Ecoutez Radio Sputnik
    Le défilé du 14 juillet à Paris

    Le Pentagone conseillerait au Royaume-Uni de s'aligner sur la France

    © AFP 2018 DOMINIQUE FAGET
    Lu dans la presse
    URL courte
    Nezavissimaïa gazeta
    Traduction de la presse russe (juillet 2018) (33)
    1211

    Si le Royaume-Uni ne renonçait pas à réduire son budget militaire, il risquerait de perdre son statut de puissance militaire mondiale et, avec lui, les bonnes dispositions de la Maison blanche.

    Cet avertissement a été exprimé aux autorités britanniques par le chef du Pentagone James Mattis, qui commentait la disposition des Britanniques à parer les défis menaçant l'Occident.

    James Mattis a exprimé son inquiétude vis-à-vis de l'avenir des forces militaires britanniques dans une lettre adressée au ministre britannique de la Défense Gavin Williamson, écrit mardi 3 juillet le quotidien Nezavissimaïa gazeta. Le texte n'a pas été publié officiellement, mais son contenu a «fuité» dans la presse.

    «Je m'inquiète du fait que votre capacité à contribuer à la construction de fondations militaires garantissant notre succès diplomatique soit remise en question», a-t-il écrit.

    Le chef du Pentagone a également souligné le caractère impulsif des changements du contexte international et la nécessité des alliés d'aborder les nouveaux défis depuis une «position de force». «Ce n'est pas à moi d'indiquer pour quels besoins il faut dépenser l'argent du budget, écrit Mattis à Williamson. Mais on voudrait espérer que le Royaume-Uni puisse prochainement partager avec nous un projet (de développement des forces armées) clair et stable du point de vue financier pour que nous puissions évoquer ensemble les futurs plans et leur réalisation.»

    Outre l'affaiblissement du caractère opérationnel de l'armée, la réduction du budget de la défense, avertit James Mattis, représente également un autre risque pour la réputation du Royaume-Uni qui cherche à acquérir l'image d'une puissance mondiale après sa sortie de l'UE. «Une nation comme le Royaume-Uni, qui nourrit des ambitions mondiales, doit avoir un niveau de dépenses militaires plus élevé que les pays qui poursuivent uniquement des intérêts régionaux», a-t-il écrit à son homologue britannique.

    A l'heure actuelle, le Royaume-Uni est l'un des trois pays de l'UE (avec la Grèce et l'Estonie) qui dépensent plus de 2% de leur PIB pour la défense. En 2017, les dépenses militaires de l'État insulaire s'élevaient à 47 milliards de dollars — seule la France dépense davantage (près de 60 milliards de dollars). Par ailleurs, Londres est le premier pays européen en matière d'exportations d'armements.

    Comme le souligne Mattis, Washington ne demande rien d'extraordinaire aux Britanniques sauf de marcher en cadence avec leurs partenaires. «En tant qu'acteurs globaux, la France et les USA se sont mis d'accord sur le fait qu'il est grand temps d'augmenter nos investissements dans la défense», a-t-il expliqué dans sa lettre à Williamson.

    La lettre de James Mattis est un signal d'alarme pour le gouvernement britannique, qui s'efforce de faire des économies dans le contexte des dépenses accrues pour la santé et des éventuelles pertes à cause du Brexit. Dans ces conditions, le thème du budget de la défense est devenu explosif pour les ministres britanniques. Les débats sur les contours du plan de modernisation de l'armée britannique ont notamment mis en avant des différends profonds entre le ministre de la Défense Gavin Williamson, d'une part, et la Première ministre Theresa May et le chancelier de l'Échiquier Philip Hammond de l'autre.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (juillet 2018) (33)

    Lire aussi:

    Statut militaire du Royaume-Uni «de 1er rang»: même Theresa May n’y croit plus?
    Pour se venger de Moscou, May décrète des sanctions contre son propre pays
    «Impuissance intellectuelle»: la Défense russe rétorque au ministre britannique
    Tags:
    budget militaire, Pentagone, Occident, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik