Ecoutez Radio Sputnik
    Migrants (archives)

    La Hongrie refuse de «reprendre» les migrants «allemands»

    © AP Photo / Darko Vojinovic
    Lu dans la presse
    URL courte
    Gazeta.ru
    Traduction de la presse russe (juillet 2018) (69)
    8541

    La chancelière allemande Angela Merkel n'a pas réussi à s'entendre avec le Premier ministre hongrois Viktor Orban sur le retour des réfugiés initialement enregistrés en Hongrie.

    Le retour des migrants dans les pays de l'espace Schengen qui les ont accueillis en premier est l'un des principaux points de l'accord de la chancelière allemande avec son ministre de l'Intérieur Horst Seehofer, avec qui le conflit avait failli faire s'effondrer le gouvernement de coalition, écrit vendredi le site d'information Gazeta.ru.

    La chancelière allemande Angela Merkel et le Premier ministre hongrois Viktor Orban, considéré comme le principal opposant à la politique migratoire actuelle de l'Europe, se sont rencontrés à Berlin pour s'entretenir au sujet de l'accueil des réfugiés. Difficile de qualifier le bilan de la rencontre d'inattendu: Angela Merkel a constaté que les positions de l'Allemagne et de la Hongrie divergeaient toujours fortement.

    Mi-juin, la question migratoire avait provoqué une profonde scission au sein du gouvernement de coalition allemand, qui avait mis en péril la carrière politique de la chancelière.

    Le conflit s'est plus ou moins apaisé en début de semaine, mais la trêve reste fragile. La chancelière devra désormais convaincre les politiciens européens de soutenir le consensus interpartite allemand et notamment de s'entendre sur le retour des réfugiés qui n'ont pas été initialement enregistrés en Allemagne.

    Les pourparlers avec Viktor Orban étaient donc une tentative de s'entendre sur l'accord relatif à la politique migratoire convenu précédemment avec le chef de l'Union chrétienne-sociale (CSU) Horst Seehofer, ainsi que de convaincre la Hongrie d'assouplir sa position intransigeante vis-à-vis des migrants.

    Toutefois, bien que la chancelière ait qualifié la rencontre avec le Premier ministre hongrois de «très productive», les efforts d'Angela Merkel ont été vains.

    Viktor Orban a déclaré durant l'entretien que son pays n'accueillerait pas les réfugiés expulsés d'Allemagne en vertu de l'accord de Dublin, qui implique que la responsabilité de l'accueil des migrants incombe au premier pays de l'UE où ils sont arrivés. Le retour des réfugiés dans les pays de l'espace Schengen qui les ont accueillis en premier est un point-clé de l'entente Merkel-Seehofer.

    Après l'entretien, Angela Merkel a déploré que la Hongrie «ne prenne même pas peine de traiter les demandes d'asile des réfugiés». Selon le Premier ministre hongrois, les autorités de certains pays tels que la Grèce n'enregistrent intentionnellement pas les migrants qui arrivent sur leur territoire, et ces derniers se dirigent ensuite vers la Hongrie.

    «C'est pourquoi nous pensons qu'il faut renvoyer les migrants d'Allemagne vers la Grèce, et pas vers la Hongrie», a fait savoir Viktor Orban.

    Ce dernier a également souligné qu'à ses yeux, la fermeture des frontières aux migrants, comme l'a fait la Hongrie, était le seul moyen efficace pour lutter contre l'arrivée de réfugiés.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (juillet 2018) (69)

    Lire aussi:

    Le Premier ministre hongrois qualifie les réfugiés d’«envahisseurs musulmans»
    Seehofer: «Je ne laisserai pas la chancelière qui l’est devenue grâce à moi me renvoyer»
    «Un nouveau chancelier»? Le pouvoir de Merkel serait remis en cause
    Tags:
    migrants, Angela Merkel, Hongrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik