Ecoutez Radio Sputnik
    Des navires russes tirent des missiles Kalibr-NK contre des cibles terroristes en Syrie

    La marine russe met en place un «bouclier» pour la Syrie en Méditerranée

    © Sputnik . Russian Defence Ministry
    Lu dans la presse
    URL courte
    Izvestia
    Traduction de la presse russe (août 2018) (69)
    663249

    Le ministère russe de la Défense déploie en Méditerranée son plus puissant groupe naval depuis le début de l'intervention en Syrie. Il inclut 10 navires (d'autres sont en approche) transportant pour la plupart des missiles de croisière Kalibr, ainsi que deux sous-marins.

    D'après les experts militaires, un groupe naval russe renforcé a été envoyé en Méditerranée pour appuyer l'offensive de l'armée syrienne dans la province d'Idlib — la seule région du pays encore contrôlée par des groupes armés illégaux, écrit le quotidien Izvestia. Les politologues estiment que la Russie joue le rôle de garant de la stabilité dans la région et empêche le déclenchement d'une nouvelle guerre de grande ampleur.

    Le ministère de la Défense russe a déclaré qu'à l'heure actuelle en Méditerranée se trouvaient des navires de la flotte du Nord, de la mer Baltique, de la mer Noire, ainsi que de la flottille de la mer Caspienne. Toutes les flottes, sauf celle du Pacifique, sont ainsi représentées. Il s'agit du plus puissant groupe naval projeté depuis le début de l'opération.

    Ce groupe réunit le croiseur lance-missiles Maréchal Oustinov, le grand navire anti-sous-marin Severomorsk, l'escorteur Pytlivy, la frégate Amiral Grigorovitch, les escorteurs Amiral Essen et Amiral Makarov, les petits navires lance-missiles Grad Sviajsk, Veliki Oustioug, Vychni Volotchek et les sous-marins diesels électriques B-268 Veliki Novgorod et B-271 Kolpino. D'autres navires sont en approche. A bord du croiseur Maréchal Oustinov a été installé un puissant système antinavire Voulkan, et huit navires de combat transportent des missiles de croisière Kalibr.

    Le grand cargo naval Ivan Boubnov de la flotte de la mer Noire a été envoyé en Méditerranée pour ravitailler cet important groupe naval.

    La situation ressemble à celle de 2013, quand on prétendait que des munitions chimiques avaient explosé dans la Ghouta orientale. Les États-Unis avaient alors tenté d'en accuser les forces gouvernementales, se disant prêts à lancer une opération militaire limitée contre Bachar el-Assad en Syrie. Après les événements dans la Ghouta orientale et en Méditerranée, les parties se sont entendues sur la destruction des armes chimiques se trouvant à disposition des autorités syriennes.

    La présence de navires de guerre russes en Syrie est conforme au droit international et est approuvée par le gouvernement syrien, a déclaré le porte-parole du parlement syrien Naji Gabid.

    «La présence russe est importante pour empêcher les pays occidentaux de retarder la fin de la guerre. Les forces russes garantissent la stabilité dans la région et empêchent le déclenchement d'une guerre régionale d'envergure», affirme-t-il.

    L'armée syrienne se prépare actuellement à lancer une opération dans la province d'Idlib, la seule région du pays encore contrôlée par des groupes armés illégaux. «Si besoin, les navires russes appuieront l'offensive syrienne», note l'expert naval Dmitri Boltenkov.

    «C'est pourquoi huit vecteurs de missiles Kalibr ont été envoyés en Méditerranée. Ces systèmes sont efficaces contre les cibles côtières et pourraient apporter un puissant appui-feu aux forces syriennes pendant l'opération sur le terrain», poursuit l'expert.

    D'après le politologue Roland Bijamov, ce renforcement en Méditerranée est lié avant tout à l'approche des forces navales américaines et aux déclarations provocantes concernant une prétendue attaque chimique imminente de l'armée syrienne.

    «Et bien évidemment, cette provocation est tout à fait possible. Ce n'est pas la première fois que l'on constate cette situation. Dès que des prémisses à l'établissement de la paix en Syrie apparaissent, les Américains cherchent à les détruire», estime le politologue.

    Il ne reste qu'à espérer que la présence de navires russes refroidira les têtes brûlées qui prévoient une nouvelle escalade du conflit.

    «On espère que même si une escalade se produisait, elle aurait lieu seulement au niveau diplomatique. Bien sûr, l'envoi du groupe naval russe est un facteur dégrisant. Il n'y a que comme ça qu'on peut le voir — et cela pourrait stopper les Américains», déclare l'expert.

    La marine russe participe directement à l'opération militaire en Syrie. A différentes périodes, le groupe incluait par rotation les fleurons des flottes russes, notamment le porte-avions lourd Amiral Kouznetsov et le croiseur nucléaire lourd lance-missiles Pierre le Grand.

    L'une des principales missions de la marine était l'approvisionnement en armements, en munitions, en carburant et l'acheminement d'autres cargaisons pour les opérations. Les navires de guerre ont tiré plusieurs fois des missiles de croisière Kalibr-NK et Kalibr-PL contre des sites militaires et économiques importants des terroristes en Syrie.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (août 2018) (69)

    Lire aussi:

    L’Otan réagit au «bouclier» sur la Syrie de la Marine russe
    Pourquoi la Russie renvoie-t-elle son escadre d'attaque en Méditerranée?
    Depuis le début de la semaine un troisième navire de la Marine russe entre en Méditerranée
    Tags:
    frappes, défense, flotte, guerre, Vychni Volotchek (corvette), B-271 Kolpino, Maréchal Oustinov (croiseur lance-missiles), Admiral Grigorovich (frégate), Admiral Makarov (frégate), Admiral Essen (frégate), Veliki Oustioug, Grad Sviajsk, Kalibr, Ivan Boubnov (navire de ravitaillement), B-268 Veliki Novgorod, Ghouta orientale, Idlib, Méditerranée, Syrie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik