Ecoutez Radio Sputnik
    Angela Merkel et Jean-Claude Juncker

    L'Allemagne cherche un successeur à Jean-Claude Juncker

    © AFP 2018 Emmanuel Dunand
    Lu dans la presse
    URL courte
    Kommersant
    13119

    D'après la presse allemande, Angela Merkel choisira cette semaine dans le camp chrétien-démocrate celui ou celle qui briguera la présidence de la Commission européenne.

    Cette fonction ne sera vacante que l'année prochaine, à l'issue du mandat de 5 ans de Jean-Claude Juncker, mais Berlin évalue dès à présent ses chances de prendre le contrôle de ce poste-clé de l'UE.

    Après les vacances d'été, les débats ont repris sur la proposition d'un candidat allemand au poste de président de la Commission européenne, écrit jeudi le quotidien Kommersant. «La lutte pour le poste de nouveau président entre dans sa phase décisive. Cette semaine, Angela Merkel doit décider qui elle soutiendra en tant que candidat au poste le plus influent d'Europe. Ce n'est pas une place pour n'importe qui: le président de la Commission européenne joue systématiquement le rôle d'éminence grise dans l'approbation de la législation européenne qui doit ensuite être adoptée par les pays membres», comme le souligne le journal Die Welt. Comme l'avait rapporté plus tôt le journal Handelsblatt, se référant à ses sources au sein du gouvernement, la chancelière serait même prête à renoncer à soutenir le président de la Banque centrale allemande Jens Weidmann à la Banque centrale européenne (BCE) pour favoriser la candidature allemande à la présidence de la Commission.

    La Commission européenne a le droit d'initiative pour l'élaboration de la législation européenne et des programmes politiques, et c'est elle qui est responsable de la mise en application des lois adoptées par le Parlement européen et le Conseil de l'UE.

    Jean-Claude Juncker quittera son poste seulement l'automne prochain, après les législatives européennes au printemps. Après cela, le Conseil européen proposera la candidature d'un président en fonction de la fraction politique qui obtiendra la majorité au Parlement européen.

    D'après les pronostics, le centre-droit européen incarné par le Parti populaire européen a toutes les chances de conserver le poste présidentiel. C'est pourquoi Angela Merkel s'empresse de présenter son candidat en tant que représentant commun du centre-droit. Si les pronostics préélectoraux se confirmaient, les sociaux-démocrates garderaient le poste de président du Conseil européen ou du Parlement européen. Par la suite, les chefs de la BCE et du Service européen pour l'action extérieure seront également remplacés.

    Parmi les éventuels candidats allemands à la succession à Jean-Claude Juncker, les médias allemands citent le président de la fraction du Parti populaire européen au Parlement européen et membre de l'Union chrétienne-démocrate Manfred Weber, le ministre allemand de l'Économie et de l'Énergie Peter Altmaier et la ministre de la Défense Ursula von der Leyen.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Lire aussi:

    La guerre de succession franco-allemande pour la tête de l’UE suspendue au vote populiste
    Défiant Trump, Merkel prend la défense de l'idée d'une armée européenne
    La Commission européenne annule les sanctions US contre l'Iran sur le territoire de l'UE
    Tags:
    Conseil de l'UE, Commission européenne, Jean-Claude Juncker, Angela Merkel, Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik