Lu dans la presse
URL courte
Par
Traduction de la presse russe (mai 2018) (73)
5110
S'abonner

L'intrigue principale de la session russo-américaine du Forum économique international de Saint-Pétersbourg tournait autour de la venue de l'ambassadeur américain Jon Huntsman.

Le diplomate américain projetait d'y assister pour prononcer un discours mais a soudainement annulé sa décision à quelques jours de l'événement. Il s'est finalement rendu au forum, mais sans participer à la session russo-américaine.

En revanche, des hommes d'affaires russes et américains qui espèrent encore que la coopération se normalise étaient présents au SPIEF 2018, notamment parmi ceux qui font l'objet de sanctions américaines, écrit lundi le quotidien Kommersant.

La session du Forum économique international de Saint-Pétersbourg consacrée à l'état actuel des liens d'affaires entre la Russie et les États-Unis s'est distinguée par un grand nombre d'orateurs (il ne restait plus le temps de poser des questions même si pratiquement tous les intervenants ont respecté leur temps de parole de trois minutes) et la similitude de leurs déclarations. Tous les participants américains regrettaient la situation actuelle et se souvenaient des pages glorieuses de la coopération russo-américaine.

Tous les représentants d'entreprise ont constaté que les relations entre la Russie et les USA étaient au plus bas, ce qui se reflète forcément sur les relations d'affaires bilatérales.

La partie «européenne» du forum a semblé bien meilleure. La cerise sur le gâteau a été le discours du Président français, qui, à l'écouter, aurait même pu laisser croire qu'il n'existait aucune scission entre la Russie et l'Occident. Les quelque 500 entreprises françaises présentes en Russie emploient près de 170.000 salariés, a-il-déclaré. Et d'ajouter qu'après l'Allemagne, la France occupait la deuxième position en matière d'investissements étrangers en Russie et qu'elle avait l'intention de s'emparer de la première place.

Emmanuel Macron a poursuivi en disant qu'il voudrait «travailler main dans la main» avec la Russie pour «construire une atmosphère de confiance» et remédier aux divergences. Il a dit espérer que la Russie resterait au sein du Conseil de l'Europe. Rappelons qu'après les événements en Ukraine en 2014, la délégation russe a été privée du droit de vote aux réunions de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe et au sein des organes dirigeants de l'organisation.

Le chef de l'État français a annoncé que Moscou et Paris élaboraient une «feuille de route» pour le développement de la coopération bilatérale. Il a laissé entendre que la Russie et la France avaient des positions similaires sur plusieurs problèmes de politique étrangère, et notamment que Paris et Moscou désapprouvaient la sortie des USA de l'accord nucléaire avec l'Iran et étaient prêts à coopérer pour préserver cet accord.

Emmanuel Macron n'était pas le seul représentant haut placé de l'UE au forum, où le ministre hongrois des Affaires étrangères Peter Szijjarto s'est entretenu avec le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov. D'après lui, fin mai, les échanges russo-hongrois ont augmenté de 10% par rapport à la même période en 2017.

Rappelons que les compagnies russes construisent en Hongrie la centrale nucléaire Paks-2. Un accord a été signé vendredi entre Atomenergomach et GE Power dans le cadre duquel l'entreprise américaine aidera à construire en Hongrie deux réacteurs VVER-1200 de génération 3+. Leur entrée en service est prévue pour 2026-2027.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

Dossier:
Traduction de la presse russe (mai 2018) (73)

Lire aussi:

«Cent fois pire»: un nouveau virus prédit pour l’humanité
Trump déclare que la mouvance antifa sera reconnue comme organisation terroriste
Mort de George Floyd: il menace des manifestants avec un arc et un couteau à Salt Lake City - vidéos
Ciblés par des projectiles, des policiers foncent en voiture sur des manifestants à New York – vidéo
Tags:
Forum économique international de Saint-Pétersbourg 2018, Conseil de l'Europe, Emmanuel Macron, Occident, Saint-Pétersbourg, France, Allemagne, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook