Ecoutez Radio Sputnik
    Donald Trump

    «Troll politique»: comment Trump divise l'UE

    © REUTERS / Carlos Barria
    Lu dans la presse
    URL courte
    Gazeta.ru
    Traduction de la presse russe (juin 2018) (61)
    380

    Lentement mais sûrement, Donald Trump formule sa nouvelle politique vis-à-vis de l'Union européenne. Elle repose sur deux axes: l'exigence de se prendre en charge, et la nécessité de se souvenir de la supériorité des intérêts américains.

    Cette politique sème non seulement la division au sein de l'UE dans bien des domaines, mais complique la coopération entre Washington et le Vieux Continent.

    Début 2017, après l'investiture de Donald Trump, Jonas Driedger, chercheur de l'Institut universitaire européen de Florence, affirmait: «L'UE est confrontée aujourd'hui à de nombreuses crises sans précédent, et le nouveau dirigeant américain ne renforcera pas l'unité européenne. Au contraire, il exacerbera les contradictions, voire cherchera à en profiter», écrit lundi le site d'information Gazeta.ru.

    C'est globalement ce qui s'est produit. Bien que la politique étrangère de Trump vis-à-vis de l'Europe, tant bien avant les élections américaines qu'après la victoire, ne se soit pas distinguée par sa cohérence et son intégrité, une ligne générale s'en dégageait.

    Comme dans tous les autres secteurs, Trump a préféré construire les relations avec l'UE selon le slogan «l'Amérique avant tout». Cela sous-entendait que Washington ne considérait plus l'alliance avec l'UE comme quelque chose d'évident et d'irrévocable.

    Il a suffi au Président américain de poser une seule question pour faire vaciller l'équilibre européen: pourquoi Washington devrait-il payer pour l'Europe? Cela a non seulement divisé les trois puissances de l'UE — l'Allemagne, la France et le Royaume-Uni — mais a également approfondi la brèche entre l'Europe de l'Ouest et de l'Est.

    Ces derniers mois, les divergences entre Washington et les trois pays européens sont devenues flagrantes, explique Dmitri Danilov, responsable du département de Sécurité européenne à l'Institut de l'Europe affilié à l'Académie des sciences de Russie.

    Cela a été mis en évidence pendant le sommet du G7, les 8 et 9 juin. Le Président américain n'a pas caché son irritation quand il a constaté que les collègues européens ne voulaient pas réduire les taxes sur le commerce avec les USA, et a menacé de prendre des contremesures. La même position a été affichée en face.

    Berlin est entré en conflit avec Washington au sujet de la construction du gazoduc Nord Stream 2 qui devrait acheminer le gaz russe en Allemagne et dans toute l'Europe en contournant l'Ukraine.

    De son côté, la chancelière allemande a refusé de se plier aux exigences de Trump en expliquant la mise en œuvre du projet uniquement pour des raisons économiques. La position allemande déplaît avant tout à l'Ukraine et aux pays baltes, qui estiment qu'après le lancement du Nord Stream 2 la Russie renforcera son influence dans toute l'Europe de l'Est par des mesures agressives.

    «En réalité, l'Europe éclate elle-même, ce processus ne s'explique pas seulement par la politique de Trump. Le Président américain joue avec plaisir sur les intérêts des pays membres de l'UE — et le fait avec succès», conclut Dmitri Danilov.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (juin 2018) (61)

    Lire aussi:

    Nord Stream 2: agneau immolé sur l’autel politique?
    Les lobbyistes européens se battent pour le Nord Stream-2
    Le chantage de Trump avorté? Merkel sauve le Nord Stream 2
    Tags:
    Union européenne (UE), Donald Trump, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik