Ecoutez Radio Sputnik
    Parlement européen

    Les eurosceptiques européens pourraient former la «Ligue des ligues»

    © Sputnik . Irina Kalashnikova
    Lu dans la presse
    URL courte
    Izvestia
    Traduction de la presse russe (juillet 2018) (69)
    3172

    La nouvelle alliance paneuropéenne baptisée «Ligue des ligues» prônera une étroite coopération avec la Russie. C'est ce qu'a déclaré Gianluca Savoini, conseiller à la politique étrangère du parti italien Ligue.

    Selon le conseiller à la politique étrangère du parti italien Ligue Gianluca Savoini, l'alliance que le vice-premier ministre italien et leader du parti Matteo Salvini a l'intention de créer avant les élections au Parlement européen pourrait regrouper des forces politiques suédoises, belges et bulgares, écrit vendredi 6 juillet le quotidien Izvestia.

    Il avait déjà exprimé sa volonté de consolider au niveau paneuropéen toutes les «forces libres et souveraines voulant protéger leur peuple et leurs frontières». Aux yeux des experts, la création de cette alliance entraînera un renforcement de la rhétorique antimigratoire en UE.

    L'idée de créer une alliance paneuropéenne a été exprimée par Matteo Salvini au congrès annuel de la Ligue dimanche dernier. Le chef du parti a annoncé qu'à titre d'alternative à «l'Europe fondée sur l'exploitation et l'immigration de masse», il envisageait de créer une «Ligue des ligues» avant les élections de mai 2019 au Parlement européen.

    «Matteo Salvini s'adressera à tous les partis qui ne font pas déjà partie du même groupe que nous au Parlement européen. Par exemple, en plus de nos amis d'Autriche, d'Allemagne et de France, il y a des partis intéressants en Suède, en Belgique et en Bulgarie. En obtenant le statut d'alliance paneuropéenne, nous continuerons de prôner une coopération étroite et des relations amicales avec la Russie», a déclaré Gianluca Savoini, conseiller du leader de la Ligue.

    «Nous soutenons totalement l'initiative de M. Salvini de créer une large ligue réunissant les partis qui veulent voir une Europe des nations et non un super-État européen fédératif. Notre groupe au parlement européen pourrait s'agrandir en intégrant les partis des pays qui ne sont pas encore rattachés formellement à notre mouvement», a déclaré l'eurodéputé néerlandais Marcel de Graaff, coprésident du groupe Europe des nations et des libertés au Parlement européen.

    Son groupe réunit la Ligue, le Rassemblement national (ancien Front national), le Parti pour la liberté néerlandais, le Parti de la liberté d'Autriche et les représentants des forces politiques de droite de Belgique, de Pologne et d'Allemagne.

    Le Mouvement 5 étoiles (M5E) forme actuellement avec la Ligue le gouvernement national italien.

    Gianluca Savoini a noté que la Ligue se présenterait aux élections européennes indépendamment de la coopération avec ses partenaires actuels. Cependant, Marcel de Graaff a déclaré que son groupe européen se réjouirait de l'adhésion du M5E.

    Quoi qu'il en soit, l'adhésion des eurosceptiques et du M5E, ainsi que d'autres partis de droite, à l'alliance annoncée par Matteo Salvini, dépendra de la conjoncture politique — qui penche clairement pour l'instant en faveur de la Ligue. A peine arrivé au pouvoir, Matteo Salvini, élu sous le slogan du durcissement de la lutte contre la migration clandestine, est passé des paroles aux actes. L'une de ses premières mesures a été le refus de laisser entrer des navires avec des clandestins sauvés en mer dans les ports italiens, ce qui a suscité les critiques des partenaires européens, mais a renforcé la popularité du vice-premier ministre et de son parti. Si un peu moins de 18% des électeurs ont soutenu la Ligue aux législatives de mars, sa popularité dépasse déjà 30% aujourd'hui.

    Les partis de droite prônant une ferme opposition à l'arrivée des réfugiés ont nettement amélioré leurs positions en Allemagne, en République tchèque, en Slovaquie, en Bulgarie et dans les pays scandinaves. De plus, les partisans d'une politique migratoire ferme sont déjà au pouvoir en Hongrie et en Autriche, conclut le journal.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (juillet 2018) (69)

    Lire aussi:

    Comment les élections italiennes changeront le cours de la politique du pays?
    Le Rassemblement national et Marine Le Pen en rêvent, Salvini l’a (presque) fait
    Sanctions antirusses, de la «folie», selon un candidat au poste de PM italien
    Tags:
    politique étrangère, Parlement européen, Gianluca Savoini
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik