Ecoutez Radio Sputnik
    Lu dans la presse

    Les systèmes Pantsir prouvent leur capacités antiaériennes en Syrie

    Lu dans la presse
    URL courte
    Vzgliad
    Traduction de la presse russe (juillet 2018) (69)
    3420

    Des drones ayant décollé de la «réserve des gobelins» dans la province syrienne d'Idleb ont attaqué la base aérienne de l'armée de l'air russe de Hmeimim. Ce n'est pas la première fois qu'une attaque est lancée depuis cette zone de désescalade dont la sécurité devrait être théoriquement assurée par la Turquie - loin de là.

    Une vidéo montrant la défense antiaérienne russe parant une attaque de drones contre la base aérienne russe de Hmeimim en Syrie a été publiée sur internet dimanche, écrit lundi le site d'information Vzgliad. L'enregistrement a été publié par la chaîne Telegram WarJournal. On y voit un missile décoller pour détruire une cible dans le ciel nocturne.

    «Ce 30 juin, à la tombée de la nuit, les systèmes de contrôle de l'espace aérien de la base aérienne russe de Hmeimim ont détecté un groupe de cibles aériennes de taille réduite (drones) d'appartenance inconnue au nord-est de l'aérodrome», a rapporté le représentant de la base.

    Selon les sources ouvertes, plus de dix appareils transportant des charges pour détruire des avions et des hélicoptères stationnés à la base participaient à l'attaque. Tous les drones ont été éliminés par la défense antiaérienne de la base.

    Il s'agissait très probablement des canons antiaériens Pantsir-S qui assurent la couverture de proximité de la base. Une source de la chaîne Telegram Directorate4 cite le témoignage des habitants locaux en guise de confirmation: à 10 km au nord-est de la base a été découvert l'un des drones abattus et le moteur d'un antimissile Pantsir-S1.

    Le commandement de la base rapporte l'absence de tout préjudice humain ou matériel suite à l'incident. La base de Hmeimim fonctionne normalement. A noter qu'aucune riposte n'a été annoncée contre la zone d'où les drones ont été lancés, du moins par le ministère de la Défense.

    Quelle que soit l'identité du commanditaire de cette attaque, ces tentatives de tester la sécurité de Hmeimim sont déjà une sorte de routine. Outre l'attaque barbare de janvier, des raids ont eu lieu en avril et en mai.

    Les engins artisanaux des djihadistes sont abattus sans problème par la défense antiaérienne. Cette fois, les terroristes ont probablement décidé de «surprendre par le nombre». Rappelons qu'il s'agissait d'une attaque d'au moins dix drones.

    Le canon antiaérien Pantsir remis aux forces syriennes s'est avéré vulnérable face aux missiles israéliens (toutefois, les experts penchent pour le facteur humain), mais ces systèmes protégeant Hmeimim n'ont encore jamais failli en contrant les attaques des drones djihadistes. Le Pantsir a prouvé qu'il pouvait efficacement parer des cibles réduites dans un rayon de 20 km et jusqu'à 15 km d'altitude. Rappelons que récemment, la revue américaine The National Interest a qualifié le Pantsir-S d'arme idéale pour contrer les attaques massives de drones. A présent, cette conclusion des analystes américains a été confirmée en pratique.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (juillet 2018) (69)

    Lire aussi:

    Des Pantsir-S russes détruisent des drones près de la base de Hmeimim (vidéo)
    La DCA de la base de Hmeimim abat un drone qui s'en est approché à la tombée de la nuit
    Comment l'attaque contre l'aérodrome de Hmeimim a-t-elle été contrée?
    Tags:
    drone, Pantsir-S, Hmeimim, Syrie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik