Ecoutez Radio Sputnik
    femme

    Thalidomide: le médicament qui estropiait les enfants

    © Sputnik . Vladimir Vyatkin
    Lu dans la presse
    URL courte
    Gazeta.ru
    Traduction de la presse russe (août 2018) (69)
    1110

    Des chercheurs ont découvert comment la thalidomide avait provoqué les mutations subies par des milliers de nouveau-nés dans les années 1950. Ils espèrent utiliser cette information pour éviter de telles conséquences tragiques lors de la préparation de nouveaux médicaments sur sa base.

    La thalidomide est apparue sur le marché dans les années 1950, écrit jeudi le site d'information Gazeta.ru. Initialement pensée comme un produit antispasmodique, elle n'a finalement pas agi sur ce genre de symptômes. En revanche, elle avait un effet calmant et somnifère, et était bien assimilée par les patients. De plus, elle était sûre même dans de grandes quantités, ce qui réduisait au minimum le risque d'overdose.

    La thalidomide est rapidement devenue un produit extrêmement populaire, au même titre que l'aspirine.

    On lui a même trouvé une nouvelle application quand on a découvert qu'elle atténuait les symptômes désagréables liés à la grossesse, notamment les nausées et les insomnies.

    En 1956, la fille d'un employé d'une compagnie allemande fabriquant la thalidomide est née sans oreilles. Son épouse avait consommé ce médicament alors qu'il n'était pas encore officiellement commercialisé. A l'époque, personne n'avait fait le lien entre l'absence d'oreilles et la thalidomide.

    Mais en 1961, les chercheurs ont remarqué une hausse significative du nombre d'enfants présentant des malformations à la naissance. Les études ont révélé que leurs mères avaient consommé de la thalidomide au stade précoce de la grossesse.

    Cependant, quelques années plus tard, des médecins israéliens ont découvert que la thalidomide était efficace pour soigner les lèpres même les plus avancées, et qu'elle ralentissait le développement des tumeurs cancéreuses. Dans les années 1990, il a été établi que la thalidomide et les analogues découverts durant son étude pouvaient être utilisés efficacement pour soigner des maladies graves, notamment la tuberculose et le Sida.

    Le 16 juillet 1998, la Direction de la surveillance sanitaire de la qualité des produits alimentaires et des médicaments des USA a approuvé la thalidomide en tant que médicament pour soigner la lèpre.

    En s'appuyant sur les recherches des années précédentes, les scientifiques de l'institut de recherche sur le cancer Dana-Faber (USA) ont découvert que la thalidomide provoquait la dégradation d'un très grand nombre de facteurs de transcription (protéines qui activent et désactivent les gènes), notamment le gène SALL4.

    Or la dégradation du gène SALL4 impacte la croissance des extrémités et d'autres aspects du développement du fœtus, ce qui a pour résultat la déformation ou l'absence de bras ou de jambes chez l'enfant et des défauts dans les organes internes si la mère consomme de la thalidomide pendant la grossesse.

    La compréhension du mécanisme qui provoque l'apparition de telles malformations joue un rôle crucial dans la mise au point de nouveaux médicaments, soulignent les chercheurs dans leur étude dont les résultats sont publiés dans la revue eLife.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (août 2018) (69)

    Lire aussi:

    «Scandale sanitaire»? L’énigme des nourrissons sans bras en France
    Peut-on combattre le cancer avec de l’aspirine?
    Prendre du paracétamol en cas de maladie ne serait pas si inoffensif…
    Tags:
    médicaments, enfants
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik