Lu dans la presse
URL courte
Par
Traduction de la presse russe (août 2018) (69)
4311
S'abonner

Il y a exactement 20 ans, la Russie a annoncé un défaut de paiement sur les obligations publiques, après quoi le rouble s'est effondré et le gouvernement a démissionné.

Ces événements avaient une grande importance politique: c'est à ce moment que s'est terminée l'époque de domination des oligarques et des libéraux-réformateurs, et le pays pouvait compter sur un avenir.

Le défaut de paiement sur les titres publics et le passage au cours de change flottant du rouble ont été annoncés le 17 août 1998 — les autorités ne pouvaient plus rembourser les intérêts sur les obligations publiques, dont la vente était la principale source du budget, écrit vendredi 17 août le site d'information Vzgliad.

Tout s'est effondré le 17 août 1998, et avant tout, comme il s'avère aujourd'hui, le pouvoir des oligarques.

Parce que le pouvoir échappait rapidement — le Président Boris Eltsine avait pris conscience de la catastrophe imminente. Le pouvoir vertical était pratiquement absent dans le pays, le risque de séparatisme d'abord économique, puis politique s'est aggravé.

A cette époque le Kremlin ne parvenait même pas à constituer un nouveau gouvernement — Eltsine avait nommé Viktor Tchernomyrdine au poste de Premier ministre, avant de le limoger en avril. Le chef de l'administration présidentielle de l'époque, le gendre d'Eltsine Valentine Ioumachev, était impuissant à la Douma (chambre basse du parlement russe) — personne ne faisait confiance aux réformateurs qui s'étaient discrédités.

Dans ces circonstances, Eltsine a dû proposer au poste de Premier ministre la candidature d'Evgueni Primakov, qui était ministre des Affaires étrangères, malgré les intrigues des oligarques et d'une partie de l'entourage présidentiel contre lui.

Le gouvernement d'Evgueni Primakov, incluant les communistes, et notamment le dernier chef du Gosplan (Comité d'État pour la planification) Maslioukov, a entrepris des mesures austères pour tenter de sortir le pays de la crise. Mais Eltsine continuait de critiquer Primakov — et au printemps déjà il l'a remplacé par Sergueï Stepachine. Les oligarques craignaient Primakov en ayant peur qu'il puisse succéder à Eltsine.

Toutefois, Eltsine, bien que physiquement malade, gardait le dernier mot jusqu'au bout. A la recherche d'un nouveau Président de la Russie il s'intéressait de plus en plus au chef du Service fédéral russe (FSB) Vladimir Poutine, qu'il avait nommé au printemps 1999 déjà secrétaire du Conseil de sécurité.

Il est plus que symbolique que Poutine ait été approuvé au poste de Premier ministre exactement un an après le défaut — le 16 août 1999, selon le journal. Une nouvelle époque a commencé dans le pays — l'époque de la renaissance de la Russie, mais l'époque précédente, celle de l'effondrement, s'est terminée il y a exactement 20 ans, conclut Vzgliad.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

Dossier:
Traduction de la presse russe (août 2018) (69)

Lire aussi:

Macron «emprisonné» par des colliers de fleurs en Polynésie, puis détourné sur les réseaux sociaux – images
Projet de loi sanitaire devant le Conseil constitutionnel, ce qui pourrait tout faire capoter
«D'où ça sort que 20% décident du sort de 80%?»: l’exaspération contre les «antivax» monte d’un cran
Plus de 25.000 nouveaux cas de Covid-19 en France en 24 heures
Tags:
défaut, rouble, Boris Eltsine, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook