont ces travailleurs américains qui ont voté pour Trump en 2016.

    Quant au mur à la frontière mexicaine, destiné, selon le locataire de la Maison blanche, à protéger les USA contre le flux de migrants clandestins, à réduire la criminalité et à rendre aux Américains leurs emplois, les travaux de construction avancent très lentement. Selon les estimations américaines, au rythme actuel seulement la moitié de la frontière américaine sera protégée par le mur d'ici 2027.

    Et ce "luxe" coûtera cher aux Américains: début 2018, Donald Trump avait demandé d'allouer 18 milliards de dollars du budget uniquement pour lancer la construction du mur.

    Le projet du Président américain consiste à bâtir un mur sur 508 km et de renforcer les 655 km de barrières déjà en place.

    Le personnel supplémentaire pour la sécurité frontalière et sa formation nécessiteront 8 milliards supplémentaires, ainsi que 5 milliards pour le développement de nouvelles technologies pour les édifices frontaliers et au moins 1 milliard de dollars pour la construction de routes supplémentaires menant à la frontière.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (mai 2018) (73)

    Lire aussi:

    Trump gagne son pari, le nombre d’immigrés illégaux au plus bas depuis 14 ans aux USA
    La tentative de migration clandestine de 195 personnes avortée par la Marine Algérienne
    Selon Trump, le mur à la frontière mexicaine doit être transparent ou avec des trous
    Tags:
    expert, campagne électorale, migrants, immigration clandestine, immigration, Organisation internationale pour les migrations (OIM), Donald Trump, Cuba, Salvador, République dominicaine, Chine, Inde, Mexique, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik