Ecoutez Radio Sputnik
    Un drapeau européen avec un trou représentant le Brexit

    Il n’y aura pas de deuxième référendum sur le Brexit

    © AFP 2018 OLI SCARFF
    Lu dans la presse
    URL courte
    Izvestia
    Traduction de la presse russe (juin 2018) (61)
    1092

    Malgré les tentatives de l’opposition britannique d’organiser un second vote, Londres n’envisage pas de revenir sur sa décision de quitter l’UE, selon des sources au sein du gouvernement UK.

    Le Royaume-Uni a définitivement décidé de quitter l'Union européenne et n'a aucune envie de faire marche arrière: ainsi pourrait être résumée la position de Londres concernant le nouveau référendum que tentent d'obtenir les militants du mouvement Best for Britain, opposés au Brexit, écrit le quotidien Izvestia.

    «Les citoyens du Royaume-Uni se sont déjà exprimés dans le cadre du plus grand processus démocratique jamais entrepris dans le pays, souligne le département pour le retrait de l'Union européenne dans un entretien à Izvestia. La première ministre a clairement donné à comprendre qu'il n'y aurait pas de deuxième référendum à ce sujet».

    Le service indique également que le Royaume-Uni se focalise actuellement sur l'élaboration des conditions les plus favorables pour le pays, «qui va reprendre le contrôle de ses frontières, de ses lois et de ses fonds».

    «Les négociations progressent positivement et nous sommes persuadés que nous arriverons à établir un partenariat avec l'UE qui englobera un éventail plus large de questions et fonctionnera plus efficacement que n'importe quel autre accord de libre-échange dans le monde», expliquent les représentants du département.

    L'accord final entre le Royaume-Uni et l'UE devrait être adopté d'ici octobre 2018: il reste encore à concerter les conditions du retrait et des relations futures.

    Malgré la résolution du gouvernement, les opposants au Brexit tentent toujours de maintenir la Grande-Bretagne au sein de l'UE. La lutte entre les partisans et les opposants à la sortie fait rage encore aujourd'hui. Ainsi, le mouvement Best For Britain a élaboré un programme prévoyant d'organiser un référendum contre le retrait du pays de l'UE d'ici la fin de l'année. L'objectif principal de la campagne est de persuader un nombre suffisant de parlementaires de la nécessité de rester au sein de l'UE. «Nous avons tous le droit de dire notre mot décisif sur le Brexit», clame le slogan du mouvement repris sur les affiches à Londres, à Birmingham, à Manchester et à Liverpool.

    Les objectifs de l'organisation ne coïncident pas vraiment avec les intérêts de l'État, estime Anna Vilovatykh, experte de l'Institut des recherches stratégiques: «Comme il s'agit d'une ONG, son activité se base sur les intérêts de structures et d'individus concrets».

    Selon elle, un nouveau référendum ne serait possible que s'il restait des questions irrésolues concernant les conditions de l'accord et si cette initiative recevait le soutien du gouvernement et du parlement. Dans tous les cas, la situation progresse rapidement vers le divorce avec la «famille européenne».

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (juin 2018) (61)

    Lire aussi:

    Soros soutiendrait la campagne en faveur d’un nouveau referendum sur le Brexit
    Londres et l'Union européenne auraient conclu un accord sur le Brexit
    «Ingérence russe» dans le Brexit: tout a été mis sur le dos de Sputnik et de RT
    Tags:
    référendum, Brexit, Royaume-Uni
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik