Ecoutez Radio Sputnik
    Theresa May et Cyril Ramaphosa

    May et Merkel en Afrique pour résoudre leurs problèmes nationaux

    © REUTERS / Mike Hutchings
    Lu dans la presse
    URL courte
    Nezavissimaïa gazeta
    Traduction de la presse russe (août 2018) (69)
    419

    A peine revenue de sa tournée en Transcaucasie, Angela Merkel s'est de nouveau envolée pour un voyage de trois jours en Afrique à la recherche de nouvelles perspectives pour le marché allemand et de solutions au problème migratoire. Un jour plus tôt, Theresa May s'est rendue en Afrique dans un contexte d'incertitude concernant l'issue du Brexit.

    Dans le cadre de sa tournée en Afrique, la chancelière allemande visitera le Sénégal, le Ghana et le Nigeria. Le thème principal de ses entretiens avec les dirigeants de ces pays sera la lutte contre la migration clandestine, ainsi que les perspectives économiques pour les pays du continent africain, écrit jeudi 30 août le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

    «Ces pays sont aux prises avec de sérieux problèmes, mais ils participent tous au règlement des conflits régionaux, c'est pourquoi je pense que nous devons nous rendre particulièrement utiles quand il s'agit des perspectives économiques», indique le site officiel d'Angela Merkel. Le communiqué évoque également les plans allemands de contribuer à la création d'emplois dans ces pays afin d'empêcher que leur population afflue en masse vers les pays européens.

    La chancelière compte également accorder une attention particulière à la promotion de l'initiative du G20 «Compact with Africa» visant à améliorer les conditions pour les investissements privés, y compris dans le secteur de l'infrastructure — cette initiative avait été approuvée en 2017 pendant le G20 de Hambourg sous la présidence allemande. Au total, 11 pays africains y participent, notamment le Sénégal et le Ghana.

    Après Accra et Dakar, Angela Merkel visitera le Nigeria où elle évoquera également les investissements et les emplois. La Première ministre Theresa May se trouve également au Nigeria dans le cadre de sa tournée en Afrique. Elle s'y est rendue un jour plus tôt que son homologue allemande. Theresa May, critiquée par les partisans et les opposants au Brexit, tente d'amortir le choc subi par l'économie britannique à cause de la sortie du pays de l'UE, et cherche à assurer ses arrières.

    A l'issue de son entretien avec le Président sud-africain Cyril Ramaphosa, Theresa May a annoncé la signature prochaine d'un nouvel accord commercial entre le Royaume-Uni et l'Union douanière d'Afrique australe (SACU). Outre les membres de la SACU (Botswana, Lesotho, Namibie, Afrique du Sud, Swaziland), le Mozambique sera également inclus. Le nouvel accord entrera en vigueur immédiatement après la sortie du pays de l'UE.

    D'après les médias, les échanges entre le Royaume-Uni et les pays mentionnés sont estimés à 10 milliards de livres, soit près de 13 milliards de dollars. La chef du gouvernement britannique a également fait part des plans de Londres d'augmenter de 8 milliards de livres (10,3 milliards de dollars) les investissements britanniques publics et privés dans l'économie africaine. Par ailleurs, Theresa May a déclaré que le Royaume-Uni avait toujours l'intention d'allouer 0,7% de son PIB à l'aide internationale.

    L'objectif principal de Merkel consiste à s'assurer le soutien de ces pays en échange d'une aide économique. Les investissements dans certains secteurs et entreprises conduiront à la création d'emplois et se refléteront sur le niveau de vie de la population locale. Dans ce cas, les habitants ne chercheraient plus un avenir meilleur en Europe. L'objectif final de la chancelière consiste à reconnaître ces pays comme politiquement stables et limiter ainsi l'affluence de nouveaux migrants demandant l'asile politique en Allemagne ou dans d'autres pays de l'UE.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (août 2018) (69)

    Lire aussi:

    Brexit: Londres compte sur des accords commerciaux avantageux avec les USA et la Chine
    Johnson estime que le Royaume-Uni quittera l’UE en qualité d’«État vassal»
    La Chine promet à l’Afrique sa part de développement dans la Route de la soie
    Tags:
    PIB, Brexit, G20, Theresa May, Ghana, Sénégal, Nigeria, Allemagne, Royaume-Uni, Afrique
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik