Ecoutez Radio Sputnik
    Production de pétrole. Image d'illustration

    L'Opep+ porte un coup aux exportations des USA

    © AP Photo / Hasan Jamali
    Lu dans la presse
    URL courte
    Vestifinance.ru
    Traduction de la presse russe (juin 2018) (61)
    3301

    L'écart entre les barils de Brent et de WTI, qui était de 10 dollars encore récemment, a commencé à se réduire. Quelle est la cause de cette évolution et pourquoi le pétrole américain est-il soudainement devenu plus coûteux?

    Ces dernières années, la production de pétrole de schiste a nettement augmenté aux États-Unis et en 2018, dans un contexte de hausse des cours pétroliers, la production a atteint un nouveau record, écrit mercredi le site d'information Vestifinance.ru.

    Ces derniers mois, le pétrole WTI avait beaucoup de retard sur le Brent, son concurrent de la mer du Nord. Cette situation découlait du fait que l'offre pétrolière aux USA était importante, mais que dans le reste du monde, au contraire, un certain déficit était observé — avant tout à cause de la réduction de la production dans le cadre de l'Opep+.

    En un sens, une telle conjoncture permettait aux États-Unis d'accroître leurs exportations de pétrole grâce à l'avantage tarifaire, qui amortissait les frais de transport.

    La situation a commencé à changer pour plusieurs raisons. Premièrement, pendant la réunion de l'Opep+ il a été décidé d'accroître nominalement la production de 1 million de barils, et de facto d'environ 600.000 barils. Cela a affaibli les craintes de déficit pétrolier nourries par le marché.

    Dans le même temps, en Amérique, la balance entre l'offre et la demande s'est mise à changer à cause des restrictions sur le gazoduc du gisement Permien. Sur cette toile de fond grandissaient les attentes que les compagnies de schiste soient contraintes de freiner la hausse de la production parce que les capacités de transfert de pétrole depuis le gisement avaient pratiquement atteint leur pic.

    En outre, les réserves continuent de diminuer. La semaine dernière, une baisse significative de 5,9 millions de barils a été observée. Alors que les réserves de Cushing sont au plus bas depuis des années.

    Les exportations pétrolières des USA, qui ont significativement augmenté cette année, notamment en Asie, pourraient donc potentiellement ralentir. Les raffineries pétrolières ont réussi à faire des économies en achetant le pétrole près des côtes du golfe de Mexique au lieu du Moyen-Orient — même compte tenu des frais de transport plus élevés.

    Pour l'instant, le prix du pétrole américain a baissé de seulement 6 dollars et ses exportations restent encore bénéfiques, mais cela pourrait changer si la tendance à la réduction se maintenait.

    Pour l'instant, les cours pétroliers sont revenus à la hausse. Les contrats à terme sur le baril de Brent pour août à la bourse de Londres (ICE) ont augmenté de 2% jusqu'à 76,28 dollars. Les mêmes contrats pour le baril de WTI à la bourse de New York (NYMEX) affichent une hausse de 3,4% jusqu'à 70,42 dollars.

    Cette forte hausse a résulté d'une source anonyme du département d'État américain relayée par les médias américains concernant le projet de sanctions visant les pays et les compagnies qui continueront d'acheter du pétrole en Iran à compter du 4 novembre.

    La diminution potentielle des exportations pétrolières d'Iran, couplée aux déclarations prudentes de l'Opep concernant l'augmentation de la production pétrolière, sont aujourd'hui les principaux facteurs d'incertitude sur le marché pétrolier.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (juin 2018) (61)

    Lire aussi:

    Le point sur le marché du pétrole avec le chef de l'Opep
    Pétrole: la Banque mondiale prévoit une hausse des prix en 2018
    Le schiste américain sera-t-il victime de la guerre commerciale USA-Chine?
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik