Ecoutez Radio Sputnik
    Logo de l'OIAC

    «Très probablement»: comment on cherche à discréditer l'OIAC

    © REUTERS / Yves Herman
    Lu dans la presse
    URL courte
    Zvezda la chaîne
    Traduction de la presse russe (juin 2018) (61)
    12318

    Les délégations de la Russie, de la Syrie et de l'Iran se sont opposées au projet de résolution visant à élargir les pouvoirs de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC). L’analyse de la chaîne Zvezda.

    Une conférence extraordinaire des États parties de la Convention sur l'interdiction des armes chimiques (CIAC) a débuté mardi à La Haye. Cette activité, organisée à l'initiative du Royaume-Uni, a pour objectif de soulever la question de l'éventuelle modification des pouvoirs de l'OIAC. Il s'agirait notamment d'octroyer à cette structure le droit de désigner les coupables de manière autonome dans les incidents impliquant l'usage de substances toxiques, et, en cas de manque de preuves, de les identifier avec une «forte probabilité», écrit le site de la chaîne russe Zvezda.

    Les politiciens occidentaux espèrent appliquer le fameux principe du «highly likely» (très probablement) au travail de cette organisation internationale qui, de par son statut, n'assure que le contrôle du respect de l'interdiction d'utiliser les armes chimiques, la destruction de ses réserves et la contribution au développement de la coopération dans le domaine de la chimie pacifique.

    La Russie juge cette proposition contreproductive puisqu'elle crée une grande tentation, pour les pays occidentaux dotés d'une large influence sur la prise de décisions au sein de l'OIAC, de manipuler son avis.

    Comme l'a souligné le vice-ministre russe de l'Industrie et du Commerce Gueorgui Kalamanov, chef de la délégation russe à la conférence de La Haye, la proposition britannique «vise à transformer l'OIAC de structure technique en Parquet».

    Et d'ajouter: «Donner à l'OIAC le pouvoir de déterminer la responsabilité des attaques chimiques, responsabilité qui n'incombe qu'au Conseil de sécurité des Nations unies, pourrait saper l'autorité de l'OIAC et de toute la CIAC.»

    Maria Zakharova
    © Sputnik . Mikhail Voskresensky
    Sur le même plan se trouvent la réticence à soutenir la résolution sur le perfectionnement des méthodes de travail du mécanisme d'enquête conjoint sur les attaques chimiques en Syrie au Conseil de sécurité des Nations unies, ainsi que l'intention d'attribuer à l'OIAC des fonctions non prévues par la Convention et relevant des compétences du Conseil de sécurité.

    L'idée d'une réforme hâtive de l'OIAC, par une étrange coïncidence, est arrivée au même moment que les nouvelles en provenance de Syrie informant de la découverte, sur les territoires contrôlés par les terroristes, de dizaines de tonnes de produits chimiques, ainsi que des laboratoires clandestins qui servaient à leur fabrication.

    «Les autorités syriennes ont exigé plusieurs fois de l'OIAC qu'elle envoie ses spécialistes sur les lieux, mais à chaque fois l'organisation soit refusait en prétextant des conditions dangereuses, soit tentait d'expliquer ces découvertes en disant que ce chlore était destiné à… désinfecter les piscines!», souligne le général Igor Kirillov.

    Les seules sources des prétendues «preuves» sont des informations apportées par des organisations à la réputation douteuse comme les Casques blancs.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (juin 2018) (61)

    Lire aussi:

    «Les jours de l’OIAC seront comptés» si l’on ne remédie pas à la situation
    Moscou: l’Occident évite d’expliquer les raisons de ses frappes de missiles sur la Syrie
    Damas explique à quoi sert l'élargissement des pouvoirs de l'OIAC
    Tags:
    armes chimiques, Casques blancs syriens, CIAC, La Haye, Iran, Syrie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik