Lu dans la presse
URL courte
Par
Traduction de la presse russe (septembre 2018) (49)
24722
S'abonner

L'offensive des forces gouvernementales syriennes et de leurs alliés dans la province d'Idlib pourrait commencer à tout moment. Dans ce contexte, les exercices de la marine et de l'armée de l'air de la Russie en Méditerranée sont considérés par l'Occident comme un appui-feu réel de cette opération.

Des avions iraniens pourraient également participer à l'offensive sur Idlib, écrit lundi le quotidien Nezavissimaïa gazeta. De plus, Téhéran a commencé à approvisionner en missiles les groupes chiites qui luttent contre les combattants en Irak et en Syrie, selon le média.

Samedi, le site d'information Al-Masdar, se référant à une source de Damas, a annoncé que l'Iran avait l'intention de fournir à l'armée syrienne des chasseurs et des systèmes ABM de sa propre fabrication.

Il serait question des nouveaux chasseurs iraniens Kowsar et des systèmes antiaériens Bavar-373 qui, selon Téhéran, sont un analogue du missile antiaérien russe S-300. Les dates de livraison et les quantités ne sont pas précisées. Il se pourrait que les nouveaux armements iraniens, y compris les missiles sol-sol et sol-air, soient utilisés dans les opérations à Idlib.

D'après les médias moyen-orientaux se référant aux sources des renseignements, l'Iran a déjà livré des missiles de courte portée aux troupes chiites en Irak. Ces missiles auraient une portée de 200 à 700 km.

Difficile de dire dans quelle mesure ces nouvelles armes iraniennes seront efficaces. Mais à en juger par l'expérience de la Russie, l'Iran veut certainement «roder» ces armements dans le conflit syrien afin d'améliorer ensuite leurs caractéristiques techniques et tactiques. Les opérations militaires à venir à Idlib où, selon les renseignements turcs, se concentrent jusqu'à 100.000 extrémistes, offrent les conditions idéales.

L'Occident — avant tout les USA — est convaincu que la décision de lancer l'offensive contre les radicaux à Idlib a déjà été prise par Bachar el-Assad de concert avec Moscou et Téhéran. On ignore si l'Iran soutiendra ouvertement cette offensive sur le plan militaire. Mais il ne fait aucun doute que la Russie le fera. Pour confirmer cette conclusion, les journalistes syriens ont déclaré hier que deux avions anti-sous-marins Tu-142, deux chasseurs Su-35S et deux bombardiers Su-34 étaient arrivés à la base aérienne russe de Hmeimim dans la province syrienne de Lattaquié, conclut le quotidien.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

Dossier:
Traduction de la presse russe (septembre 2018) (49)

Lire aussi:

Au moins 25 morts dans le crash d’un avion de transport militaire An-26 en Ukraine - images
«Le confinement a tué mon père», déclare Elie Semoun en colère
Des scientifiques désignent les «responsables» de la propagation de la pandémie de Covid-19
Attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo: deux blessés, le suspect principal arrêté
Tags:
armée, Idlib, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook