Ecoutez Radio Sputnik
    Explosion d'une bombe nucléaire

    Les USA se préparent-ils pour une guerre nucléaire?

    CC0
    Lu dans la presse
    URL courte
    Vestifinance.ru
    Traduction de la presse russe (août 2018) (69)
    29771

    Craignant un comportement imprévisible de la Corée du Nord, les dirigeants des services de renseignement américains mettent à jour leur plan d'action en cas d'événements catastrophiques, et notamment d'explosions nucléaires massives au-dessus de 60 grandes villes des USA. L'information provient de BuzzFeed News.

    Le renseignement US se préparerait aux catastrophes, y compris d'origine nucléaire, selon BuzzFeed News qui se réfère au porte-parole de la Federal Emergency Management Agency (FEMA, Agence fédérale des situations d'urgence), écrit jeudi le site d'information Vestifinance.ru.

    La transition entre l'usage d'engins nucléaires réduits, qui pourraient être utilisés par des terroristes solitaires, et les explosions thermonucléaires organisées par des «entités étatiques» a été évoquée à Washington le 23 août 2018, affirme le site.

    Selon le chef des divisions nucléaire, biologique et chimique de la FEMA Luis Garcia, l'agence étudie également des scénarios éventuels selon lesquels une bombe nucléaire, une cyberattaque, une impulsion électromagnétique coordonnée et une arme biologique toucheraient les USA en même temps.

    Jusqu'à présent, la FEMA possédait un plan d'action en cas d'explosion nucléaire d'une puissance comprise entre 1 et 10 kt, ce qui est inférieur aux bombes atomiques lancées en 1945 sur Hiroshima et Nagasaki ayant tué plus de 200.000 personnes. Une faible détonation d'un engin explosif artisanal était le scénario le plus probable après l'attentat de New York et de Washington du 11 septembre 2001.

    Cependant, l'an dernier, la Corée du Nord a procédé aux essais d'une bombe thermonucléaire d'une puissance de 250 kt, ce qui équivaut à une ogive des missiles intercontinentaux américains. Les essais nord-coréens ont particulièrement alarmé le Pentagone.

    Dans le cadre du programme Duck and Cover («baisse-toi et mets-toi à couvert») qui existait encore à l'époque de la Guerre froide, l'accent était mis sur les abris et les réserves stratégiques de médicaments et de nourriture.

    A présent, les réserves étatiques disposent essentiellement de médicaments et de matériaux médico-sanitaires pour soigner le mal des radiations, mais de très peu de dispositifs anti-brûlures. Les spécialistes médicaux de l'Association des brûlures américaine sont préoccupés par le faible nombre d'experts en brûlures dans le pays, notamment pour soigner les enfants.

    Selon le plan de la FEMA, après une explosion nucléaire 6.000 médecins, infirmières et autres employés médicaux devraient venir en aide à la population civile — ce qui est très peu selon les experts.

    Deux idées reçues empêchent également d'élaborer un plan d'action efficace en cas d'explosion nucléaire. Premièrement, la conviction que la vie dans les régions éloignées des grandes villes ne changera pas après une attaque nucléaire, alors qu'en réalité l'attaque serait un coup dur pour les ressources du monde entier.

    Deuxièmement: que l'explosion tuera tout sur son chemin, c'est pourquoi tout plan pour surmonter la catastrophe est inutile. En réalité, une forte intoxication radioactive et les brûlures graves peuvent et doivent être soignées.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (août 2018) (69)

    Lire aussi:

    Une bombe pour le Président: le dernier test nord-coréen était-il nucléaire?
    Des îles Marshall à Pyongyang: les essais nucléaires les plus dévastateurs sous la loupe
    Armes du Jugement dernier: les essais les plus destructeurs de bombes thermonucléaires
    Tags:
    préparation, renseignement américain, guerre nucléaire, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik