Ecoutez Radio Sputnik
    Le président Vladimir Poutine a rencontré la chancelière allemande Angela Merkel

    La Russie et l'Allemagne signeront-elles un pacte de Meseberg contre les USA?

    © Sputnik . Sergey Guneev
    Lu dans la presse
    URL courte
    Vzgliad
    Traduction de la presse russe (août 2018) (69)
    11460

    A ce rythme Donald Trump pourrait bientôt recevoir la médaille de l'amitié germano-russe, écrit mercredi le site d'information Vzgliad.

    Le Président américain a pratiquement poussé Angela Merkel à nouer une alliance avec la Russie afin de protéger ensemble la sidérurgie, le gazoduc Nord Stream 2 et les affaires avec l'Iran contre les Etats-Unis, analyse le quotidien Vzgliad. Et surtout, il s'est avéré que la Russie pourrait sérieusement aider Angela Merkel personnellement à renforcer ses positions fragiles dans le pays. Ne serait-ce pas la raison de son invitation de Vladimir Poutine à venir à Berlin?

    Le Kremlin a annoncé les points de l'ordre du jour du sommet germano-russe prévu pour samedi dans le château de Meseberg près de Berlin. «En ce qui concerne les thèmes, c'est une remise des pendules à l'heure sur les plus graves problèmes. C'est, évidemment, les questions internationales — l'Ukraine et la Syrie. Ce sont les restrictions auxquelles sont confrontées d'une manière ou d'une autre plusieurs pays et leurs conséquences», a énuméré le porte-parole du Président russe Dmitri Peskov.

    Vladimir Poutine et Angela Merkel se rencontreront samedi dans la résidence gouvernementale au château de Meseberg. D'ailleurs, la dernière fois le Président russe a été accueilli dans ce château avant les événements en Crimée, quand ce poste était encore occupé par Dmitri Medvedev. Le choix de cette résidence serait-il une allusion aux concessions du gouvernement allemand?

    La presse américaine a réagi avec curiosité et même préoccupation à l'annonce de la rencontre inattendue entre les deux dirigeants. Après tout, il s'agira du premier sommet germano-russe depuis que début juillet Donald Trump avait reproché à l'Allemagne de se retrouver sous le contrôle total de la Russie.

    Les deux chefs d'Etat aborderont également le problème des réfugiés lié à la crise humanitaire en Syrie. Angela Merkel est critiquée dans son pays par ses collègues d'avoir permis à des centaines de milliers de migrants de se retrouver en Allemagne, c'est pourquoi il est dans leur intérêt de trouver une entente permettant à de nombreux réfugiés de rentrer chez eux. «Compte tenu du rôle de Moscou dans le soutien de Bachar el-Assad, cela nécessitera la participation de la Russie», écrit The New York Times.

    Dans le même temps, les journalistes de Newsweek supposent qu'en dépit de la méfiance réciproque les deux dirigeants évoqueront avant tout les affaires, et surtout le gazoduc Nord Stream 2 vivement critiqué par les Américains. Les experts interrogés par l'hebdomadaire supposent qu'Angela Merkel demandera à Vladimir Poutine de maintenir une partie du transit de gaz via l'Ukraine, et qu'il ne sera pas difficile pour le Président russe de l'accepter.

    D'après le député allemand du parti Alternative pour l'Allemagne (AfD) Waldemar Herdt, par leurs actions les USA poussent eux-mêmes la Russie et l'Allemagne à se rapprocher.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (août 2018) (69)

    Lire aussi:

    Le Kremlin donne son estimation de la rencontre Poutine-Merkel
    Angela Merkel constate des changements positifs en Syrie
    Bild indique quel chef d’État est «le maître sur la scène internationale»
    Tags:
    accord, pacte, Nord Stream 2 AG, Donald Trump, Angela Merkel, Vladimir Poutine, États-Unis, Meseberg, Russie, Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik