Ecoutez Radio Sputnik
    Explosion d'une bombe nucléaire

    L'arme nucléaire pour l'Allemagne? Le dessous des cartes

    CC0 / Pixabay
    Lu dans la presse
    URL courte
    Vestifinance.ru
    Traduction de la presse russe (août 2018) (69)
    8196

    Il existe des manœuvres géopolitiques à cause desquelles un pays peut se vouer à l'échec: c'est exactement le cas des nouveaux débats allemands sur l'arme nucléaire, estime Wolfgang Ischinger, ancien ambassadeur allemand aux États-Unis.

    Selon l'ancien ambassadeur allemand aux USA Wolfgang Ischinger cité par le site Vestifinance, il existe au moins trois raisons convaincantes du caractère irraisonnable de l'option nucléaire pour l'Allemagne.

    Tout d'abord, l'Allemagne a déjà à plusieurs reprises renoncé à ces armes. D'abord, elle a signé en 1969 et ratifié plus tard le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires. Elle a également signé en 1990 le Traite deux plus quatre, qui a ouvert la voie vers l'unification de l'Allemagne. 

    Si l'on mettait en doute ces engagements, cela porterait un coup dur contre l'image international et la responsabilité de l'Allemagne. Berlin mettra en cause la fiabilité de la dissuasion nucléaire de l'Otan — et toute l'Alliance en général — ainsi que le régime international de non-prolifération.

    Ensuite, une bombe nucléaire allemande pourrait aggraver considérablement la situation stratégique en Europe, ce qui nuira aux intérêts de Berlin. La Russie pourrait considérer les efforts allemands en matière de formation d'un arsenal nucléaire comme une menace directe contre sa sécurité nationale et adopter donc des mesures de riposte militaires. Qui plus est, les ambitions nucléaires de l'Allemagne pourraient torpiller l'équilibre délicat des forces en Europe — notamment entre Paris et Berlin — en provoquant ainsi des répercussions innombrables pour l'unité de l'Union européenne à long terme.

    Enfin, la volonté d'obtenir une arme nucléaire devrait se heurter à une opposition sérieuse de la société. Qui plus est, une telle initiative irait à l'encontre de la politique du gouvernement d'Angela Merkel, qui a décidé il y a quelques années à renoncer complètement à l'énergie nucléaire.

    Il existe des moyens plus intelligents de renforcer la sécurité nucléaire de l'Europe. Ainsi, la France pourrait jouer un rôle plus actif dans la dissuasion nucléaire au sein de l'Otan, au même titre que les États-Unis et le Royaume-Uni. Cela exige une réorientation et une européisation fondamentales de la stratégie nucléaire française, mais l'Allemagne et d'autres partenaires pourraient offrir leur contribution financière à cette initiative. Dans tous les cas, c'est un projet à long terme.

    Autrement dit, souligne Wolfgang Ischinger, l'Allemagne continuera de dépendre du parapluie nucléaire américain dans un avenir envisageable, indépendamment des propos de Donald Trump. 

    Ainsi, le meilleur moyen de maintenir l'autorité de l'Otan et d'être pris au sérieux par les Américains est d'investir réellement dans le potentiel militaire classique pour atteindre le niveau des dépenses militaires établi par l'Alliance (2% du PIB).
    Si Berlin voulait en effet atteindre cet objectif, il lui faudrait considérer la stratégie militaire, la sécurité et la défense comme ses priorités politique. L'option alternative — la création éventuelle de l'arme nucléaire — est vouée à l'échec, conclut l'ancien ambassadeur allemand aux USA.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (août 2018) (69)

    Lire aussi:

    «Nous sommes à deux doigts d'une guerre nucléaire»
    Les «tweets sauvages» de Trump pousseraient l'Allemagne à se procurer la bombe atomique
    Faut-il redouter une frappe nucléaire russe?
    Tags:
    armes nucléaires, ambassadeur, non-prolifération des armes nucléaires, arsenal nucléaire, bombe atomique, Wolfgang Ischinger, Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik