Ecoutez Radio Sputnik
    réfugiés

    Danger mortel sur la route de l’Europe

    © AP Photo / Emre Tazegul
    Lu dans la presse
    URL courte
    Nezavissimaïa gazeta
    Traduction de la presse russe (septembre 2018) (49)
    270

    Alors que l'UE cherche toujours une solution au problème de l’immigration illégale, qui continue de mettre à l'épreuve l'unité européenne, l'Agence de l'Onu pour les réfugiés (HCR) a rendu publiques des statistiques alarmantes sur les réfugiés des pays d'Afrique.

    Les chiffres publiés par l'Agence de l'Onu pour les réfugiés indiquent que même si, au cours de sept premiers mois de 2018, le nombre de réfugiés décidant de partir dans un périple risqué par la Méditerranée s'est nettement réduit, les cas de noyade ont plus que doublé par rapport à l'an dernier, écrit mardi le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

    Le rapport de la HCR montre qu'au cours des sept premiers mois de 2018, on a dénombré plus de 1.600 morts ou portés disparus lors de la traversée vers l'Europe. Ces statistiques n'incluent pas les personnes décédées dans le désert du Sahara alors qu'elles se dirigeaient vers la côte de l'Afrique du Nord.

    L'itinéraire méditerranéen est le plus meurtrier — telle est la conclusion-phare du rapport annuel de la HCR, dont la publication était assimilée au troisième anniversaire de la mort d'Aylan Kurdi, garçon syrien de 3 ans noyé début septembre 2015. Ce rapport indique que lors des sept premiers mois de 2018, le nombre de réfugiés et de migrants arrivant en Europe via la Grèce, l'Italie et l'Espagne s'est réduit de 41% par rapport à la même période en 2017. Cependant, le niveau de mortalité a augmenté. Ainsi, si en 2017 un migrant sur 42 mourait en essayant de rejoindre le littoral italien, cette année un migrant sur 18 est décédé.

    La raison principale de la tragédie invoquée par les auteurs du rapport est la «diminution des possibilités de recherche et de sauvetage des gens près de la côte libyenne par rapport à l'année précédente», ainsi que la division par deux du nombre de navires de sauvetage des ONG dans les eaux libyennes. Pendant les sept premiers mois de 2017, huit ONG avaient sauvé près de 39.000 réfugiés.

    Dans son rapport, la HCR évoque les risques auxquels sont confrontés les réfugiés sur leur chemin vers l'Europe. En notant les démarches entreprises par certains pays européens visant à empêcher le flux migratoire sur leur territoire, l'agence les appelle instamment à accorder aux réfugiés un accès aux procédures d'obtention d'un asile. La HCR appelle aussi les États à renforcer les mécanismes de protection des enfants qui partent pour les côtes européennes en solitaire.

    Nikolaï Topornine, maître de conférences à la chaire de droit européen de l'Institut des relations internationales de Moscou (MGIMO), pense que la réduction du flux migratoire en Europe est due au faite que plus personne, sur le Vieux Continent, ne se dit prêt à accueillir un nombre illimité de réfugiés.

    Un autre facteur contribuant à cette réduction, selon l'expert, est celui des capacités accrues du service européen de protection frontalière et côtière Frontex.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (septembre 2018) (49)

    Lire aussi:

    Plus de 2.500 migrants secourus en Méditerranée en deux jours
    Sept millions de migrants aux portes de l'UE
    Feu vert pour le transfert de migrants africains d'Israël en Europe
    Tags:
    danger, réfugiés, Europe
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik