Ecoutez Radio Sputnik
    Schengen

    Les Pays-Bas et la France refuseraient l'entrée dans l'espace Schengen à la Bulgarie

    © REUTERS / Wolfgang Rattay
    Lu dans la presse
    URL courte
    Izvestia
    3138

    Les Pays-Bas et la France refuseraient l'entrée dans l'espace Schengen à la Bulgarie.

    La ministre bulgare des Affaires étrangères Ekaterina Zakharieva a annoncé que les Pays-Bas et la France s'opposaient à l'entrée de la Bulgarie et de la Roumanie dans l'espace Schengen. La chef de la diplomatie a souligné que l'adhésion de la république à l'accord de Schengen serait d'une grande aide pour les étrangers qui s'y rendent.

    Depuis 2011, la Commission européenne et le Parlement européen ont publié de nombreux rapports et résolutions appelant les pays de l'UE à accepter la Bulgarie et la Roumanie dans l'espace Schengen, «mais sans résultats notables», a déclaré la ministre bulgare dans une interview au quotidien Izvestia.

    «Deux États, les Pays-Bas et la France, expriment encore des craintes concernant l'accueil de la Bulgarie et de la Roumanie au sein de l'espace Schengen. Je peux comprendre leur préoccupation après le début de la crise migratoire, mais je ne peux pas trouver d'arguments réels. En 2011, nous avions déjà rempli toutes les exigences techniques, et aujourd'hui, dans les conditions d'une affluence massive de réfugiés en UE, nous avons prouvé notre aptitude à défendre les frontières extérieures de l'UE. Ainsi, il n'y a aucune raison de ne pas inclure la Bulgarie et la Roumanie dans l'espace Schengen», a-t-elle noté.

    La chef de la diplomatie bulgare a souligné que Sofia poursuivait les négociations avec ces deux pays pour les persuader d'accepter la république dans l'espace Schengen, tout en précisant que l'absence de Schengen n'était pas un problème pour les Bulgares.

    «Ce serait plus pratique pour les étrangers, qui pourraient ensuite se rendre dans les pays de l'UE avec un visa bulgare», déclare la ministre.

    L'espace Schengen compte actuellement 26 pays: 22 pays membres de l'UE, ainsi que l'Islande, le Lichtenstein, la Norvège et la Suisse. Le Royaume-Uni, l'Irlande, Chypre, la Croatie, la Bulgarie et la Roumanie sont, certes, membres de l'UE, mais ne font pas partie de l'espace Schengen. En entrant dans les pays de l'espace Schengen, leurs citoyens, circulant sans visa dans le cadre de l'UE, doivent tout de même passer le contrôle frontalier.

    La Bulgarie et la Roumanie ont adhéré à l'UE en 2007. Au même moment, la Commission européenne avait créé un mécanisme de coopération et de vérification censé aider ces pays à réaliser les réformes nécessaires et à assurer une lutte efficace contre la corruption et le crime transfrontalier. Plus de 10 ans plus tard, la Commission européenne a noté que les deux pays avaient fait beaucoup de progrès mais qu'ils devaient encore entreprendre certaines démarches pour remplir les exigences du Mécanisme, notamment réformer leur système judiciaire et renforcer la lutte contre la corruption et le crime organisé.

    La lutte inefficace contre la corruption est plutôt un prétexte fictif qui permet de retarder l'adhésion des pays à l'espace Schengen, estime Olga Potemkina, chef du département chargé des études sur l'intégration européenne à l'Institut de l'Europe affilié à l'Académie des sciences de Russie.

    Elle explique l'inquiétude des pays de l'UE par la situation migratoire difficile. Bien que le flux de réfugiés soit bien plus réduit qu'en 2015, l'axe des Balkans reste relativement vulnérable.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Lire aussi:

    Éternel candidat: la Turquie peut détourner le regard de l’UE, selon un ex-ministre turc
    Comment les frontières européennes sont tombées
    En Bulgarie, un vaste trafic de passeports ouvrant la porte de l’UE découvert
    Tags:
    Espace Schengen, Parlement européen, Commission européenne, Ekaterina Zakharieva, Roumanie, Pays-Bas, Bulgarie, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik