Ecoutez Radio Sputnik
    RS-28 Sarmat

    Le secret «meurtrier» du tout nouveau missile russe Sarmat

    © Sputnik . Vladimir Fedorenko
    Lu dans la presse
    URL courte
    Par
    Traduction de la presse russe (juillet 2018) (69)
    14642
    S'abonner

    Le nouveau complexe stratégique russe de cinquième génération à silo avec un missile balistique intercontinental lourd à plusieurs étages est capable d'éliminer n'importe quelle cible.

    Comme le rapporte l'hebdomadaire Zvezda, prochainement les Forces russes de missiles stratégiques (RVSN) se doteront d'un nouveau complexe balistique Sarmat capable de lancer des ogives volant à plus de 11.000 km/h. Aucun missile du monde ne peut encore développer une telle vitesse.

    Une charge meurtrière

    La fin des essais du nouveau missile intercontinental lourd Sarmat a été publiquement annoncée par le président russe Vladimir Poutine devant l'Assemblée fédérale le 1er mars 2018. Et lors d'une récente réception solennelle au Kremlin en hommage aux diplômés des écoles militaires le président, en mentionnant les missiles intercontinentaux Avangard qui arrivent en service, a affirmé que l'an prochain ce serait au tour du Sarmat. Ce missile remplacera le redoutable Voevoda, qui a été surnommé Satan en Occident (classification Otan — SS-18 Mod. 1.2.3. Satan).

    Selon les sources ouvertes, le RS-28 Sarmat est le futur complexe à silo avec un missile balistique intercontinental lourd à combustible liquide capable d'embarquer des ogives nucléaires. Il est développé depuis les années 2000 par les spécialistes du Centre national balistique Makeev à Miass, région de Tcheliabinsk. Il a été baptisé en hommage aux Sarmates, des tribus nomades qui peuplaient aux VI-IVe siècles av. J.-C. les territoires contemporains de la Russie, de l'Ukraine et du Kazakhstan.

    En soi ce missile est un vecteur, mais qui est capable malgré son poids de 200 tonnes d'avoir une phase propulsée courte, ce qui rend difficile son interception par des systèmes de défense antimissile. Il est possible de le tirer aussi bien par le pôle Nord que par le pôle Sud à une distance illimitée. Mais la surprise principale est son contenu meurtrier. Il s'agit des ogives hypersoniques connues sous le nom de code Iou-71.

    A son altitude maximale l'Iou-71 développe une vitesse de Mach 15 (soit près de 11.000 km/h). Sachant que l'ogive suit une trajectoire très complexe ce qui, selon les lois de la physique, devrait réduire la vitesse de vol. Selon les suppositions des experts, l'Iou-71, après avoir atteint une altitude de 100 km, vole ensuite à une vitesse de 5-7 km/s. L'information détaillée sur le déroulement des travaux liés à l'armement hypersonique est confidentielle. On n'ose même pas qualifier l'«Izdelie 4202» de missile — c'est un tonnerre du ciel qu'il est pratiquement impossible d'arrêter.

    Une arme redoutable

    Le dirigeant soviétique Nikita Khrouchtchev, qui menaçait de montrer à l'Amérique «de quel bois il se chauffe», avait à l'esprit la bombe aérienne thermonucléaire AN602 (également appelée Tsar-bomba), la plus puissante munition du monde à l'époque.  Un tel engin pouvait peut-être intimider les USA à l'époque. Mais il n'est rien par rapport au missile Sarmat, dont la longueur dépasse 30 mètres, pesant plus de 200 tonnes, et son compartiment est capable d'embarquer plus de 10 tonnes de «fret».

    Le président russe Vladimir Poutine a parlé de ses capacités sans emphase: «Le Sarmat est une arme redoutable. Au vu de ses caractéristiques, aucun système de défense antiaérienne avancé n'est une gêne pour lui.»

    D'origine entièrement russe

    Jusqu'en 1991 les missiles intercontinentaux lourds de la famille R-36 étaient développés et produits par le bureau d'étude Ioujnoe (OKB-586) à Dniepropetrovsk en Ukraine. 

    En Russie, jusqu'à récemment, les missiles intercontinentaux pour les RVSN étaient conçus par l'Institut de technologies thermiques de Moscou, qui était spécialisé dans les missiles intercontinentaux à combustible solide. C'est pourquoi la construction d'un nouveau missile lourd à combustible liquide a été confiée au centre Makeev (SKB-358) de Miass, qui fabrique notamment des missiles pour les sous-marins.

    Bien que les missiles de cette classe soit une «marchandise à l'unité», à sa production participent plusieurs entreprises spécialisées du complexe militaro-industrielle russe. Par exemple, le moteur pour le Sarmat est développé par NPO Energmach Glouchko de Khimki. Il est produit par PAO Proton-PM à Perm. L'entreprise de tête pour la sortie du missile intercontinental Sarmat est l'usine de construction mécanique de Krasnoïarsk (au sein du groupe Makeev).

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

     

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (juillet 2018) (69)
    Tags:
    défense, RS-28 Sarmat (missile lourd), Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik